J’achète un coin de la planète pour le préserver

Rédigé par Alan Van Brackel, le 19 Jun 2013, à 15 h 35 min
J’achète un coin de la planète pour le préserver
Précédent
Suivant

Ne rien faire pour protéger une terre

Reste ensuite à YES à proposer à la vente les terrains ainsi acquis. De cette manière, il est plus facile de préserver les terrains vierges de l’exploitation humaine.

« Parfois ne rien faire est encore la meilleure option« , expliquent les créateurs du projet représentés par la directrice exécutive pour l’international Tamara Kreisler, « une idée simple mais brillante a mené à la création de Your Earth Share. Si l’idée est de protéger un terrain de l’intervention humaine, le mieux que vous puissiez faire est précisément rien. Notre promesse est de laisser la nature suivre son cours sans interférences. Cela peut avoir un impact significatif sur notre environnement.« 

Un système simple mais efficace

Tout se fait via le site web de l’organisation. Chaque citoyen peut décider d’acquérir les droits de parcelles situées dans des zones sauvages du monde, dans divers endroits du globe. A ce jour, des terrains ont ainsi été acquis en Finlande, au Canada, au Paraguay ou même dans le Colorado aux Etats-Unis. Les membres de YES reçoivent ensuite un certificat personnel avec les coordonnées GPS précises de leur parcelle. Ils ont le droit de visiter le terrain tant qu’ils le souhaitent, à condition de respecter l’environnement scrupuleusement.

Pour des questions de droits, et légaliser la pratique, YES est lié au cabinet d’expertise comptable Grant Thornton, afin que les droits des acheteurs soient actés. Ils garantissent aussi que 90 % des fonds récoltés par les ventes servent à acheter de nouveaux terrains à protéger.

Plus d’informations : http://www.yourearthshare.com/

*

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Chercheur dans l'âme, partagé entre l'Europe et les Etats-Unis. Parmi ses passions la musique, la photographie, et les différentes cultures du monde, Alan...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis