Les cahiers de vacances sont-ils toujours utiles pour nos enfants ?

C’est l’été : les vacances scolaires approchent, avec pour les enfants la fin de la corvée des devoirs ! Mais déjà, on parle de cahiers de vacances. Alors, faut-il leur en acheter ? Sont-ils vraiment utiles pour les enfants ?

Rédigé par Hugo Quinton, le 20 Jun 2018, à 16 h 55 min

Qui se souvient de son dernier cahier de vacances ? Quand on en parle, il y a deux écoles, ceux qui sont pour et qui, à l’époque, adoraient ça, et les autres qui ne supportaient pas la vue de ces cahiers d’activités. Eh oui, pour certains les vacances sont sacrées ! Aujourd’hui, posons-nous la question de savoir s’ils sont-ils toujours utiles pour nos chères petites têtes blondes ?

 Les cahiers de vacances, une institution en France

L’année dernière comme l’année précédente, 4,5 millions d’exemplaires de cahiers de vacances se sont vendus dans le monde(2), contre 4,2 millions en 2015 : ce sont les seuls, avec les livres de soutien scolaire, à encore connaître un vrai succès.

cahiers de vacancesDe fait, ce marché représentait un chiffre d’affaires de 25,3 millions d’euros en 2017. En moyenne, les cahiers de vacances coûtent 5,60 euros (contre 5,70 en 2016 et 5,90 euros en 2015). Côté marketing, finis les cahiers austères : place maintenant aux cahiers Mickey ou Tchoupi. Ces personnages de dessins animés accompagnent les enfants de maternelle et de primaire tout au long de l’été, et sont sensés rendre les cahiers de vacances plus amusants.

Les cahiers en vacances, est-ce vraiment utile ?

C’est toujours la même question : dois-je laisser mon enfant se tourner les pouces pendant les vacances ou l’astreindre à remplir des cahiers de vacances tout l’été ?

Les études montrent que lorsque viennent les grandes vacances, le niveau des bons élèves grimpe, tandis que celui des plus faibles baisse. Cela serait dû au fait que les bons élèves font des découvertes pendant leurs vacances, avec leurs parents ou de façon autonome, tandis que les plus faibles restent inactifs.

Mais pour Agnès Péron, enseignante en classe de CM1 et CM2, les cahiers de vacances n’y sont pour rien : « Entre ceux qui ont fait des cahiers de vacances et ceux qui n’en n’ont pas fait, je ne vois absolument pas la différence au mois de septembre ».

Des alternatives aux cahiers de vacances

Ce qui pousse à croire que les cahiers de vacances ne servent pas à augmenter les capacités des enfants. Comme le rappelait Marie Duru-Bellat, sociologue spécialiste de l’éducation, interrogée par Europe 1 : « Il ne faut pas être obsédé par les cahiers de vacances. Ce qui est important c’est que l’enfant ait l’occasion de lire et de faire des petites additions, au restaurant par exemple ».

Il existe ainsi des alternatives aux cahiers de vacances pour apprendre en s’amusant. Pour Laura, enseignante et lectrice de consoGlobe.com, « le conseil que je donne aux parents, c’est de jouer à des jeux de société avec leurs enfants : cela vaut tous les devoirs ou cahiers de vacances du monde ! Les jeux de société font tout travailler : compréhension, maths, lecture, stratégie, vivre ensemble ».

Cuisiner est également un bon de lire, calculer les proportions, faire des recherches sur les ingrédients… tout en partageant du bon temps. Au même titre qu’écrire des cartes postales ou préparer un reportage sur les vacances !

cahiers de vacances

Les vacances sont faites pour se reposer avant tout, y compris les neurones © wavebreakmedia

En somme : si vous achetez un cahier de vacances pour votre enfant, cela ne le rendra sûrement pas plus intelligent mais cela le préparera à l’année à venir. Il est toutefois utile de rappeler qu’il n’est pas bon de laisser son enfant seul face à son cahier : il a besoin de vous pour comprendre, mémoriser ce qui lui est demandé.

Les vacances sont aussi faites pour se détendre au sens propre : laissez aussi votre enfant en profiter pour faire du sport, ou tout simplement pour ne rien faire. D’ailleurs, selon Stéphane Clerget, pédopsychiatre, quand vient la fin des vacances, les cahiers de vacances ne sont achevés qu’une fois sur quatre.

Illustration bannière : Enfant travaillant sur son cahier de vacances – Capture d’écran
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je suis passionné par le web et tout ce qui entoure, de près ou de loin, les réseaux sociaux. A ce titre, j'ai contribué à plusieurs media en ligne, en...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour
    ce sujet semble dater de 2016, mais il est encore lu puisque il y a une réponse assez récente. Je crois que le cahier de vacances est utile mais qu’ il faut encourager les enfants à le faire de façon beaucoup plus amusante que le travail scolaire, et pourquoi pas de façon mi encourageante- mi taquine. Quelques exemples de « jeux », toujours à partir d’ une série d’ exercices présent dans l’ un de ces cahiers (on peut varier les plaisirs chaque jour)
    – le « défi bonbon gage »: pour chaque exercice juste, un bonbon gagné, mais dans le cas contraire, on doit tirer un papier dans une poche ou une boite et faire le gage inscrit
    – le « défi « poche de bonbons/farce »; chaque exercice permet donc de remplir une poche avec, pour chaque exercice juste, un bonbon, et pour chaque exercice faux, une boule de papier dans un papier bonbon. A la fin , la poche est d’ autant plus intéressante ou frustrante qu ‘on a fait attention ou pas.
    – le « défi ballons/ farce » (pour les plus petits):même principe avec des ballons de baudruches gonflables ou pas (bien sur un ballon crevé se repérera facilement, mais pas s’il est perçé, par contre au moment de souffler, hahaha !
    -le « défi pochette bonne/mauvaise surprise »: on remplis un cornet selon ce même principe avec des choses intéressantes (bonbons, petits jouets) ou des farces (emballages vides ou trompeurs, choses absurdes, boules de papiers…)
    Bien sur c’ est compatible, car on peut mettre des bonbons/ ballons farces dans les pochettes surprises
    voila, mais il faut que l’ enfants comprenne et accepte le principe avec humour, mais ça peut bien faire passer la pilule
    CDT

  2. Les cahiers de vacances sont utiles pour ceux qui les vendent cela rapporte!!!!!!!!!

  3. « il n’est pas bon de laisser son enfant seul face à son cahier : il a besoin de vous pour comprendre, mémoriser ce qui lui est demandé. »
    Ne faut-il pas aussi laisser les enfants chercher par eux-même, faire leur propre découverte? Les parents doivent-ils être investi à ce point dans les devoirs, les cahiers de vacances etc. Une aide ponctuelle au besoin, je comprends tout à fait mais cette nécessité d’être toujours sur le dos de son enfant? Pourquoi ne pas les laisser vivre, se tromper, être confronté aux difficultés, les surmonter et prendre confiance en leurs propres capacités en passant!

  4. Vu la médiocrité galopante du niveau scolaire, les cahiers de vacances ne risquent pas d’être inutiles pour qui veut entretenir les capacités cognitives de ses gosses. Pour les autres, ceux qui s’en fichent et ne s’occupent pas de leurs progénitures, assurément, ils en feront, à leur image, de véritables idiots confirmant le déclin de notre civilisation : rien dans la tête, rien dans le coeur mais amateurs de téléréalité ! Ah, elle est belle la France d’aujourd’hui !
    Merci aux rares parents qui en sont encore !

  5. En tant qu’enseignante, le conseil que je donne aux parents c’est de jouer à des jeux de société avec leurs enfants : cela vaut tous les devoirs ou cahiers de vacances du monde ! Les jeux de société font tout travailler : compréhension, maths, lecture, stratégie, vivre ensemble.
    Ne pas hésiter pour les plus grands à leur faire lire les règles ou anticiper la case d’arrivée pour les jeux type jeu de l’oie : « Tu es sur le 6, le dé a fait 4, où est-ce que tu vas devoir mettre ton pion ? » Que ce soit des jeux éducatifs ou des jeux plus classiques, tout est super riche.
    Amusez-vous bien !!! =)

    • Bonjour Laura,

      et quels conseils donnez vous pour des parents qui ne s’occupent pas du travail scolaire de leur enfant ? ‘(et qui ne joue pas avec eux en somme..)

      ps : j’ai 3 nièces/neveux dont le petit dernier a quelques difficultés scolaire. Je leur ai acheter les cahiers de vacances pas trop gros (pour pas qu’ils se découragent) en espérant qu’ils arriveront à les faire sans présence de leur parents surtout le petit dernier.

      Merci!

Moi aussi je donne mon avis