Carton rouge : du requin-renard interdit à la pêche au supermarché

C’est au magasin Intermarché d’Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales) que l’association Sea Shepherd France à découvert un étal de portions de requin-renard, une espèce menacée et protégée… en promotion !

Rédigé par Valérie Dewerte-Debisschop, le 31 Jul 2019, à 13 h 00 min

Affichée à 12,50 euros le kilo, ce requin-renard était vendu Argelès-sur-Mer chez Intermarché. Une pièce de choix dont la tête était fièrement présentée pour attester de l’authenticité du produit. Produit issu d’une espèce menacée et protégée, le requin-renard dont la pêche est pourtant interdite. L’association Sea Shepherd France à immédiatement dénoncé les faits en publiant une photo du squale.

La vente de requin-renard pourtant légale

En effet, en France, la pêche « volontaire » de certaines espèces est interdite, mais elles se retrouvent prises dans les filets de bateaux de pêche de façon accidentelle, la vente est alors autorisée en toute légalité.

La faute au chalut, un filet qui détériore les fonds marins et capture les espèces de manière non sélective.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture a estimé entre 17,9 et 39,5 millions de tonnes de captures « accidentelles » chaque année.

Les ONG et associations de défense de l’environnement marin sensibilisent à la promotion de techniques de pêche moins destructrices des écosystèmes marins. Le tweet de Sea Shepherd France permet de sensibiliser les consommateurs et d’interpeller les distributeurs sur une question morale : doit-on mettre en vente de telles espèces ?

Le requin remplacé par de l’espadon et du thon rouge

Le groupe Les Mousquetaires a rapidement réagi en retirant le requin-renard de la poissonnerie du supermarché et a répondu à l’association : « Suite à l’interpellation sur la vente de requin dans certains points de vente, nous confirmons qu’il ne s’agit nullement d’une politique d’enseigne mais de regrettables initiatives isolées. Nous avons immédiatement fait cesser ces ventes ».

En revanche, en lieu et place du poisson protégé, ce sont deux autres espèces menacées, de l’espadon de Méditerranée et du thon rouge qui ont été proposées aux consommateurs à l’Intermarché d’Argelès !

Un double carton rouge cette semaine donc pour cette enseigne !

A lire aussi :
Illustration bannière : Le requin-renard, une espèce menacée et protégée © bearacreative
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Foin de cagoule, si le requin est péché par accident, autant le vendre que de le mettre dans la benne aux ordures ou en faire de la farine.En plus j’adore les ailerons et la tête, si j’en trouve.
    De toutes façons, il est mort, autant qu’il serve.
    Aucune honte.

Moi aussi je donne mon avis