Acta Alga révolutionne le biocarburant de micro-algues

Rédigé par Nolwen, le 30 May 2013, à 11 h 46 min

Acta Alga est une jeune société française qui a frappé un grand coup : elle a réussi à mettre au point brevet de production de carburants à l’aide de microalgues deux fois plus efficace que les méthodes existant jusqu’alors. Elle est peut-être un futur géant du secteur ?

Microalgues, un rendement exceptionnel

Investissements d'avenirLe rendement qu’a réussi à atteindre Acta Alga dans la production de biocarburant à base d’algues est inégalé dans le monde : 20 000 litres de carburant par hectare pour une hauteur d’eau de 1 mètre.

Ce résultat est loin d’être le fruit du hasard. Un projet d’avenir qui concrétise la vision et l’acharnement d’un entrepreneur aguerri, Michel Conin.

Un brevet qui concrétise une recherche pointue

acta-alga-michel-coninMichel Conin, homme d’affaires aux multiples expériences, a créé Acta Alga dès 2008, persuadé de l’immense potentiel des microalgues tant sur le terrain énergétique qu’alimentaire.

Sa société s’associe rapidement avec S3d pour donner naissance à un nouveau laboratoire de recherche avec pour but de «développer la culture de micro-algues capables d’absorber des gaz de combustion et donc d’épurer les rejets tout en fournissant, à l’arrivée, une masse organique utilisable comme biocarburant »,  explique Anthony Kerihuel, le Pdg de S3d.

Label-Atlanpole_acta algaLeur objectif est alors de mettre au point un “photo-bio-réacteur” : il s’agit d’une machine capable de réaliser une telle synthèse et d’ailleurs trouverait son utilisation, en premier lieu, dans les usines d’incinération. La machine concrétise les investissements financiers et les efforts de l’équipe qui s’est installée près de Nantes.

Parmi les cibles potentielles toute activité générant des rejets de gaz carbonique ou de monoxyde d’azote, à l’instar des centrales thermiques ou des cimenteries. Chez Lafarge par exemple, des recherches sont en cours  sur l’étude de  la culture de micro-algues absorbant lC02 émis par les fours et leur réutilisation sous forme de biocarburant.

La production de biocarburants – repères :

biocarburants-alguesIl y a 3 types de production 
1 – à partir des blés, maïs, colza, tournesol, soja, produit envrion de 1à 3 m3/ha de biocarburants.
2 – à partir de betteraves, canne à sucre, palmier à huile, produit environ de 6 à 8 m3/ha.
3 – à partir des micro-algues, produit de 20 à 60 m3/ha.

production-huile-algues

Exploiter le potentiel des microalgues

Les micro-algues sont des organismes végétaux dont le métabolisme et la croissance nécessitent entre autres du CO2 , de la lumière et des nutriments. L’huile extraite des microalgues peut être utilisée comme biocarburant.

micro-alguesProduire 1 litre de biocarburant consomme 50 fois moins de surface avec des algues qu’avec du colza.

La culture industrielle de microalgues connaît de nombreuses applications (1). Mais ce qui est en ligne de mire, c’est bien un photobioréacteur aux capacités inédites et capable d’inventer “des technologies novatrices pour la production industrielle de biomasse microalgue valorisable“, autrement dit une usine à faire du carburant.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Fan de consoGlobe depuis longtemps, j'apprécie de contribuer à son incroyable richesse de temps en temps pour redonner un peu de ce qu'il m'apporte : une...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Merci pour la correction. La limite du système est qu’il faut une source de CO² (que dis-je ? un torrent de CO²) pour produire ce nouveau pétrole.
    Donc sans CO², pas de pétrole vert ;-).

  2. Merci !

  3. comment pouvez-vous confondre tonnes et litres ? ;-).
    j’ai failli ne pas lire la suite après les 20 000 “tonnes” à l’hectare !

    • Sûrement l’enthousiasme de la bonne nouvelle !!!

Moi aussi je donne mon avis