Un agriculteur français remporte une troisième victoire en justice contre Monsanto

Après douze ans de bataille judiciaire, un agriculteur est le troisième particulier à voir la responsabilité de Monsanto reconnue : Paul François souffre graves troubles neurologiques depuis 2004, dus à l’herbicide Lasso.

Rédigé par MEWJ79, le 12 Apr 2019, à 11 h 40 min

Monsanto a de nouveau été reconnu coupable pour les troubles dont se plaint Paul François, un agriculteur français. Ce dernier a inhalé l’herbicide Lasso, interdit en 2004 dans l’Hexagone.

La responsabilité de Monsanto reconnue dans les troubles physiques d’un agriculteur

Nouvelle victoire contre Monsanto. Paul François, agriculteur charentais, a remporté, jeudi 11 avril, une troisième bataille judiciaire contre la firme américaine Monsanto, filiale du groupe allemand Bayer, dont la responsabilité a été reconnue en appel pour les troubles dont se plaint l’agriculteur(2). Ce dernier a inhalé l’herbicide Lasso, interdit en 2007 en France, et souffre d’une intoxication depuis 2004.

Épandage d’un herbicide dans un champ. © oticki

Son combat aura duré douze ans et connu bien des rebondissements. Paul François avait ainsi obtenu gain de cause en première instance en 2012 et en appel en 2015. La Cour de cassation, saisie par Monsanto, a annulé cette décision en 2017. L’agriculteur avait alors fait appel et vient donc de gagner : « C’est beaucoup d’émotion aujourd’hui, mais je suis fatigué de tout ça, c’était si violent. J’ai gagné, je suis content, mais à quel prix ? C’est cher payé », a déclaré l’agriculteur.

Dewayne Johnson, le premier à avoir fait tomber Monsanto

La Cour estime que Monsanto n’a pas correctement informé l’exploitant agricole des effets nocifs du produit. Depuis 2004, Paul François souffre de graves troubles neurologiques (maux de tête, pertes de connaissance, hospitalisations), il a été victime de comas à répétition, l’empêchant parfois de se lever et de travailler. « On a voulu me faire passer pour fou, ça n’a pas fonctionné », a-t-il confié. Pourtant, pour être indemnisé de la maladie apparue en 2004, il va devoir continuer ses procédures.

Monsanto : un rachat qui vire au cauchemar pour Bayer

Werner Baumann, président du directoire de Bayer a annoncé hier que le groupe allemand souffrait en raison des nombreuses poursuites judiciaires contre Monsanto, notamment autour de l’herbicide Roundup.

Depuis que Bayer a été déclaré pouvoir être tenu responsable du manque d’informations fournies par Monsanto au sujet des risques présumés de cancer liés au Roundup en août 2018, l’action en bourse du chimiste allemand a perdu plus d’un tiers de sa valeur.

Bayer, qui avait racheté Monsanto pour 56 milliards d’euros au printemps dernier, ne vaut désormais plus que 52 milliards d’euros contre 136 milliards en 2015(3) !

Pour rappel, Dewayne Johnson, 46 ans, est le premier particulier à avoir poursuivi Monsanto. Atteint d’un lymphome non hodgkinien, cancer incurable, cet Américain accuse le géant agrochimique d’être responsable de sa maladie. Il a pulvérisé le Roundup, le célèbre pesticide, 20 à 30 fois par an lorsqu’il travaillait comme responsable antiparasitaire pour un établissement scolaire. Le jury avait condamné Monsanto à verser 289 millions de dollars, puis la somme a été diminuée à 78 millions de dollars.

Illustration bannière : Siège de Monsanto aux Etats-Unis avant son rachat par Bayer – © Amy Kerkemeyer Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis