Des déchets pétroliers enfouis dans le port de Brest en Bretagne !

Pour réaménager le port de commerce de Brest, il faut avant tout assainir la zone : 20.000 tonnes de déchets pétroliers vont être dépollués pour une part en France et pour l’autre, aux Pays-Bas.

Rédigé par Maylis Choné, le 6 Mar 2018, à 11 h 40 min

Le port de commerce de Brest est en plein chantier d’aménagement. Mais les travaux nécessitent l’évacuation et la dépollution de déchets pétroliers stockés sur place depuis de nombreuses années.

Traiter des déchets pétroliers en France et aux Pays-Bas

L’association de défense de l’environnement Robin des Bois a sans doute jeté un pavé dans la mare. Pour elle, les travaux d’aménagement du port de commerce de Brest, qui nécessitent l’évacuation de 20.000 tonnes de déchets pétroliers, vont déplacer la pollution de la Bretagne aux Pays-Bas. Car c’est une société néerlandaise de dépollution, Bolkalis, qui a accepté de traiter la majorité de ces déchets. Ces derniers serviront ensuite pour la construction de polders en Mer du Nord.

Polders aux Pays-Bas © RIRF Stock

L’autre partie sera dépolluée par le bio-centre de l’entreprise Séché Eco-Services. Pour certains, dont l’association Robin des Bois, ces déchets proviennent de la marée noire de l’Amoco Cadiz échoué en 1978 et à l’origine d’une immense marée noire. La région Bretagne dément : « Nous avons effectué des analyses, ce n’est pas du tout le cas. Il s’agit de résidus d’une station de déballastage. Les déchets de l’Amoco Cadiz ont été évacués il y a bien longtemps », explique Pierre Karmesking, vice-président de la Région en charge de la mer et des infrastructures portuaires.

Le Peak Bordeaux chargé du transport maritime

C’est un cargo, le Peak Bordeaux, qui est chargé du transport de cette marchandise jusqu’au port de Schiedam aux Pays-Bas. Pour empêcher toute nouvelle pollution, les tonnes de terre et de sable souillés sont disposées sur des bâches. Aucun fragment ne doit tomber sur le sol ou dans l’eau, lors du transfert du quai au camion et du camion au cargo.

Le port de Brest © isaxar

Ces précautions laissent à penser que ces déchets seraient dangereux ; pourtant, les autorités locales se veulent rassurantes et affirment qu’une étude menée en 2015 par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a affirmé que ces résidus de pétrole (ré)utilisés pour construire parkings ou remblais ne présentent « aucun signe de dégradation de l’environnement proche »…

A lire aussi :
Illustration bannière : Fuite de pétrole – © Mykola59
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis