Biodiversité – Histoire d’un biocide annoncé d’ici 2080

Rédigé par Jean-Marie, le 21 May 2013, à 17 h 47 min

La biodiversité est dans le rouge. Le réchauffement climatique met les espèces vivantes de la planète sous pression. L’homme s’adapte en utilisant sa technologie, d’autres espèces, plantes ou animaux, déménagent pour s’adapter aux modifications climatiques, et beaucoup … tout simplement disparaissent.

Espèces animales et végétales en alerte rouge

Vous direz que cela n’est nouveau comme le démontre le compteur « nombre d’espèces qui disparaissent » du Planetoscope.  C’est exact mais il y a du nouveau. Pas franchement encourageant.

Une étude de l’Université d’East Anglia a été menée sur 50 000 espèces animales et végétales du monde entier. Ses conclusions mettent en évidence les points chauds (c’est le cas de le dire !) de la planète : il s’agit de l’Afrique subsaharienne, de l’Amazonie, de l’Australie, de l’Amérique centrale.

Bilan global  : les deux-tiers des plantes + la moitié des animaux vont connaitre un fort déclin d’ici 2080 ! ! Certains parlent de la sixième vague d’extinction de masse, après les 5 qu’a déjà connu la terre depuis les temps géologiques.

Comment dit-on génocide pour la biodiversité ? Biocide … ?

Il y a 56 millions d’années, le réchauffement  contradictoire

foret-tropicale rechauffementLe paléontologue Carlos Jaramillo a été très surpris des résultats des recherches qu’il a mené pour le compte du Tropical Research Institute de Panama. Son étude qui a porté sur les forêts tropicales  a mis en évidence l’impact du réchauffement climatique de 3 à 5°C que la Terre a connu il y a 56,3 millions d’années.

“On a trouvé l’opposé de ce qu’on cherchait” explique-t-il, surpris.  Sur cette période de réchauffement de 10 à 20 000 ans, il est apparu plus d’espèces végétales qu’il n’en a disparu. Pourquoi ? Sans doute parce-que le réchauffement se doit d’être progressif (et non brutal comme de nos jours) pour que les plantes aient le temps de s’adapter, suppose-t-il.

*

Je veux témoigner

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. TU AS RAISON KARINE EN CE SENS QUE le réchauffement climatique de notre époque est plu rapide et plus violent que ceux préhistoriques comme tu la si bien signale .nos espèces nous porront pa s’adapter a ces changement .

  2. Je veux juste que l’humanité respect ce que Dieu a créée et croyez moi se sera tout
    je suis entrain de parler de ce qui peut rendre l’homme heureux

  3. Il faut se souvenir que la Terre représente un tout de 100 %.
    Si l’espèce humaine se développe au point de capter 80 % du disponible en tout ( terres, oxygène, eau, carbone, acides aminés etc..) il ne reste que 20 % pour les autres. C’est mathématique.
    Plus une espèce se développe ( dinosaures, plantes, humains, etc) plus elle empêche les autres de vivre.

  4. Comme le rechauffement contemporain se fait à toute vitesse (1 siècle) comparé aux autres réchauffement préhistoriques, il y a peu d’espoir que les espèces aient le temps de s’habituer ; toutes ne pourront pas déménager. Ai-je raison ?

Moi aussi je donne mon avis