Électricité : du nucléaire chez les fournisseurs anti-nucléaire…

La hausse des prix de l’énergie et particulièrement des renouvelables, a contraint certains petits fournisseurs à faire l’impasse sur leur positionnement anti-nucléaire afin d’éviter la faillite.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 13 Jun 2022, à 9 h 40 min
Électricité : du nucléaire chez les fournisseurs anti-nucléaire…
Précédent
Suivant

Les petits fournisseurs d’électricité verte en France font face à un choix cornélien qui risque de leur porter préjudice : alors qu’ils affichaient leur opposition au nucléaire, qu’ils considèrent comme une énergie non renouvelable, ils ont dû se résoudre à en acheter pour la revendre à leurs clients. Un paradoxe lié à la hausse des prix sur le marché…

Enercoop et Ilek souscrivent à l’électricité nucléaire d’EDF

Après avoir massivement communiqué sur l’origine 100 % renouvelable de leur électricité, tout en dénonçant même la vente d’énergie nucléaire de la part d’autres fournisseurs qui se présentaient comme « verts » : Ilek et Enercoop ont dû changer leur manière de travailler. Ils vont tous deux faire appel à leur tour à l’énergie nucléaire. Pour Ilek, c’est déjà même le cas en 2022.

Enercoop, de son côté, a annoncé avoir souscrit à l’énergie nucléaire d’EDF, dans le cadre du mécanisme de l’Arenh, pour 2023. Une décision qui reste soumise à l’adoption de la part des sociétaires d’Enercoop lors de l’Assemblée Générale du 18 juin 2022.

Si la décision est adoptée, en 2023, les deux fournisseurs d’énergie verte vont donc bien vendre à leurs clients de l’électricité d’origine nucléaire, malgré leurs promesses et, surtout, leur positionnement anti-nucléaire pour lequel ils ont souvent été choisis. Les prix de l’énergie 100 % renouvelable sont en effet généralement un peu plus élevés que ceux proposés par EDF et ses concurrents traditionnels : les clients ont donc fait un choix politique et non économique.

Enercoop

A lire aussi : Centrale nucléaire de Tricastin (EDF) : des incidents non déclarés font réagir la justice

Les producteurs d’énergie renouvelable augmentent leurs tarifs

Si Enercoop et Ilek se retrouvent dans cette situation paradoxale, c’est essentiellement à cause du marché de l’énergie qui a vu les prix exploser sur fond de relance économique et industrielle et de guerre en Ukraine. Les producteurs d’électricité renouvelable en ont profité pour augmenter leurs propres tarifs de vente, devenus trop élevés pour que les fournisseurs puissent maintenir les prix des contrats des clients.

L’autre solution aurait été d’augmenter les prix pour le client final, quand cela est possible, ou bien de faire faillite. Car la différence est conséquente : avec l’Arenh, l’énergie électrique d’origine nucléaire coûte 42 euros le MWh alors que le prix de marché pour l’électricité d’origine renouvelable est cinq fois plus élevé, approchant les 200€/Mwh…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

11 commentaires Donnez votre avis
  1. Pourquoi tirer sur Enercoop?
    Pour éviter une forte surproduction en dehors des périodes de pointes, un taux de couverture annuel d’approvisionnement de 108% a un sens, sauf si l’excédent peut être vendu sur le marché spot.
    Se fournir habituellement, pour 16% en moyenne sur le marché Spot pour les pointes*, ou le taux de couverture descend à 80%, en achetant des garanties d’origine d’électricité verte semble correct.
    Qu’une partie des contrats d’achat avec ses 400 producteurs soient liés à l’évolution du marché l’est moins. C’est une partie du problème actuel que rencontre Enercoop, et aussi d’autres fournisseurs, à cause de la très forte augmentation des prix de l’énergie. Acheter via des contrats directs entre le fournisseur et les producteurs (des « Power Purchase Agreement »), noués sur 30 ans résoudrait une part du problème.
    Acheter à partir de 2023, et pour 3 ans, des volumes à l’Arenh à 46,20€ pour les vendre bien plus chers sur le marché Spot aux moments opportuns est la seule solution pour éviter la faillite. Les bénéfices engrangés lors de cette opération permettront d’acheter cher des kWh verts sur le même marché pour approvisionner ses clients.
    Évaluer les bénéfices à obtenir par la vente des volumes de l’Arenh, et les coûts d’achat de l’électricité verte pour les pointes, c’est bien du trading, et Enercoop y est-elle compétente ?
    A cause d’un dysfonctionnement des lois du marché, Enercoop va donc vendre de l’électricité nucléaire, pour que ses clients consomment une électricité 100% verte, qu’y redire, c’est de bonne guerre.

  2. Le dispositif de l’Arenh laisse penser que le renouvelable n’est pas viable alors que c’est faux. C’est une aide financière est proposée aux producteurs alternatifs proposant ayant recours à l’électricité nucléaire produit par EDF et pas aux producteurs proposant une énergie 100% renouvelable. Cette inégalité de traitement fausse la concurrence et s’accentue avec la hausse du prix de l’énergie. Dans ces conditions dans un contexte concurrentiel les fournisseurs 100% verts ne peuvent pas rivaliser et sont obligés de rentrer dans ce dispositif.

  3. En terme de com’, c’est dévastateur, alors que des tas de journaux se font un plaisir de crier haut et fort qu’Enercoop vend de l’électricité nucléaire ! Comme Claire le dit, le vote n’a pas encore eu lieu, et même si le vote est « pour », Enercoop ne renie pas ses convictions,; elle a été créée par des antinucléaires, a été soutenu par des antinucléaires, et l’est toujours

  4. Bonjour,
    Je ne sais pas pour Ilek, mais pour Enercoop qui est aujourd’hui le seul fournisseur d’électricité français à ne pas avoir eu recours à l’Arenh, 100% de l’énergie fournie à ses clients est d’origine renouvelable et ce sera encore le cas en 2023.
    Car l’Arenh est à considérer comme une subvention de l’État français que Enercoop utilise pour bénéficier de fonds pour mieux financer ses propres fournisseurs d’électricité.

    • Oui, ou comme une assurance prix. Ce qui compte, c’est qu’Enercoop continuera à acheter en direct aux producteurs l’équivalent de notre consommation (j’en suis cliente), et de soutenir le développement des énergies renouvelables. S’il faut passer par un recours à l’Arenh pour bénéficier des subventions étatiques, c’est ok pour moi.

      Quant au commentaire de pilet61 : je comprend qu’il n’est pas facile d’aller étudier les « détails » des offres de chaque fournisseur, mais csachez qu’Enercoop est à l’équilibre sur 80% des demi-heures. Ca veut dire que 80% du temps, il y a bien une éolienne, un panneau photovoltaïque ou une autre énergie renouvelable qui injecte l’équivalent de ma conso électrique en temps réel. C’est tout un travail en amont sur la connaissance des consos de leurs clients et sur la constitution du mix, mais ils prouvent que c’est possible. Et bien sûr ils travaillent sur la réduction des 20% restant, car ça n’est pas satisfaisant (je vais être beta-testeuse d’un pilotage de ma conso à partir de cet été :-).

    • c’est quoi du coup le prix de votre kWh ? vu ceux du marché ça doit piquer

  5. Tant pis pour les gogos qui y ont cru même la nuit ou les jours sans vent

    • Pour palier la nuit ou les jours sans vent, il y a des solutions. En revanche, Enercoop ne propose pas un câblage spécifique, en parallèle à celui d’EDF. Il n’y a donc aucun « tri » des énergies reçues et les clients d’Enercoop reçoivent, comme tout le monde, 70% d’énergie nucléaire.

  6. C’est très choquant ! Cela va à l’encontre de toutes leurs promesses, de tous leurs engagements !

    • Contrairement à ce que prétend l’article, Enercoop n’a encore rien demandé du tout, simplement il l’envisage très sérieusement et soumet la question à ses sociétaires, qui en débattent depuis plusieurs mois maintenant. Ma première réaction a été la votre, mais après une étude approfondie de la question (très technique), j’ai voté pour… pourtant mes valeurs n’ont pas changé (et celles d’Enercoop non plus). Mais effectivement, en terme de comm’, c’est dévastateur…

Moi aussi je donne mon avis