Alimentation : le fisc propose de taxer la malbouffe

La France est championne du monde de créativité en matière d’impôts, avec pas moins de 266 taxes en vigueur. La nouvelle taxe en réflexion du coté de Bercy au ministère des finances vise à en remplacer d’autres existantes sur des produits alimentaires jugés « mauvais » pour la santé.

Rédigé par Valérie Dewerte, le 2 Sep 2016, à 13 h 02 min

Des taxes sur la malbouffe, il en existe déjà plusieurs, quand d’autres n’ont pas abouti. La taxe Nutella, qui devait sanctionner les produits contenant de l’huile de palme, a été repoussée à deux reprises grâce au lobbying du fabricant. On surtaxe aussi déjà les bières dont le titre alcoolique dépasse un certain seuil, ou bien les sodas et boissons trop sucrées. Rien que la taxe sur les sodas rapporte 400 millions d’euros par an.

Une taxe établie sur la valeur nutritionnelle des aliments

Cette taxe, si elle voit le jour, pourrait donc générer des milliards d’euros de recettes. Une somme à mettre en perspective avec le coût estimé pour la santé publique de la malbouffe, ou plutôt des problèmes de santé provoquées par la malbouffe : Obésité, maladies cardio vasculaires, cancers, coûtent au moins 20 milliards d’euros par an à la collectivité.

Pour mettre en place cette taxe, on évaluera la qualité nutritionnelle des aliments, surtout, des plats préparés et des boissons qui sont le plus montrés du doigt, ainsi que le niveau de calories apportées. Si un aliment dépasse un certain seuil fixé par la loi, hop, l’excédent sera taxé.

L’industrie agro-alimentaire ne va pas se laisser faire

Autant dire qu’une telle taxe, unique au monde, pourrait donc beaucoup, beaucoup rapporter si les consommateurs ne changent pas de comportement : mais il y a fort à parier que l’industrie agroalimentaire ne se laissera pas taxer sans sortir les couteaux…

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




8 commentaires Donnez votre avis
  1. on s’en fou aujourd’hui plus que la malbouffe c’est qu’il y a trop de cons sur terre chaque catastrophe humaine l’aère un petit peut et c’est au moins ça.

    Heureusement pour ces cons il y a Pokémon, les réseaux sociaux et YouTube Aujourd’hui tous le monde veut sa part de connerie c’est comme un gâteaux .ils sont prêt a toutes les plus pires conneries pour ce faire remarquer ont; discutes ont discutes
    mais toujours a tord et travers les gens n’ont plus de cerveaux a part celui de la connerie. Alors bouffe ou mal bouffe comment voulez vous que les choses reviennent a une époque un peu plus normale on y va 1000 a ‘l’ heure de la connerie ce qui est plus hard que la mal bouffe mais qui d’ailleurs la mal bouffe est encore un des produits pur créer et demander pas cette civilisation de cons. bonne journée a tous les cons et a ce qui leur restent du bon sens…

  2. je retiens deux mots du commentaire de Noël : matraquer et publicité ; c’est effectivement du matraquage ; mais sommes nous des moutons de Panurge obligés de faire ce que nous dit la pub , la Télé nous dit ce que nous devons manger, penser, comment nous habiller, à quoi faire jouer nos enfants ; sommes nous obligés d’obéir aveuglément, de rentrer dans un moule sans nous poser de questions ? ne savons nous pas lire une étiquette et essayer de juger par nous mêmes ? nos enfants sont intoxiqués, conditionnés par la pub ; certes, mais n’est-ce pas notre rôle de leur en expliquer les rouages et de leur apprendre à en déjouer les pièges ? d’ailleurs, comment peut-on croire que des “aliments” capables de se conserve des mois ou même des années et n’ont plus rien de vivant puissent être bons pour la santé ? tant qu’il y aura des gens qui acceptent d’être empoisonnés, il y aura des empoisonneurs !

    • Pour répondre à votre commentaire je dirais:
      1) Effectivement nos concitoyens ne sont pas obligés de se comporter comme comme de moutons de Panurge, ils peuvent consommer sain on trouve sur les marchés toutes sortes de produits pour pouvoir faire de bons plats , malheureusement beaucoup achètent tous ces plats préparés par facilité, pour ne pas avoir à cuisiner, pour ma part ce n’est pas ma tasse de thé
      2)Il faut savoir que beaucoup de publicité s’adressent aux enfants, le but est simple, les publicitaires on trouvés la faille, que les enfants fassent acheter aux parents, si ses derniers doivent et devraient expliquer à leurs jeunes pourquoi on ne veut pas acheter tel ou tel produit, beaucoup d’autres ont du mal à résister aux désidératas de leurs jeunes, veulent leurs faire plaisir, ils les transforme en enfants rois. On le voit partout dans les grandes surfaces des jeunes faire la comédie pour avoir tel ou tel produits, jouet, ou autres, tout est fait pour nous achetions, malheureusement si quelques uns résistent beaucoup cèdent pour avoir la paix.
      3)Pour ma part je suis contre taxer ces produits de malbouffe mais pour une forte imposition des bénéfices de la malbouffe fait par ces industriels peu regardant de la santé de leurs consommateurs.

  3. CE QUE L ON TROUVE EN MAGASIN DEVRAIT ETRE MIEUX SURVEILLES POUR QUE NOUS PUISSIONS ACHETER SANS PROBLEME, 5 LEGUMES ET FRUITS PAR JOUR AU PRIX OU C’EST CE N EST PAS POUR LES SMICARDS. DE PLUS C EST ENCORE L ETAT QUI CHERCHE DE L’ARGENT ET TOUS LES MOYENS SONT BONS. TAXES + TAXES…

    • pourtant, les trois quarts des smicards que je croise au super marché ont leur caddie rempli de sodas, plats préparés, viennoiseries, mayonnaise, ketchup et autres machins industriels lesquels reviennent bien plus cher que les fruits et légumes nature à préparer soi même et bien meilleurs pour la santé

  4. Je l’espère de tout coeur, car quand je vois comment les abrutis s’alimentent et qu’il faut payer pour les soigner ensuite, je trouve cela inadmissible. Ce n’est pourtant pas compliqué de manger des produits de base, non transformés ni enrichis de colorants, édulcorants, levures, sel, sucre, graisse, conservateurs et autres substances toxiques et polluantes !
    Marre de payer pour les cons !

    • je suis d’accord ; on peut même dire que le trou de la sécu est inversement proportionnel à la fortune des industries agro-alimentaires
      je conseille la lecture de 2 livres : vous êtes fous d’avaler ça, de Christophe Brusset et je ne mange pas de produits industriels de Stéphane Guilbaud ; ils sont révélateurs de procédés que vous ne pouvez imaginer ; on devrait les distribuer dans les écoles !

    • Ma chère déjà pour pourriez avoir un langage un peu plus correct pour désigner vos concitoyens,ensuite avant de critiquer ceux qui mangent mal regardons déjà pourquoi, si au départ les industriels construisaient des produits de qualité, ne nous matraquaient pas de publicités pour acheter leurs produits de malbouffe on en serait pas la, si nos concitoyens(et non des abrutis et des cons)et maintenant les enfants n’étaient intoxiquer par la pub une grande partie du problème serait résolu, l’état au lieu de taxer ferait mieux de pénaliser ceux qui nous intoxique plutôt que de pénaliser celui qui n’a pas forcément connaissance des produits qu’il consomme.

Moi aussi je donne mon avis