Dans la forêt colombienne, les Amérindiens tentent d’échapper au coronavirus

Les populations indigènes de Colombie se coupent de tout contact avec le reste du pays pour tenter d’échapper autant que faire se peut à l’épidémie de coronavirus.

Rédigé par Paul Malo, le 13 Apr 2020, à 13 h 00 min

Peut-on échapper à une pandémie ? Face à l’arrivée du Covid-19, les peuples amérindiens de Colombie se tournent vers la forêt.

Des peuples confrontés à bien des épidémies

Les épidémies, les maladies apportées par les conquérants et explorateurs venus d’Europe, les tribus amérindiennes les connaissent plus que bien. Jadis, elles ont été décimées tant par les armes que par les virus et les microbes inconnus importés du Vieux Continent par les Conquistadors. Aujourd’hui, la vague de Covid-19 venue de Chine s’attaque à l’Amérique après l’Europe. Cette fois, pour y survivre, les peuples autochtones de Colombie sont appelés à quitter les villes pour y échapper.

Amérindiens coronavirus

De nombreuses personnes, comme ici deux femmes Wayuu, vivent du tourisme – © Sara Pons

D’ordinaire, ces populations sont confrontées au quotidien à bien d’autres maux, entre la malnutrition, les violences ou le manque d’accès à l’eau potable. Par le passé, elles ont aussi dû faire face à des épidémies de grippe, de choléra, de rougeole… Mais avec cette pandémie, ce sont les 115 peuples amérindiens de Colombie qui sont potentiellement confrontés à la maladie simultanément, où qu’ils se trouvent.

Lire aussi : Covid-19 : une pétition pour un jour d’après « écologique, féministe et social »

Les territoires indigènes verrouillés

Selon l’ONIC (Organisation Nationale Indigène de Colombie), ce sont au total 177.805 familles indigènes qui sont en situation de risque face au coronavirus(1). Si elles ne représentent qu’un peu plus de 3,4 % de la population colombienne, les  communautés amérindiennes y sont plus fortement présentes que dans les autres pays. Conscientes de ce qui est arrivé à leurs ancêtres, ces populations se tournent donc vers la forêt pour tenter de se défendre.

Amérindiens coronavirus

Plants de coca d’une famille kogi – © Laszlo Mates

Ainsi, l’ONIC a enjoint « les peuples Kokonuko, Nasa, Pubense, Arhuaco, Zenú, Pasto, Wayuu et Kankuamo à renforcer et à consolider leurs systèmes de contrôles territoriaux ». Face à cette épidémie mortelle, ces populations au système immunitaire parfois très faible ont pour meilleure protection le fait de couper, tout contact avec la « civilisation ». La plupart ont ainsi décidé de s’isoler avant même les mesures de confinement obligatoire décrétées par le gouvernement le 25 mars dernier. Dans la plupart des territoires indigènes du pays, une garde veille 24h sur 24, et les entrées et sorties n’en sont autorisées que pour motifs médicaux ou alimentaires. L’ONIC, de son côté, communique sur les chiffres de la pandémie chaque jour :

Illustration bannière : Les Amérindiens forcés de repartir en forêt en Colombie – artisans wayuu – © Natalia Quinones
Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis