Réglementation thermique 2020 : les maisons écologiques ont de l’énergie à revendre !

Réglementation thermique 2020 : les maisons écologiques ont de l'énergie à revendre !

Vivre dans une maison produisant plus d’énergie qu’elle n’en consomme n’est déjà plus une utopie. En profiter tous financièrement ? Une volonté du gouvernement si l’on en croit la nouvelle Réglementation Thermique 2012 et la Réglementation Thermique 2020 en cours de préparation. Cette dernière en effet devrait rendre obligatoire le principe d’énergie positive pour tous les bâtiments. Une perspective réjouissante pour la planète, mais aussi pour les investisseurs.

La réglementation thermique 2020 : bonne pour la planète, bonne pour vos investissements !

Alors que la Réglementation Technique (RT) 2012 est entrée en vigueur au 1er janvier 2013, on parle déjà de la RT 2020. La première avait pour base la maison basse consommation (dite « BBC »), la Réglementation Thermique 2020 devrait avoir pour objectif le bâtiment à énergie positive (ou « BEPOS »). Le Grenelle de l’Environnement prévoyait de diviser la consommation énergétique des constructions neuves par trois, en invitant les constructeurs à utiliser le bon mix de matériaux et de techniques existantes, en fonction du budget et de l’emplacement géographique du bâtiment.

Actuellement, aucune date n’est définie pour l’entrée en vigueur de la RT 2020. L’objectif d’un BEPOS est de consommer un minimum d’énergie en adoptant des moyens efficaces comme une bonne isolation, des systèmes thermiques performants et des apports solaires. Le BEPOS s’avère être un bâtiment économe en énergie, pouvant être qualifié dans de nombreux cas de « passif ». Ce dernier doit aussi créer plus d’énergie qu’il n’en consomme, via un système de production d’électricité solaire par exemple.

Il est possible de faire une maison positive dès aujourd’hui, même si le surcoût à l’achat est encore d’environ 15 %. Actuellement en France, quelques maisons sont déjà passives voire positives, mais aucun label n’existe, le label le plus exigeant étant le label Effinergie+. Le territoire français compterait plus de 200 bâtiments s’inscrivant dans la démarche d’énergie positive.

Avec la réglementation thermique 2020, dira-t-on "Home Heat Home" ?

Avec la réglementation thermique 2020, dira-t-on “Home Heat Home” ?

Comment parvenir à une maison à énergie positive ?

Le meilleur moyen pour parvenir à une maison à énergie positive est d’éviter – dans un premier – et de diminuer – ensuite – les pertes et de profiter des apports caloriques extérieurs gratuits, en travaillant sur l’orientation du bâti, l’isolation et la ventilation. Ainsi, la maison à énergie positive doit être :

  • Chauffée à l’aide de panneaux solaires thermiques ce qui permet d’alimenter le chauffage et les besoins en eau chaude.
  • Isolée avec des fenêtres double vitrage pour conserver la chaleur sans être un obstacle au soleil en hiver.
  • Régulée avec des matériaux spécifiques comme le polystyrène graphité ou la mousse de bois, ce qui a l’avantage de favoriser la régulation thermique et hygrométrique.
  • Intelligente grâce à une gestion électronique automatique de la température en fonction des changements.
  • Productive avec des technologies pouvant créer de l’énergie telles que les panneaux photovoltaïques ou les éoliennes.

15 % de surcoût : un retour sur investissement rapide, et une plus value en cas de revente

Le surcoût engendré par la construction d’un bâtiment à énergie positive peut être amorti plus ou moins rapidement avec les économies réalisées sur la consommation énergétique, mais également sur la revente de la production d’énergie. Pour donner un ordre d’idée : le surplus d’énergie produite sur un an permettrait de faire un véhicule électrique sur 20.000 km.

Enfin, les bâtiments à énergie positive sont des biens lucratifs en cas de revente. Selon le site d’évaluation immobilière Paradissimmo interrogé par consoGlobe : « Suite à l’acquisition d’une maison à énergie positive, surcoûts et économies s’équilibrent au fil du temps et, dans les cas les plus favorables comme un prix des énergies stabilisé, la facture globale peut baisser. Sans parler de la plus-value patrimoniale en cas de revente du bien immobilier ».

illustration : Building site with new homes under construction – © Alison Hancock Shutterstock