Supertrash, le film qui donne une super claque

Rédigé par Jean-Marie, le 26 Sep 2013, à 12 h 04 min

Plongée dans l’univers détonnant de notre civilisation de la consommation et de son corollaire, les montagnes de poubelles qu’elle génère. Le film Supertrash, en salles le 9 octobre, est un film coup de poing qui nous met le nez dans nos ordures. La situation est pire que ce qu’on supposait, effrayante parfois. Surtout dans les décharges.

Le traitement des déchets … triste réalité

Pendant quatorze mois, Martin Esposito a filmé la gestion des déchets et ses dessous, plus ou moins cachés. C’est un film à mi-chemin entre le documentaire et le long métrage dans la lignée de la Vérité qui dérange d’Al Gore.

“Supertrash” fait la lumière sur une réalité cachée bien loin du savoir faire de pointe de nos champions internationaux du traitement des déchets que sont Suez Environnement, Veolia, … Quel écart !

Le sentiment que vous ressentirez sûrement après avoir vu le film est un certain dégoût et une indignation qui se nourrit de scènes incroyables. Il fait un zoom sur une décharge à ciel ouvert du sud de la France, dans les Alpes-Maritimes.

supertrash-dechargeSon point de départ : la décharge de la Glacière, à Villeneuve-Loubet, sur laquelle il va passer 2 ans. Il va s’y loger, y manger …, une vraie épreuve. “A chaque découverte, j’ai su que je ne pourrai pas partir. Tout ce que je voulais montrer au monde était là, ici, en France“, raconte-t-il. Pas besoin de faire le tour du monde des décharges. Et la Glacière ne fait pas exception : “des décharges comme ça, on en trouve partout, sur les 2.000 que compte la France”, souligne Martin Esposito.

Cette décharge de la Glacière “n’est pas une décharge improvisée, explique F. Espositio, mais bien un lieu organisé par un acteur de l’environnement et de la propreté“. Il s’agit de Véolia  on voit un noria de camions déverser leurs déchets avec le logo de l’entreprise flouté

L’incroyable spectacle des décharges

Tout  y passe !

decharge-bulldozerPendant plus d’une heure, les images qui défilent sur l’écran sont à peines croyables. On y voit des exploitants de décharge accepter des produits toxiques interdits (produits chimiques, pneus, hydrocarbures…).

D’autres laissent décharger des camions de déchets d’entreprises qui auraient dû être recyclés en amont, des cercueils d’enfants en fin de concession, mêlés à des produits polluants,… On voit des barils d’hydrocarbure jetés n’importe où sans autorisation et qui finit dans les rivières avoisinantes, où pêcheur chatouille le poisson tranquillement.

On voit des tonnes poubelles de plastique, issues d’un triage, jetées par centaines au milieu de la nourriture, du verre qui ne sera pas recyclé, des milliers d’emballages neufs, des hydrocarbures, des médicaments sortis d’usine, de beaux livres mélangés à des métaux, de l’arsenic !, des tonnes de nourriture encore consommables, (poulets fermiers, foie gras,…)

decharge-camion

fleche-suiteC’est le rebut de notre consommation qui s’emmêle en un incroyable spectacle qui se reproduit partout.   Jusqu’au tapis rouges de Cannes qui finissent à la décharge. “Bienvenue en enfer“, résume la voix off de Martin Esposito, qui se montre, masque sur le nez, caméra au poing au milieu de ce pandémonium surréaliste.

dechets.tri-selectifSeulement 5 % de nos déchets recyclés

“On nous parle de recyclage, mais cela ne représente que 5 % de nos déchets“, s’énerve le cinéaste  “Il faut aller dans une décharge pour découvrir la folie humaine“.

