Qui a parlé de formation des jeunes aux 9e Assises Nationales de la Biodiversité ?

Les 9e Assises Nationales de la Biodiversité sont finissent aujourd’hui vendredi 21 juin après trois jours de discussions, d’ateliers et de visites. Si élus et professionnels se sont relayés pour acter de l’urgence totale dans laquelle nous nous retrouvons désormais sur le sujet, il y a certains pans où les choses sont encore largement à revoir, notamment dans le domaine de la formation des jeunes et l’enseignement agricole.

Rédigé par Julien Hoffmann, le 21 Jun 2019, à 9 h 00 min

La formation des jeunes et l’enseignement agricole sont l’un des sujets de ces 9e Assises Nationales de la Biodiversité et ce n’est pas là un sujet à prendre à la légère si l’on veut un jour pouvoir se nourrir correctement, sans impacter l’environnement et donc la biodiversité, sans devoir assumer tous les coûts cachés d’une agriculture irraisonnée (soins, retraitement des eaux polluées, etc.).

Formation des jeunes – Un constat pas vraiment encourageant

C’est lors d’un atelier intitulé « gestion de l’eau et érosion des sols : amorçons-nous le virage de la gestion raisonnée ? » que la discussion a doucement glissée vers la formation agricole notamment à travers le prisme de l’agroforesterie.

formation des jeunes

Car oui, l’agroforesterie est une réponse aussi efficace contre l’érosion des sols qu’elle peut être facilement proportionnée à la problématique… encore faut-il valoriser la technique et l’enseigner !

Sur le sujet il semblerait que seuls 71 établissements de l’enseignement agricole sur les 179 qui relèvent donc du Ministère de l’agriculture, abordent le sujet. Il faut bien préciser que « aborder le sujet » ne veut ici en aucun cas dire qu’il y a nécessairement des travaux pratiques à la clef dans tous les lieux d’enseignement.

Lire aussi : Rapport IPBES – Des preuves accablantes et inquiétantes du déclin de la biodiversité

Et la problématique de la formation surgit

De fil en aiguille, on s’aperçoit bien que la formation agricole en matière de cahier des charges bio, de techniques alternatives comme le non-labour et autres solutions qui ont fait leurs preuves, sont présentées comme étant la tête de pont de l’enseignement agricole.

Et patatras !

« Je ne sais pas de quels lycées agricoles vous parlez, mais pour ce qui me concerne je finis un cycle de cinq ans d’études dans l’enseignement agricole et on ne m’a jamais parlé de quoi que ce soit sur le sujet » rapporte une jeune femme de la Nièvre. « Les seules heures de cours que j’ai eu sur le bio pendant tout mon cursus était utilisées pour rattraper le retard des autres cours parce qu’avec les réductions budgétaires et les changements de programmes, les professeurs n’ont plus le temps de finir le programme de base » finit-elle.

« Haaaa ! ! Je suis heureux d’entendre ça » s’exclame Olivier Lavaud. « Je suis formateur en agroécologie en Alsace à la fois dans une association qui anime un terrain en maraîchage avec la technique et dans un lycée agricole où, si je ne passe pas pour un doux rêveur, on se moque littéralement de moi malgré tous les succès techniques que je peux démontrer par A plus B sur le terrain autant en matière de rendement que d’efficacité. Faut quand même savoir qu’on en est encore à avoir des fils d’agriculteurs qui sont heureux d’avoir pu enfin couper les derniers arbres de leurs parcelles parce qu’ils font obstacle pour cultiver du maïs et pas un prof’ à part moi pour leur dire que c’est du n’importe quoi ! Je suis le seul à enseigner l’agroécologie pour 2.000 élèves et l’année prochaine mon volume horaire passe de 168 à 42 heures, quelle ambition ! »

L’agroforesterie, l’avenir de la biodiversité © Défi Ecologique

Deux autres personnes enchaînent les témoignages du même acabit à Amiens et à Bergerac, la rivière des témoignages de terrain a emporté en quelques instants la couche superficielle des discours théoriques et administratifs… Au final, le propos de l’érosion était plus pertinent que prévu.

La biodiversité (vraiment ?) enseignée aux enfants

Quand Allain Bougrain Dubourg vient sur scène pour présenter les actions menées par la ligue de protection des oiseaux dans le département où se tiennent ces Assises, on comprend la démarche.

Intervenir dans les écoles du primaire pour faire découvrir cette biodiversité ordinaire aux plus jeunes, la valoriser et développer une gamme d’outils directement au coeur de l’école pour qu’enfin on y invite la nature, bien-sûr c’est très bien ! Quoi qu’on aurait préféré que ce soit au programme de l’Éducation Nationale et non un enseignement confié à une simple association

Difficile donc, avec cette vision-là de l’enseignement agricole et au moment où les cours de Science et Vie de la Terre tombent à seulement 1h30 par semaine dans l’enseignement général, d’entendre des discours de clôture de ces 9e Assises Nationales de la Biodiversité qui mettent tant d’espoirs dans les générations à venir.

Quitte à ne pas en faire assez aujourd’hui, donnons au moins la possibilité à nos successeurs de pallier à nos propres manquements !

Illustration bannière : Former les générations futures à des techniques plus respectueuses de la biodiversité- © Savanevich Viktar
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour

    Je suis également animateur national de l’enseignement agricole comme mon collègue Jean-Luc. Nous fonctionnons très différemment de l’éducation nationale. Je n’étais pas aux assises mais je peux témoigner très largement de l’implication de l’enseignement agricole en agroécologie et en biodiversité pour travailler sur de multiples projets avec les lycées agricoles, tant sur Ecophyto, sur l’agroforesterie, en agronomie (réduction des intrants) et forcément sur la biodiversité. J’estime avoir visité 60 lycées agricoles depuis 9 ans. La biodiversité est présente dans la majorité des référentiels de formation comme on peut le voir sur le site officiel « Chlorofil », ex : chlorofil.fr/diplomes/secondaire/btsa/gpn mais aussi dans le secondaire, en bac techno, pro ou général dans les options du ministère de l’agriculture. Il y a 192 exploitations agricoles pour 18.000 ha de plantations avec un entretien de la biodiversité que ce soit en espèces rares (Hamster en Alsace : Obernai, conservatoires de plantes cultivées, races locales…) et tout cela au service de la pédagogique. Même si il reste beaucoup à faire, 80 % des lycées sont officiellement engagés dans la réduction d’intrants de synthèse et la surface bio est de 22 %, en augmentation constante.
    Les lycées représentent la plus grande surface expérimentale de France aujourd’hui.
    A noter que le plan d’agroécologie démarré en 2014 se poursuit jusqu’en 2022 au moins avec une implication de tous ceux qui le souhaitent.
    La volonté institutionnelle est incontestable. reste la volonté de chaque individu et sa posture pour changer mais là, l’enseignement agricole n’a pas à rougir face au contexte national.
    Au service de la transition agroécologique et des transition écologique, énergétique, éducative et alimentaire. La reconception et la résilience sont au coeur des enjeux de demain dans l’enseignement agricole (biodiversité, changement climatique, sols, eau,bio, diversification, baisse et supression des produits de synthèse…) .
    Tout cela est et sera fait en collectif pour changer et innover avec une volonté croissante n’en déplaise à ceux qui doutent !

    Philippe Cousinié

  2. Bonjour,
    Je suis animateur du réseau biodiversité de l’enseignement agricole. J’étais présent aux assises pour animer un atelier formation agriculture-biodiversité : un duo gagnant ! Il aurait été bien que ces débats aient lieu dans cet atelier aussi… Remettons les choses à leur place :
    – oui l’enseignement agricole doit faire sa mutation pédagogique. Et c’est en cours.
    – les référentiels de formation ont tous été modifiés dans le sens de l’agroécologie. Reste à le confirmer sur le terrain, où chaque établissement a son autonomie sur les modalités pédago.
    – 71 lycées n’ont pas seulement discuté d’agroforesterie mais ont mené des actions sur l’agroforesterie (plantations en intraparcellaire, haies, verger maraicher, …)
    – la ferme France de l’enseignement agricole est bien plus « bio » que la ferme France dans son ensemble – voir site internet du réseau formabio, qui travaille avec tous les acteurs du Bio de France
    – des référents agroécologie ont été désignés dans chaque région pour accompagner la Transition
    – Biodiversité : 25 établissements sont sites de démonstration OAB, 25 sites sur Apiformes, une convention va être signée avec l’AFB, les ruchers école, les labels végétal local et vraies messicoles, le contrôle biologique par conservation, se développent …

    Alors certes tout n’est pas parfait loin de là. N’oublions pas non plus que pour les enseignants,même motivés, ce n’est pas toujours facile avec des jeunes qui ont une certaine culture agricole… Mais ça avance et notre rôle est justement de contribuer à déployer l’agroécologie partout.

Moi aussi je donne mon avis