Etonnant

Sèche-mains électrique, pas si hygiénique ?

Sèche-mains électrique, pas si hygiénique ?

L’hygiène des mains est à la base de notre éducation : “Lave-toi les mains, on passe à table !“. Pourtant, ce geste-réflexe est parfois oublié, causant prolifération de microbes et autres bactéries. Et en période hivernale, ce sont les virus qui s’en donnent à coeur joie, passant de mains en mains (souillées). Mais même lorsque les mains sont bien lavées, c’est la phase de séchage qui devient alors critique.
Les lieux publics ont trouvé la solution depuis de nombreuses années pour éviter aux clients de s’essuyer les mains avec des serviettes pleines des germes du client précédent : les fameux sèche-mains électriques… La solution, vraiment ?

Le sèche-main électrique, aérosol à microbes ?

Frédéric Saldmann, spécialiste de l’hygiène et auteur du livre On s’en lave les mains (Flammarion, 2007) les surnomme “aérosols à microbes”. Pour lui, le coeur du problème vient du fait qu’à la base, nous ne nous lavons pas les mains consciencieusement… Jetez un oeil sur l’illustration ci-dessous représentant les zones souvent oubliées ! Incroyable, non ?

Comme l’explique Frédéric Saldmann, parce qu’on ne se lave pas correctement les mains, “il reste des germes entre les doigts, près des ongles et des bijoux. Or le sèche-mains électrique fait voler les microbes vers le visage et on les inhale aussitôt.”

Pire, ce sont les machines elles-mêmes qui sont contaminées ! Il est vrai que l’on visualise très bien la saleté sur les rouleaux des sèche-mains ou sur une serviette douteuse posée sur un radiateur ; mais si on en croit Fabien Squinazi, chef du laboratoire d’hygiène de la ville de Paris et co-auteur du livre, les sèche-mains électriques sont loin d’être immaculés ! “On a comparé en laboratoire les différentes techniques de lavage et de séchage des mains. Il en ressort que la plupart des séchoirs électriques sont contaminés. Ils aspirent l’air ambiant, chargé de bactéries, particulièrement dans des lieux aussi sensibles que les sanitaires, et les projettent sur vos mains. En d’autres termes : vous décontaminez vos mains au lavage et les recontaminez au séchage”. Pas très ragoutant.

Pour vous en convaincre, relisez : des jus d’oranges pressés contaminés par des bactéries

Un milieu favorable pour les microbes et les bactéries

Photo : aquaportail.com

Ce que l’on attend d’un sèche-mains eh bien, c’est qu’il sèche les mains (merci La Palice). Mais justement, le souci avec le sèche-mains électrique, c’est qu’il met du temps à faire correctement son travail. La plupart du temps, nous perdons patience et finissons par repartir les mains à moitié mouillées.

Grave erreur : c’est en milieu humide que les microbes et bactéries prolifèrent le plus ! Des mains humides transmettent 1 000 fois plus de microbes et de bactéries que des mains sèches…

Pour cette raison, l’essuyage papier demeure le plus efficace, dans la mesure où il élimine 90 % d’humidité en 10 secondes, versus 53 % pour un séchage à air de 40 secondes. Autre point fort des serviettes à usage unique : elles font disparaître de 50 à 76 % des bactéries présentes sur les doigts. Le sèche-mains électrique non content de ne pas les éliminer en rajoute même une couche : + 194 % de bactéries sur les doigts, après séchage !(1)

Vous avez sans doute remarqué la multiplication des modèles de sèche-mains électriques de la marque Dyson. Ceux-ci sont à air froid pulsé donc sèchent beaucoup plus vite. Ils sont en plus équipés de filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air), qui retiennent 99,9 % des bactéries. Ils pallient de cette manière les faiblesses des sèche-mains conventionnels à un certain niveau. Toutefois, le séchage à l’aide de serviettes à usage unique reste le plus hygiénique.

Des mains propres et saines

En résumé, pour éviter la prolifération de germes, microbes et bactéries, lavez-vous les mains :
– avec un savon liquide (le pain de savon n’est pas aussi hygiénique car il reste humide)
– pendant au moins 20 secondes
– sans oublier de frotter les ongles et le bout des doigts, la paume et l’extérieur des mains, les jointures des doigts et les poignets.
– la solution hydroalcoolique doit rester exceptionnelle : elle ne dispense pas d’un vrai lavage de mains.
– dans les lieux publics, séchez-vous les mains à l’aide d’une serviette propre ou à usage unique.

*

La suite p.2> Quel séchage est le plus écoresponsable ?