Une filière qui ne fonctionne pas bien

point-exclamatiionIl y a donc de nombreux dysfonctionnements dans le traitement des déchets, y compris en France, qui devraient alerter les Pouvoirs publics, ces derniers restants souvent sourds aux demandes des riverains. A Claye-Souilly, par exemple, les Autorités n’ont toujours pas diligenté les analyses demandées par les associations riveraines  sur les eaux puisées au cour de 3 décharges et qui alimentent 500 000 foyers !

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. ne plus considérer nos déchets comme des fardeaux coûteux à éliminer mais comme des matières premières sources d’énergie. les technologies sont là . cf: EUROPLASMA

  2. Quelqu’un parlera-t-il un jour de REEMPLOI au lieu de recyclage?
    Pourquoi détruire des contenants verre(par exemple:pots à confiture,bocaux,bouteilles…)pour les recycler au lieu de les réemployer?(Les consigner et exiger qu’on les rapporte propres pour être remboursé de la consigne)
    Moins de déchets et économies pour le consommateur et pour la collectivité.

    • Entièrement d’accord avec vous ! En effet, il n’y a pas si longtemps que cela (…je n’ai que 66 ans), les récipients en verre (bouteilles, pots, et bien d’autres) étaient “consignés” et, comme enfant je me faisais une joie de les ramener au commerçant qui me reversait la “consigne”, que j’utilisais immédiatement en m’achetant quelques bonbons…

  3. Bonjour

    Dommage que l’article soit incomplet et que la bande annonce ne monte rien.
    Je travaille pour un des groupes cités, dans le domaine du déchet dangereux, et je connais donc assez bien la problématique. C
    * la plupart des décharges (ou centre d’enfouissement ou autre) appartiennent à la collectivité et sont juste exploités par des privés -> les privés sont donc soumis à des obligations de rentabilité par la collectivité
    * les exploitant ne maîtrisent pas tous les apports dans ces centres. on pourrait trier toutes les bennes à l’entrée mais qui paie la main d’œuvre ?
    * pour une bonne partie des déchets (ceux de la video, d’autres…), quelles solutions existent ?
    * qui ne met pas en place le tri en amont ? les collectivités et les industriels. Encore une fois, trier à réception est possible, mais coute très cher
    * enfin, on est face à un grand paradoxe de la consommation : on veut tout payer moins cher, en particulier ses factures d’eau, d’électricité, de déchets…. mais on veut que les “fournisseurs” de ces services produisent plus blanc que blanc sans leur en donner les moyens.

    Le problème vient donc bien de la société de consommation, qui forme des gens à créer du déchet mais sans leur expliquer qu’il faudrait payer derrière.

    Il y a des abus dans l’exploitation, comme partout, mais n’oublions pas qui

    • n’oublions pas qui crée et qui utilise le produit avant qu’il ne deviennent déchet…

