L’Unesco ajoute 22 réserves de Biosphère

L'Unesco ajoute 22 réserves de Biosphère

L’Unesco ajoute 22 réserves de Biosphère à liste mondiale des espaces à préserver : il y a
maintenant, en juin 09, 553 réserves de Biosphère dans le monde, réparties dans
107 pays.

22 nouvelles réserves de Biosphère

Parmi les nouvelles Biosphère listées par l’Unesco, le delta de l’Orénoque au Vénézuela, la forêt de Nokrek en Inde, l’île de Flores dans les Açores, le mont Myohyang en Corée du Nord … mais aucune en France, pourtant
un pays ouest européen qui compte parmi le plus d’espaces naturels à préserver.

Les réserves de biosphère de l’Unesco

Les réserves de biosphère sont des sites retenus par l’UNESCO, dans le cadre de son Programme sur l’Homme et la
biosphère, qui innovent et appliquent de nouvelles  approches de gestion intégrée de la biodiversité et des ressources terrestres, côtières et marines.

Les réserves de biosphère sont des sites d’expérimentation et d’étude pour le
développement durable et le réchauffement climatique.

Réserve de biosphère de Vhembe, Afrique du Sud

Réputée pour sa diversité biologique et culturelle, la réserve comprend la partie nord du Kruger National Park, le site Ramsar des Makuleke Wetlands, les Soutpansberg et le Blouberg qui sont des éléments clés de la biodiversité, le paysage culturel du Mapungube et le plateau du Makgabeng, riche en art rupestre. Les activités humaines sur le site sont surtout agricoles, avec notamment la production de fruits et légumes tropicaux, l’élevage et des réserves de chasse. Les principaux groupes de la région – Venda, Shangaan et Sepedi – disposent d’un savoir autochtone particulièrement riche, qui va de la sculpture sur bois et de la confection de tambours à la médecine traditionnelle.

Réserve de biosphère de Bliesgau, Allemagne

Cette réserve applique le concept d’« entre-ville » pour relier deux paysages très contrastés : l’un, densément peuplé et urbanisé au nord avec la ville de St-Ingbert et l’autre, faiblement peuplé et rural au sud. Le site soutient actuellement des recherches approfondies sur les évolutions écologiques de ses
zones urbaines, suburbaines et rurales dans le cadre du changement climatique. Les diverses activités menées en faveur du développement durable, notamment des initiatives pédagogiques et de sensibilisation à l’environnement, constituent une source d’inspiration pour la région. Une association pour la biosphère a été spécialement créée pour le site.

Developpement durable article

Réserve de biosphère de Swabian Alb (Jura souabe), Allemagne.

Située dans le Jura européen, cette réserve est couverte de forêts de hêtres, de pins et d’épicéas, de vastes vergers, pâturages et prairies. Proche de Stuttgart, le site couvre une surface de 84 500 ha et compte 150 000 habitants. Les programmes de développement durable pour la biosphère sont liés à l’agriculture et à la sylviculture, aux entreprises vertes et à l’écotourisme, ainsi qu’à la promotion des produits locaux et des industries artisanales. Des plans ont également été mis en place pour renforcer l’utilisation

des énergies renouvelables, notamment pour les transports. La réserve intègre le camp d’entraînement militaire de Münsingen, situé dans le Jura vallonné. Cette zone, interdite au public pendant 110 ans (jusqu’en 2005), est restée intacte et a conservé les caractéristiques des paysages culturels des XVIIIe et
XIXe siècles. C’est l’une des plus grandes zones non morcelée et préservée des nuisances sonores du Bade-Wurtemberg.

*

La suite p.2> Réserve de Great Sandy, Australie