Publicité

Les organismes génétiquement modifiés, ou OGM, sont des « organismes vivants dont le patrimoine génétique a été modifié par intervention humaine » (Source : Wikipedia). Cette technique, appliquée d’abord aux bactéries, puis aux animaux et aux plantes, consiste à isoler un gène d’un organisme, puis à l’intégrer dans le génome d’un autre organisme pour en modifier les caractéristiques.

Les plantes transgéniques sont souvent conçues dans le but d’augmenter la résistance de ces végétaux contre les parasites ou leur rendement. En ce qui concerne les animaux, la transgenèse peut être appliquée à des fins de recherche médicale ou pour “améliorer” leurs caractéristiques physiques.

Les OGM sont-ils dangereux ?

Le danger des OGM soulève de vives controverses au sein de la communauté scientifique et de la société civile. Ses opposants affirment que les plantes OGM présentent des risques en termes de contamination ou de perte de biodiversité. Ses partisans assurent qu’ils peuvent constituer une solution à la faim dans le monde ou à l’utilisation de pesticides.

Nombre d’organismes scientifiques affirment que la commercialisation des OGM ne présente pas de risques. S’ils restent très limités en Europe, les OGM en culture représentent 160 millions d’hectares dans le monde. Cela concerne principalement le soja, le maïs et le coton.

Une étude menée par le professeur Gilles-Eric Séralini en 2012 a montré que les OGM étaient dangereux pour la santé. L’étude, controversée, est l’une des preuves utilisées par les anti-OGM pour s’opposer à leur commercialisation. Des tests réalisés auprès de rats ont montré que la consommation d’OGM pouvait présenter des risques de développement de tumeurs.

La commercialisation des OGM

Où en est-on concernant la commercialisation des OGM ? Même si elles sont cultivées à grande échelle aux États-Unis et au Brésil notamment, la mise en culture et la commercialisation des OGM sont soumises à des réglementations strictes en Europe. L’autorisation de mise en culture n’est accordée qu’aux variétés « considérées comme ne présentant ni risque de dissémination, ni risque lié à la consommation ».

En 2012, 35 OGM destinés à l’alimentation humaine et animale étaient autorisés dans l’Union européenne : 25 maïs, 3 cotons, 3 sojas, 2 colzas, 1 pomme de terre, 1 betterave (source : wikipedia.fr )

L’emblématique maïs de Monsanto Mon810 a fait l’objet d’une bataille réglementaire importante au sujet de sa commercialisation. Il s’agit du fameux maïs utilisé par le professeur Séralini pour son étude. Le Parlement français a interdit sa mise en culture en mai 2014, au nom du « principe de précaution ».

Toutefois, la bataille entre les pro et anti-OGM est loin d’être terminée. Pour y voir plus clair, consoGlobe.com réunit dans ce dossier une sélection d’articles pour tout savoir sur les OGM.

Références :
  • Wikipedia

Publicité