L’Australie détruit des échantillons français de plantes du 19ème siècle

Une précieuse collection de plantes envoyée en Australie par le Muséum d’histoire naturelle de Paris en mars, vient d’être détruite par les officiers de quarantaine.

Rédigé par Séverine Bascot, le 9 May 2017, à 11 h 15 min

C’est une bourde sans précédent et surtout rageante que viennent de faire les responsables australiens de la biosécurité : des spécimens uniques et historiques de plantes florales rares, prêtés par le Muséum d’histoire naturelle de Paris ont été incinérés par des agents de biosécurité australiens : les documents de transport ne répondaient pas aux exigences officielles.

Des plantes historiques détruites par l’administration australienne

La précieuse collection de plantes remontait au milieu des années 1800 et avait été envoyée à l’herbier du Queensland par le Muséum d’histoire naturelle de Paris en mars.

La quarantaine a déclaré que la paperasserie n’était pas conforme et que leur réponse était de les détruire avant qu’une autre solution ne soit possible.
a déclaré professeure Michelle Waycott, présidente du Conseil des chefs d'Herbier australien

 

C’est visiblement le deuxième incident de ce genre. En effet, un échantillon d’une institution de Christchurch envoyée à Canberra, avait été détruit dans les même circonstances, si bien que la Nouvelle-Zélande a depuis promulgué une interdiction générale d’envoyer tout autre spécimen en Australie.

La recherche internationale dépend du partage d’échantillons dans le monde entier et ces deux bourdes ont mis les chercheurs australiens dans une position difficile : les institutions scientifiques étrangères vont dorénavant se poser la question à deux fois avant d’envoyer du matériel vers l’Australie. Impossible en effet de prendre de tels risques « lorsque vous avez des spécimens qui sont très vieux ou difficiles à atteindre […] parfois du matériel qui n’existe plus. C’est pourquoi c’est tellement dévastateur ! » ajoute la professeure australienne.

Lire aussi : L’USDA supprime sa banque de données sur le bien-être des animaux en captivité

Un cafouillage administratif en cause

Pour protéger l’île de toute contamination extérieure, les règles de quarantaine et les procédures de restriction concernant l’importation de marchandises en Australie sont très strictes.

Un porte-parole a déclaré que les échantillons français étaient marqués d’une valeur de 2 dollars et qu’aucune notification préalable n’avait signalé le colis et son contenu si spécial. Mis en cause : un malentendu dû à un brouillage de courrier électronique qui fait que les services de douanes n’ont pas reçu de documentation supplémentaire.

Les responsables de la biosécurité disent avoir conservé les échantillons un mois supplémentaire, mais les problèmes de la paperasserie ont trainé. Ils ont alors incinéré les plantes alors que la communication entre le ministère et le destinataire était encore en cours. Les officiers ont reconnu que ces échantillons représentaient « une valeur significative en tant que collection de référence botanique » et n’auraient pas été détruits si tout était en ordre.

Le ministère australien de l’Agriculture et des Ressources, qui visiblement, ignorait la destruction des spécimens néo-zélandais, a demandé une enquête. « C’est un événement profondément regrettable », mais il rappelle que la responsabilité partagée du système australien de biosécurité et de la nécessité d’adhérer aux conditions d’importation.

Illustration bannière : Échantillons botaniques – © Shaiith
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

7 commentaires Donnez votre avis
  1. « Protéger l’île de toute contamination extérieure ». On croit rêver ! L’Australie a depuis longtemps introduit toutes sortes d’espèces animales et végétales avec les ravages que l’on connait sur l’écosystème local.
    De qui se moquent-ils ?

  2. Les échantillons français étaient marqués d’une valeur de 2 dollars tout est dit…vraiment pas malin le Museum d’histoire naturelle de Paris.

    • De plus, les autorités australiennes expliquent que la confusion est aussi venue du fait que sans savoir ce qu’il y avait à l’intérieur les agents de quarantaine s’étaient fiés à l’évaluation du colis envoyés, soit 2 euros. En effet, comme il est impossible d’évaluer le prix de ces pièces uniques, il est de coutume pour les envois d’échantillons d’y mettre cette valeur dans le but de ne pas être classé dans la catégorie des produits commerciaux, ce qui est le cas pour les biens dépassant 15 euros.(copie à partir d’un autre site)

  3. L’intelligence n’est apparemment pas donné à tout être humain à la naissance.
    Mais apparemment, il y a un continent qui respire l’annerie, comme on peut s’en apercevoir, bien malgré nous…!
    Ne plus rien leur envoyer puisque ces gens-là ne sont pas suffisamment cultiver, par conséquent, les laisser dans leur siècle de bêtises qui ont l’air de s’accumuler.
    A qui le prochain???!

  4. Cela prend bien plus de temps de créé un herbier avec prélevat, habitus, nomenclature binomiale latine, vertues médicinale, et c’est vraiment grâve car en dix secondes un homme a tout détruit comme ça.

  5. pitoyable

  6. Il y a donc des bourains dans toutes les administrations.
    La culture a vraiment beaucoup de mal à diffuser.

Moi aussi je donne mon avis