Je me débarrasse utilement de mon sapin de Noël

Comment se débarrasser de son sapin après les fêtes ? ConsoGlobe.com vous donne quelques conseils pratiques pour faire le bon choix.

Rédigé par Aurore, le 4 Jan 2018, à 17 h 40 min

C’est la saison ! En cette nouvelle année qui débute, le sapin de Noël s’étiole dans le salon. Qu’en faire alors ? Comment s’en débarrasser au mieux ?

Sapins de Noël naturels ou artificiels, comment s’en débarrasser ?

En janvier, il faut trouver un débouché pour les quelque 5 millions de sapins de Noël naturels utilisés pour les fêtes. Il est interdit par la loi et passible de 150 euros d’amende de déposer son sapin dans la rue ou sur le trottoir.

  • Le sapin naturel a plusieurs avantages : il stabilise les sols, est biodégradable et participe au développement économique de certaines régions. S’il n’est pas coupé et qu’il est replanté, il continuera à absorber du CO2, à l’intérieur ou à l’extérieur de votre domicile.
  • Le sapin artificiel est, lui, souvent produit à l’étranger, en plastique et polluant.
sapin noel

En janvier, le sapin commence à montrer des signes de faiblesse © Africa Studio

Replanter votre sapin de Noël naturel

Pour un sapin en pot avec racines : je le replante dans mon jardin (mais pas dans la forêt voisine). Pour cela il faut l’avoir acheté assez tard en décembre et qu’il soit encore vivant. Choisissez un endroit à l’abri du vent, creusez un trou de 60 centimètres, démêlez la motte et replantez-le avant de l’arroser abondamment. Le mieux est de procéder à cette opération sur une période sans gel et sans pluies abondantes.

S’il est mort et desséché, je peux broyer mon sapin pour en faire du compost ou du broyat, qui sera répandu au pied des arbustes et massifs.

Le sapin naturel sans racine, le plus répandu

Si vous faites partie des 90 % (1) de personnes qui ont acheté un sapin naturel sans racines, pas d’inquiétude, de nombreuses solutions s’offrent à vous.

sapin noel

© Happy Hirtzel

Renseignez-vous auprès de votre municipalité. Si votre ville n’a pas mis en place un service de collecte à domicile comme à Dijon ou Le Havre, elle doit certainement proposer des points de collectes pour y déposer votre sapin.

Ils seront ensuite transportés vers des plateformes de broyage et de recyclage. Les sapins doivent être dépourvus de décorations, non floqués de neige artificielle et sans sac plastique. Si c’est le cas, ils doivent être apportés en déchèterie (si elle accepte les déchets verts).

Les arbres broyés servent généralement de paillage pour les espaces verts. La matière récupérée sert de désherbant naturel et protège également les sols et plantations des jardins de l’évaporation de l’eau ainsi que du froid.

sapins de Noel

Collecte de sapins de Noël © Ms Jane Campbell

Cette année, le ministère de la Transition écologique et solidaire s’est même fendu d’une petite animation pour rappeler les bons gestes à avoir pour se débarrasser de son sapin de Noël.

Autres astuces pour se débarrasser de son sapin naturel

Certaines chaînes de magasin se proposent pour collecter les sapins de Noël. Chez Truffaut, un bon d’achat de 10 euros est offert aux clients qui ont acheté un sapin dans l’enseigne. Pour chaque sapin, un arbre est planté en France. Même fonctionnement chez Botanic où les clients sont invités à ramener leur sapin acheté dans la jardinerie contre un bon de 10 euros.

Découvrez les chiffres des ventes de sapins de Noël en France sur le Planetoscope

Si vous habitez l’île de Ré, l’association Dunes Attitudes Île de Ré récupère les sapins de Noël pour les enfouir au pied des dunes afin de les renforcer face aux assauts de l’océan.

Le sapin de Noël artificiel

Pour un sapin artificiel : je le range soigneusement pour le réutiliser l’année prochaine. Plus je m’en sers, plus son impact environnemental est réduit. Il faut conserver 20 ans un sapin artificiel pour que son bilan carbone soit équivalent à celui du sapin naturel. Si on le jette trop vite, son bilan écologique est très mauvais.

