Biocoop : des avocats aux origines douteuses

Les avocats vendus dans les Biocoop pourraient bien ne pas être bio et provenir d’Amérique du Sud et non pas d’Espagne. C’est ce que révèle un document interne divulgué par ‘Le Canard enchaîné’.

Rédigé par Paul Malo, le 11 Jul 2019, à 10 h 10 min

Un document interne de Biocoop révèle les interrogations de la direction à propos de l’origine des avocats vendus en magasins. Les fruits pourraient ne pas être issus de l’agriculture biologique.

Avocats Biocoop – Importés d’Espagne mais provenant d’Amérique du Sud

Si même le réseau Biocoop, premier réseau de magasins bio de France avec 590 boutiques et 1,2 milliard d’euros de chiffre d’affaires, en doute, comment les clients pourraient-ils avoir confiance ? D’après Le Canard enchaîné, la direction générale de Biocoop, elle-même, a plus que des doutes sur l’origine des avocats vendus dans ses magasins, qui pourraient ne pas être issus de l’agriculture biologique(1).

Les avocats vendus en magasin Biocoop proviendraient d’Amérique Latine © Elena Pavlovich

C’est un document confidentiel présenté le 28 juin lors du Conseil d’administration du réseau, qui révèle que les avocats censés être importés d’Espagne pourraient en réalité provenir d’Amérique du Sud. De quoi douter de la véracité de leur côté bio… Biocoop a invoqué un problème avec un grossiste et a demandé à ce que deux producteurs soient exclus de leurs approvisionnements.

Trois scénarios improbables

Mais avant cela, les administrateurs de Biocoop se sont vu proposer « trois scénarios », une fois informés de la situation. Le premier : « On ne change rien, on considère que nos contrats sont conformes, et les tromperies à la production sont hors de notre responsabilité et de notre contrôle »Le second propose la « création de leur propre station de conditionnement en partenariat avec un local ».

La troisième option proposait de se rapprocher de leurs distributeurs pour « mettre les points sur les ‘i’, exiger une totale transparence et une traçabilité efficiente ». Seul bémol, accessoirement indiqué en rouge dans le document : cela avait « déjà (été) demandé à maintes reprises sans retour satisfaisant ».

Un magasin Biocoop en Normandier © Photoagriculture / Shutterstock

Suite à  l’article du Canard enchaîné, Biocoop  s’est défendu dans un communiqué(2). L’enseigne précise que ses doutes quant à l’origine de certains avocats reposeraient sur les allégations d’un fournisseur local mais non sur des faits avérés.

Elle prétend avoir mandaté un audit auprès de ses producteurs et de ses fournisseurs qui n’aurait révélé aucune irrégularité. « Toutefois, après échange sur place avec des producteurs et sur la base de rumeurs persistantes et non de faits, il apparaît que deux producteurs n’apportent pas de garanties suffisantes. Biocoop par principe de précaution décide de les écarter de ses approvisionnements », affirme le communiqué.

Culture de l’avocat – Le saviez-vous ?

Pour info, la culture de l’avocat est particulièrement gourmande en eau. On estime qu’il faut 1.000 litres d’eau pour trois avocats. Le transport des avocats importés depuis l’Amérique Latine jusqu’en Europe est de plus très énergivore. En bateau, les fruits doivent être réfrigérés pendant vingt jours à 6°C.

Sans compter les ravages sociaux et sanitaires engendrés par cette culture. Notamment au Mexique où l’« or vert » attire la convoitise des cartels.

Illustration bannière : Les avocats de Biocoop vraiment bio ? -© Dragon Images
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




1 commentaire Donnez votre avis
  1. Pourquoi ne trouve-t-on pas d’avocats en provenance d’Israël?
    A qui se fier pour avoir du BIO réel?

Moi aussi je donne mon avis