Bébés malformés : l’écologiste Yannick Jadot accuse les pesticides

Plusieurs bébés sont nés avec des malformations, ces dernières années, dans trois endroits distincts en France. Si aucune cause n’a été déterminée par les médecins, pour certains, comme pour l’élu Yannick Jadot, aucun doute, les pesticides sont les coupables désignés.

Rédigé par MEWJ79, le 9 Oct 2018, à 10 h 11 min

Des bébés sont nés sans bras ou sans mains en France, ces dernières années. Un phénomène inquiétant qui, selon l’écologiste Yannick Jadot, est dû aux pesticides.

Des bébés nés sans main ou bras : les pesticides en cause ?

Sept bébés sont nés sans bras ou main dans l’Ain entre 2009 et 2014. Et l’on a appris qu’il ne s’agissait pas de cas isolés. En effet, d’autres cas d’agénésie (atrophie de membres) ont été relevés en Bretagne, précisément à Guidel, une commune du Morbihan d’à peine 11.000 habitants, entre 2011 et 2013. Enfin, entre 2007 et 2008, trois enfants sont nés dans la même commune de Mouzeil (Loire-Atlantique) avec, eux aussi, des malformations.

malformations

Pas de bras… © Shelly Still

Yannick Jadot, élu d’Europe Écologie-Les Verts, s’est dit « scandalisé par cette affaire », ce lundi 8 octobre 2018 sur RTL. Et il n’hésite pas à pointer du doigt ce qu’il considère comme la cause de ces drames : « Ce qu’on ne veut pas voir aujourd’hui, c’est qu’il est très probable que ces malformations soient liées aux pesticides, toutes les familles qui ont été touchées par ces malformations vivant à côté de champs de maïs et de champs de tournesol ».

Pour Yannick Jadot, un manque cruel de moyens empêche de connaître la vérité

Pourtant, d’après une enquête de Santé Publique France, aucune explication n’est donnée quant à l’origine de ces malformations. Les médecins disent ne pas savoir d’où peut provenir l’anomalie qui ne serait ni génétique, ni liée à des prises de médicaments ou de drogue. Pour rappel, l’agénésie est très rare et ne concerne que 1,8 naissance sur 10.000. Alors pourquoi un nombre si élevé de cas en un temps si court et dans des périmètres aussi restreints ?

Pour Yannick Jadot, aucun doute : « On ne veut pas faire les études épidémiologiques autour des incinérateurs, autour des centrales nucléaires ; on ne veut pas le faire sur les pesticides parce qu’encore une fois, on ne veut pas savoir »Une omerta donc et, selon l’élu, un cruel manque de moyens qui empêchent les associations chargées de collecter les informations, de mener à bien des études sur les causes réelles de ces malformations.

Illustration bannière : Pieds de bébé – © bogonet
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Visionnez le documentaire « le roundup face à ses juges » de Marie Monique Robin. Tout y est clairement démontré.

Moi aussi je donne mon avis