    • NON MAIS JE RÊVE ! Les exploitants ne maîtrisent pas TOUS les apports dans ces centres !?! Ben voyons, j’accepte le contrat (donc je suis un pro et je connais les lois de MA profession !) et ensuite c’est OUPS, je ne savais pas que les déchets médicaux étaient interdits en décharge (surtout à ciel ouvert !) un camion de pneus et d’huile usagers ? Ben ton patron connais le tarif Robert, et en liquide bien sûr ! Mais vide ta benne au fond à gauche, là ça commence a se voir !
      Une solution pour les déchets ? Mon pauvre ami, il en existent des centaines toutes plus viables et rentables les unes que les autres (rentable pour la collectivité, l’écologie et non pas juste une poignée de chacals avides de pouvoir et d’argent !)
      Les pauvres fournisseurs à qui on demande toujours plus, sans leur en donner les moyens ! Après avoir, comme toi, versé ma petite larme pour ces pauvres entreprises avec si peu de moyens que certaines sont obligés comme VEIOLIA de délocaliser leurs bénéfs dans des paradis fiscaux et là, tu vois, j’ai un peu de mal a être ému ! (lorsque j’étais à mon compte, en électricité, c’était à moi et moi seul de me tenir au courant de toute nouvelle réglementation, avec MES PROPRES MOYENS, au risque de me voir refuser l’accès au branchement ERDF ! Et même si c’était il y a 30 ans, on récupérait déjà les chutes de cuivre et l’aluminium des vieilles installations !)
      Et pour finir de se dédouaner complétement, ce n’est pas l’industriel qui conçoit l’objet polluant ou celle qui malgré ce qu’elle touche pour le recycler et qui ne le fait pas, qui sont responsable des désastres écologique, dans notre PROPRE PAYS ! Mais nous, salopards de consommateurs ! à qui pourtant on fait payer l’écotaxe pour envoyer nos ordures en inde ou pire les enfouir dans le sol de notre PROPRE pays ! ! ENCORE, BEN VOYONS !
      ABSOLUMENT tous les pneus sont recyclables, pourquoi, encore aujourd’hui UN SEUL d’entre eux devrait se retrouver dans une décharge ? (écotaxe)
      Une entreprise en France a prouvé qu’elle peut recycler du matériel électroménager ET faire des bénéfices (au lieu de les envoyer en INDE !) MAIS le “patron” ne touche “que” 3 fois le salaire d’un salarié Lambda (environ 4500 Euros ! L’entreprise est en constant développement + de 10%/an depuis plusieurs années !) ) et oui quand l’argent n’est pas LA SEULE préoccupation, EMPLOI, ÉCOLOGIE, et, RECYCLAGE peuvent cohabiter et même ÊTRE la solution !
      Des dizaines de milliers de “petites” peines de prisons ne sont pas effectuées, faute de places ! Si des centres d’internements étaient créés prés de centre de recyclages afin de récupérer tout ce qui peut l’être : plastiques, métaux, verres, etc = matières premières à ne plus racheter ! Pour les détenus remboursement d’une dette à la société plus cohérent qu’un enfermement bête et méchant (et surtout sordide avec ses risques de radicalisation vers le crime organisé, voir plus … !)
      On pourrait même imaginer ces centres à la pointe de la technologie (isolation à énergie positive, géothermie, panneaux ET Eau chaude solaire, le bâtiment, en plus d’être autonome, pourrait même produire de l’énergie !) histoire, pour une fois, de donner l’exemple ! Un “Jardin” et un élevage de quelques animaux le tout 100% Bio viendrait compléter l’autonomie de ces structures (et chez certains, peut être provoquer des vocations !) En plus d’être plus efficace qu’un simple enfermement ces centres deviendraient TRÈS VITE, TRÈS RENTABLE (recyclage de matières premières, revente d’énergie ! ET prison enfin plus humaines ! (sans augmentation d’impôts ! ! ! Au contraire voilà enfin des impôts qui seraient enfin bien employé !)
      Et comme disait “Célébien” avant les bouteilles étaient consignées (même moi à 48 ans j’ai connu ça !) et c’est nous “consommateurs” qui avons décidé d’arrêter ce recyclage citoyen ? Voilà “chlorophylle” des solutions ils en existent des centaines d’autres (si l’on exclu le profit à tout prix !) Mais l’argent est toujours là pour tout gâcher, salir, pourrir ! Encore et encore ! ! !
      PS : j’habite un immeuble neuf dans un charmant petit village. Énergie pour le chauffage : Gaz !?! 9 appartements, nous avons demandé des containers pour les papiers, cartons, les plastiques, réponse : vous n’êtes pas assez nombreux ! Les politiques sont aussi grandement responsable de ce qui se passe, et surtout du manque d’action sur ce qui ne ce passe pas ! Alors qu’une réelle économie dort là dans nos poubelles (recyclage, matières premières, emplois = charges sociales, impôts etc.) Oui je sais, je ne suis ni politique, ni homme d’affaires, alors je ne suis surement pas crédible, juste utopiste !

  4. A voir le 9 octobre au cinéma.

Moi aussi je donne mon avis