Et dans votre ville, comment se passe la collecte de sapin ?

Illustration bannière : Le sapin de Noël, c’est déjà terminé © Ramil Gibadullin
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. Attention, les résineux acidifient le sol (ce qui tue la majorité des plantes) et ne doivent pas être mis au compost. Ils font aussi un mauvais bois de chauffe qui brûle vite et pollue.
    Si on a un jardin, on peut éventuellement prendre un sapin jeune avec de belles racines, le mettre dans un très grand pot qu’on enterre et déterre chaque année. On évite ainsi de planter une forêt de sapins… Si on est en appartement, il y a pas mal de DIY écolos sympas pour fabriquer son propre « sapin », et sinon, un sapin synthétique de bonne qualité n’est pas forcément moins écolo qu’un nouveau sapin chaque année.

  2. « je le replante dans mon jardin, dans une forêt… »
    Encore faut-il posséder cette forêt!
    Planter un arbre sans l’autorisation du propriétaire relève de la même infraction que d’y jeter des déchets, de même que d’aller y chercher un sapin relève du vol.

  3. Cela fait 20 ans que je réutilise mon sapin artificiel.
    J’ai donc sauvé 20 arbres (au moins 10, car la moitié des sapins replantés après avoir séché un mois dans un habitat chauffé et donc déshydraté ne survit pas) et séquestré 1 ㎏ de carbone (l’équivalent pétrole du sapin artificiel).
    Quant à replanter le sapin, que ferais-je d’une forêt de sapins ? (Sur une vie, c’est bien d’une forêt qu’il est question.)
    Le sapin coupé est difficile à passer en BRF sauf à choisir les plantations supportant l’acidité.
    Je ne suis pas certain que la culture intensive de sapins pour les couper jeune soit aussi positive que prétendue.
    Un bon sapin est un sapin qui a séquestré suffisamment de carbone pour être utilisé en bois d’œuvre, et qui a donc au moins 50 ans.

    • Enfin un gars qui a un peu de jugotte ecolo !!!!

      la nature te dit merci jLG et en tant que proprietaire de foret je vois comment ils faut les gerer et comment elles devraient l’etre en france ou dans le monde…. c pas un sapin d’un couillon de citadin qui va faire la difference !

      dans la definition d ‘ecolo y’a le mot bobo qui ne sait pas ce que c’est que l ‘ecologie !!! c une science pas un mode de vie bande d’ignards faite une these en ecologie…. et apres on ira prendre un cafe si possible pas fairtrade !!!

      tchuss

  4. Pour un sapin vraiment « durable », je suis tombée sur ce site : treezmas.com. Il résout le problème, en vous livrant un sapin vivant, et en venant le récupérer à la fin des fêtes de Noël pour le replanter ! Je trouve l’idée géniale.

  5. Je coupe les branches et en couvre le sol sous les arbustes de tere de brouyère pour les protéger du froid durant l’hiver. Je laisse désécher le tronc et coupé en bûches, il termine avec les branches sans aiguilles dans la cheminée.

  6. L’idéal, ce n’est pas le sapin avec plus ou moins de racines qui aura du mal à reprendre, mais un conifère (pas forcément vendu comme sapin de Noël) qui lui est vraiment destiné à la plantation. Bien arrosé et humidifié il reprendra sans problème dans le jardin ou ailleurs…

  7. Il n’est pas certain que le sapin soit bienvenu dans du compost (acidité) et puis ce n’est pas vraiment la saison du compostage, ainsi les feuilles mortes des arbres caducs ne seront ramassées qu’à partir d’avril. Dans les communes qui pratiquent l’incinération d’ordures avec récupération d’énergie (cas de Paris et banlieue proche)c’est plus simple de mettre le sapin (convenablement découpé) dans le bac à ordure pour ramassage ordinaire, ça sera brûlé avec le reste et apportera de la chaleur au chauffage urbain.

Moi aussi je donne mon avis