Bouger malin

Le vélo électrique, le transport écolo branché

Les vélos électriques sont commercialisés en France depuis 1995. Jusque-là peu connus, ils font de plus en plus d’adeptes, soucieux de l’environnement, de leur santé… et de ne pas arriver au boulot tout en sueur ! Découverte d’un transport écolo bien pratique !

Seriez-vous prêt à acheter un vélo électrique via Internet dans les 6 mois à venir ? Votez !

Le vélo électrique, un vélo avant tout

Le vélo électrique est le terme le plus communément employé pour parler de VAE, c’est-à-dire de vélo à assistance électrique pour être plus exact. Car ne croyez pas qu’il suffit de s’asseoir tranquillement sur sa selle et tourner une poignée pour que le vélo électrique avance tout seul : le moteur ne s’actionne que si l’on pédale !

Le vélo n’est pas une moto ! ni un scooter

velo electriqueLe vélo électrique n’appartient donc pas à la catégorie des cyclomoteurs (moto, scooter…).

Le vélo électrique ne requière ni casque (fortement conseillé tout de même), ni assurance spéciale (autre que la responsabilité civile, fortement conseillé pour tous les cyclistes), ni carte grise, ni permis, ni age minimum…  Selon la loi, ce sont des vélos et ils ont accès aux pistes cyclables.
Mais bien sûr, le VAE se différencie d’un vélo classique par ses caractéristiques techniques, son prix mais aussi son impact écologique.

De quoi est composé un vélo électrique ?

  • La batterie : il en existe de plusieurs types (plomb-gel, lithium, nickel… ). Selon les modèles et leur utilisation, son autonomie varie de 20 à 100 km environ.Elle se recharge en quelques heures (3 à 6h) à la maison et permet une autonomie de 20 à 70 km, en fonction des vélos électriques et des trajets. Les VAE sont généralement livrés avec un chargeur qui se branche sur une prise secteur classique. Comptez 10 centimes la recharge (0,5 kwatt/h). 

  • Le moteur électrique : placé dans la roue avant, arrière, ou au niveau du pédalier. Il est commandé automatiquement par l’action de pédalage. Sa puissance ne doit pas dépasser 250  watts.
  • Le capteur de pédalage : il détecte la rotation du pédalier, voire la force d’appui.
  • Le contrôleur : selon les informations envoyées par le capteur, il envoie le courant de la batterie au moteur. L’assistance varie ainsi automatiquement en fonction de la vitesse, et disparait quand la vitesse atteint et dépasse 25km/h.
  • L’indicateur qui permet de connaitre l’énergie restant dans la batterie.

*

La suite > le vélo électrique et la santé