Les baleiniers japonais partent tuer plus de baleines en Antarctique

Des baleiniers nippons sont partis jeudi vers l’Antarctique pour une nouvelle campagne annuelle : en dépit des appels internationaux à cesser cette pratique, 333 baleines de Minke ou autres petits rorquals vont encore ‘passer à la casserole’ !

Rédigé par Séverine Bascot, le 10 Nov 2017, à 9 h 15 min

Malgré les pressions continues des associations de défense de la nature et de la plupart des États (sauf l’Islande et la Norvège), Tokyo refuse depuis 30 ans de cesser de chasser les baleines. Arguant que certaines espèces de cétacés ne sont pas en danger, comme la baleine Minke d’Antarctique, le Japon semble en faire véritablement un problème de principe politique plus qu’économique. En effet, aujourd’hui les Japonais ne mangent pas de baleine dans leur vie de tous les jours, et cette chasse a grand peine à être rentable.

Résultat, il y aurait des tonnes de viande de baleine en stocks, que les restaurants spécialisés ont du mal à écouler. Cette viande est d’ailleurs parfois servie dans les cantines scolaires pour transmettre la « culture alimentaire traditionnelle » aux enfants.

Le Japon persiste et signe pour une nouvelle campagne de chasse à la baleine

Des navires baleiniers ont quitté le port de Shimonoseki, dans la préfecture de Yamaguchi jeudi 9 novembre. La flottille se compose du Yushin Maru (724 tonnes) et du Yushin Maru III (742 tonnes). Ils rencontreront trois autres navires au large, dont le navire-usine Nisshin Maru (8145 tonnes) et le Yushin Maru II (747 tonnes), qui partiront d’autres ports. Ils resteront en mer jusqu’en mars pour y « étudier le comportement et la biologie des mammifères marins » d’après l’Agence japonaise de la pêche.

La chasse à la baleine à des fins commerciales est officiellement interdite depuis 1986 par la commission baleinière internationale (CBI). Cet organisme a fait l’objet d’une offensive diplomatique de grande envergure en 2006 de la part du Japon qui voulait en prendre le contrôle.

Pour contourner l’interdiction de chasser les baleines, le Japon, qui est signataire du moratoire sur la chasse de la CBI, se défend de chasser à des fins d’études scientifiques, utilisant ainsi une faille du texte qui autorise les prises de cétacés dans ce cas-là. Ce qui ne trompe personne. La valeur scientifique de ces massacres sont également remises en cause par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

baleinier japonais

À bord d’un baleinier japonais – capture d’écran Youtube

Quelles études scientifiques le Japon conduit-il ?

Cette nouvelle ‘expédition à visée scientifique’ va chercher à « déterminer des méthodes de calcul plus précises de façon à fixer les limites à des prises durables de baleines de Minke et à étudier l’écosystème des eaux de l’Antarctique » !

Autrement dit, le Japon cherche démontrer que les populations de baleines sont suffisamment bien portantes pour supporter des campagnes de chasse commerciales à des fins alimentaires.

Lire aussi : Islande ; 40 % de la viande de baleine consommés par les touristes

Au cours de la saison de chasse 2015-2016, les baleiniers japonais avaient déjà tué 333 petits rorquals dans l’Antarctique, parmi lesquelles plus de 90 % des femelles adultes étaient gestantes d’après Sea Shepherd.

Les baleiniers nippons se sont maintes fois heurtés en haute mer avec les navires de cette ONG ou d’autres organisations de défense des droits des animaux et de l’environnement cherchant à s’interposer. Mais l’Agence japonaise de la pêche a indiqué avoir pris des mesures pour la sécurité de ses baleiniers. Si bien que cette année, Sea Sheperd a finalement renoncé à jouer les empêcheurs de tourner en rond… sur le terrain.

Illustration bannière : À bord d’un baleinier japonais – @ Asmus Koefoed
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. sea Shepherd

  2. dernier avertissement au japon!!
    la suite sera INFERNALE et sans limite!!

  3. Je crois qu’il faut aller plus loin dans le combat en coulant les flottes baleinières dans les ports.
    Même si la chasse à la baleine n’est guère rentable,ces samouraï moyennageux d’operette le font par fierté et ne veulent pas stopper leurs opérations par peur d’être pris pour des perdants.
    Drôle de mentalité.

  4. Je suis graphiste et pour militer contre la reprise de la pêche à la baleine, il faut la faire communiquer par le plus grand nombre de personne pour que la baleine reste ce qu’elle est un mammifère pacifique. C’est pour cela que j’ai ouvert une boutique sur le thème de la baleine pour qu’elle soit le plus largement entendu et défendu visuellement. http://www.lajubarte.spreadshirt.net
    lajubarte

  5. avant tout il faut lutter contre la pollution moi qui
    habite en bord de mer j’ai
    constater visuellement une
    degradation importante depuis les annees 50-60 un depot sur
    les rochés plus de vareck la
    mer rejette des algues au marée

Moi aussi je donne mon avis