3 milliard d’animaux victimes des incendies en Australie

Les feux qui ont touché l’Australie fin 2019 début 2020 auraient causé la mort de près de 3 milliards d’animaux sauvages.

Rédigé par Paolo Garoscio, le 29 Jul 2020, à 10 h 44 min

L’Australie, située dans l’hémisphère sud, a connu durant son été 2019-2020 (soit durant notre hiver 2019-2020), une situation catastrophique en termes d’incendies. Les « bushfires » de l’été 2019-2020, les feux qui ont frappé l’arrière pays australien, appelé justement « bush », ont été les pires jamais enregistrés dans l’histoire moderne.

Des milliards d’animaux décédés ou impactés

Lors des incendies, les images avaient fait le tour du web : koalas en détresse, dévastation totale de la faune et de la flore de l’arrière pays australien… Et un chiffre avait rapidement été avancé par les spécialistes : 1 milliard d’animaux auraient été tués ou fortement impactés par les bushfires. Au final, malheureusement, cette première estimation était loin de la réalité.

Le WWF a commandé un rapport, intitulé Australia’s 2019-2020 Bushfires : The Wildlife Toll, dont les premiers résultats ont été rendus publics le 28 juillet 2020. Selon cette étude, ce ne sont pas un milliard mais près de 3 milliards d’animaux qui ont été tués ou impactés par les feux. Le rapport donne même une estimation détaillée : 143 millions de mammifères, 2,46 milliards de reptiles, 180 millions d’oiseaux et 51 millions de grenouilles et crapauds.

Peu d’animaux seraient rescapés

animaux morts incendies australie

Le feu et la chaleur ont propagé le feu très rapidement, ne laissant pas aux animaux le temps de s’échapper – © Toa55

Dermot O’Gorman, à la tête de la branche australienne du WWF, a jugé qu’il était difficile « de penser à un autre événement ailleurs dans le monde, de mémoire, qui a tué ou impacté autant d’animaux ». Les Bushfires de 2019-2020, selon lui, se rangent parmi « l’un des pires désastres pour les animaux sauvages de l’histoire moderne ».

Les Bushfires, selon le docteur Lily Van Eeden de l’université de Sydney, auraient touché 11,46 millions d’hectares, l’équivalent d’un sixième de la superficie de la France. Pour le professeur Chris Dickman, également de l’université de Sydney et qui supervise ce projet d’analyse, peu d’animaux rescapés des flammes auraient survécu, notamment à cause du manque de nourriture. Bien qu’il soit impossible de donner un chiffre précis différenciant les animaux décédés et ceux impactés, il y a de fortes chances que les premiers dépassent largement les seconds.

Illustration bannière : Les incendies en Australie ont été ravageurs – © stockpexel
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis