Ces substances que nous cache… Paic Citron

Ces substances que nous cache... Paic Citron

Tout le monde connaît et a dû acheter au moins une fois dans sa vie du Paic Citron. Ce produit de vaisselle ultra dégraissant de la firme Colgate-Palmolive (Soupline, Sanex, Genie, La Croix, etc. c’est eux !) compte parmi les produits les plus vendus du genre dans le monde. Que trouve-t-on dans cette formule « si concentrée que quelques gouttes suffisent pour nettoyer toute votre vaisselle, même à l’eau tiède » qui pourrait menacer la santé ou l’environnement ?

Les tensioactifs, véritables saletés pour l’environnement

paic-flaconC’est sûr, on ne dira pas le contraire : Paic Citron dégraisse très efficacement. Mais si en effet quelques gouttes suffisent pour obtenir une mousse ultra-dégraissante, c’est que le produit vaisselle contient une bonne dose de tensioactifs.

Que sont les tensioactifs ?

Les tensioactifs (appelés parfois surfactifs ou surfactants) sont des composés que l’on retrouve dans les produits cosmétiques et ménagers. Ils constituent le principe actif des gels douches, lessives et liquides vaisselle comme le Paic Citron. Leur rôle est de disperser les corps gras dans l’eau.

Tous les tensioactifs sont constitués de deux groupes d’atomes. L’un est hydrophile, à tête polaire et est compatible avec l’eau. L’autre hydrocarboné, compatible avec les corps gras, est donc hydrophobe. Ils sont dits amphiphiles. Les tensioactifs contenus dans les produits vaisselle servent donc à accrocher les corps gras déposés sur la vaisselle sale afin de les éliminer et les disperser dans l’eau.produits-vaisselle allergies

Il existe 4 sortes de tensioactifs :

Les tensioactifs cationiques. Ils ont une partie hydrophile chargée positivement. Ce sont des tensioactifs irritants, particulièrement pour les yeux, et toxiques pour l’environnement.

Les tensioactifs anioniques. Ce sont les tensioactifs les plus utilisés. Ils sont des détergents efficaces et permettent d’obtenir une mousse abondante : un très bon argument de vente ! Evidemment, ils sont pour la plupart irritants, bien qu’un peu plus doux que les tensioactifs cationiques.

Les tensioactifs non-ioniques. Leur pouvoir moussant est relativement faible. Ils sont souvent utilisés comme émulsifiants ou épaississants. Certains d’entre eux comme les alcools éthoxylés, alcanolamides, alkylphénols éthoxylés sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.

Les tensioactifs amphotères. Ils améliorent l’utilisation des tensioactifs anioniques et sont très bien tolérés. Ceux-là sont de bons détergents, avec un bon pouvoir moussant, tout en étant peu irritants pour les yeux et la peau. C’est le cas de la bétaïne par exemple.

Tensioactifs et environnement

ocean-pollueLes tensio-actifs sont directement rejetés dans la mer avec les eaux usées ou au sortir des stations d’épuration. Ces substances issues de la pétrochimie empoisonnent la faune et la flore marine, ainsi que la végétation côtière.

En effet, il y a une trentaine d’années, des scientifiques italiens et français ont sonné l’alarme : ils ont constaté que les tensioactifs revenaient sur le littoral méditerranéen sous forme d’embruns marins. Ces embruns dissolvent la cire protectrice des aiguilles des pins et laisse le champ libre à l’air marin, chargé de sel qui brûle alors les arbres. A Port-Cros et à Porquerolles, autour du delta de l’Arno en Italie, de vastes champs de piquets ont remplacé les étendues de pins parasols.
Pourtant aujourd’hui, les chimistes ont mis au point d’autres procédés, tout aussi efficaces, à base d’acides gras qui se dégradent au cours de leur passage dans les stations d’épuration. Malheureusement leur usage reste encore marginal.

picto-etoile-paragrapheEn Europe, nous générons une montagne de tensioactifs chaque année, dont la moitié à cause des détergents ! Voir sur le Planetoscope : Production de tensioactifs en Europe

La biodégrabilité des tensio-actifs est soumise à réglementation. Elle une biodégradabilité supérieure à 60 % en 28 jours. Autrement dit, on autorise 40 % des tensioactifs à polluer la mer !

Un rapport du Cerimer (Centre d’études, de recherches et d’information sur la mer) en 1999 insistait d’ailleurs sur le fait que l’estimation de la biodégradabilité des tensioactifs reposait sur des tests pratiqués en eau douce. Les conditions en laboratoire sont donc bien différentes de ce qui se passe en réalité. La majorité des tensioactifs traversent les stations d’épuration sans être réellement dégradés.

*

> suite : Que lit-on sur l’étiquette d’un flacon de Paic Citron ?