Harcèlement scolaire : comment le détecter pour en parler avec son enfant

La 3e journée de lutte contre le harcèlement scolaire permet de prendre conscience de la gravité de ces violences. Pas facile de repérer une victime de harcèlement, mais des changements brutaux de comportements d’un enfant doivent alerter les parents.

Rédigé par MEWJ79, le 9 Nov 2017, à 9 h 40 min

La journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire a lieu ce jeudi 9 novembre. À cette occasion, il est important de rappeler comment aider les parents inquiets.

Le harcèlement scolaire toucherait 12 % des élèves en primaire, 10 % au collège et 1,4 % au lycée

Insultes, menaces, chantage, humiliation, mise à l’écart… Le harcèlement scolaire est le plus fréquent à la fin de l’école primaire. Des élèves sont directement victimes de violences verbales ou physiques à partir du CE2. Plus discret que le harcèlement physique, ce dernier est difficile à détecter par les adultes.

© Lopolo

Si le gouvernement du Québec a choisi d’y consacrer un ministère, en France, la prise de conscience sur la gravité de ces violences est beaucoup plus récente. Ainsi, ce jeudi 9 novembre 2017 n’est que la troisième Journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire.

Et il est temps, car ce problème prend de l’ampleur dans l’Hexagone. Selon plusieurs enquêtes, le harcèlement toucherait 12 % des élèves en primaire, dont 5 % de manière sévère, 10 % au collège (7 % de manière sévère) et 1,4 % au lycée. Aujourd’hui, un jeune sur 10 a été ou sera harcelé. En outre, quelque 40 % des élèves déclarent avoir été victimes d’une agression en ligne. Le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer a plaidé mardi, en marge d’un déplacement à Nanterre, pour « ce sens du témoignage, ce sens du repérage » de tous les personnels des établissements. Pour lui, « on doit tous se sentir responsabilisés ».

harcèlement scolaire

Guettez les premiers signes © Bruce Stanfield

Des changements brutaux de comportements doivent alerter les parents

Mais comment repérer une victime de harcèlement ? Les signes qui doivent alerter les parents sont constitués d’écarts brutaux de comportements : un enfant gai et épanoui et qui soudain est triste ou inquiet le dimanche soir ou les veilles de rentrée scolaire ; un enfant dont les notes diminuent soudainement. Un enfant qui, de pacifique et affectueux avec la fratrie et les parents devient soudainement agressif. Comme cela coïncide souvent avec la pré-adolescence, les parents ont tendance à ne pas chercher d’autres explications. Mais la famille est souvent le seul lieu où les enfants harcelés ne se sentent pas en danger relationnel, ils relâchent et donnent donc parfois libre cours à leur colère en son sein.

Lire aussi : Face à son ado, il faut savoir être un parent parfaitement imparfait !

Pour les élèves qui sont victimes de harcèlement scolaire ou qui sont témoins de ces scènes, il est notamment conseillé d’en parler à un adulte (maîtresse ou maître, professeur, parents par exemple). Il existe aussi un numéro vert Non au harcèlement au 3020  (du lundi au vendredi de 9 heures à 18 heures) ou Net écoute (harcèlement en ligne) au 0800 200 000 (du lundi au vendredi, de 9h00 à 19h00). De nombreux ouvrages permettent également d‘instaurer le dialogue entre enfants et parents, pour pouvoir mettre des mots sur des actes qui peuvent paraître anodins s’ils ne sont pas expliqués. En effet, les plus jeunes ne mesurent pas forcément les effets dévastateurs de leur jeu cruel. Le rôle des parents est de les amener à réaliser la dangerosité de certains actes.

Illustration bannière : Harcèlement à l’école – © SpeedKingz
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis