2.500 rongeurs abandonnés dans un élevage en dépôt de bilan et encore beaucoup à sauver

Lapins, hamsters, cochons d’Inde, gerbilles, octodons… : 2.500 NAC pour « nouveaux animaux de compagnie » ont été laissés à l’abandon après le dépôt de bilan d’un élevage industriel dans la commune de Lapte (Haute-Loire).

Rédigé par Anton Kunin, le 31 Dec 2018, à 11 h 40 min

La Fondation Brigitte Bardot, la Société de protection animale (SPA) et la fondation 30 Millions d’amis sont venues à l’aide pour récupérer une partie des animaux NAC, menacés d’euthanasie.

Fermeture d’un élevage industriel de rongeurs : il reste toujours 200 animaux à placer

La scène fait froid dans le dos : entassés dans des cages minuscules rangées les unes sur les autres en véritables allées, 2.500 rongeurs destinés à être vendus aux animaleries ont été laissés à l’abandon dans un élevage industriel en cessation d’activité(2). Parmi les 2.500 animaux, on comptait notamment 450 lapins, 650 cochons d’Inde, 300 gerbilles et 40 octodons.

Après le dépôt de bilan de cet élevage, c’est un refuge voisin (qui assurait uniquement les soins vétérinaires auparavant) qui s’occupe de nourrir les animaux de compagnie. Mais ses ressources ne sont pas infinies, et le devenir de certains de ces rongeurs est toujours en suspens.

Arrivées sur place le 28 décembre 2018, 30 Millions d’amis et la Fondation Brigitte Bardot ont d’ailleurs retrouvé un certain nombre de cadavres. Aux dernières nouvelles, il resterait toujours environ 200 animaux pour lesquels un refuge ou un propriétaire n’a pas pu être trouvé.

La fondation 30 Millions d’amis dénonce les conditions de détention des rongeurs d’élevage

Trois associations, – la Fondation Brigitte Bardot, la Société de protection animale (SPA) et la fondation 30 Millions d’amis, ont pris en charge une partie des animaux. La Fondation Brigitte Bardot notamment a pu prendre 60 lapins, 40 cochons d’Inde, 130 souris et 20 rats. 30 Millions d’amis lance un appel aux bénévoles qui pourraient adopter les animaux restants.

Qui fournit les animaleries ? ©Speedkingz

Au-delà de cette situation de crise, c’est le caractère inhumain de cet élevage que fustige l’association 30 Millions d’amis. Élevés pour fournir les animaleries, ces animaux vivaient dans des conditions déplorables, entassés dans un espace exigu, nourris et soignés au strict minimum. En 2017, une grande enseigne d’animalerie confiait au journal Les Echos que les ventes de rongeurs connaissaient une « croissance à deux chiffres ».

Illustration bannière : Cochons d’Inde et lapins nains, des incontournables des animaleries – © Robirensic
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. je trouve cela horrible ,il faut que cette personne soit punir de prison ferme.

Moi aussi je donne mon avis