Qu’attendent les citoyens de la conférence de Copenhague ?

La prochaine conférence de Copenhague qui aura lieu du 7 au 18 décembre prochain sera-t-elle un succès ? Une question que nous, citoyens du monde, nous nous posons avec plus ou moins de ferveur…Selon une récente enquête de l’Observatoire climatique de la banque HSBC, 65 % des citoyens interrogés dans le monde espèrent un accord international sur la lutte contre le changement climatique…

Les pays émergents : les plus motivés

Cette troisième enquête annuelle "Observatoire HSBC de la confiance climatique", menée auprès de 12.000 personnes dans 12 pays différents (1.000 dans chaque), révèle que l’espoir est particulièrement fort au Brésil (86 %) mais aussi au Mexique (83 %). La France (73 %) et l ‘Allemagne (70 %) sont également très enthousiastes, tandis que les Etats-Unis ne sont motivés qu’à 45 %.

CopenhagueCependant, cette étude souligne également l’influence de la crise économique : en un an, le changement climatique est passé de la 3e à la 4e place des principales préoccupations…

Le réchauffement planétaire est une préoccupation que seul le Mexique classe en première position ! Néanmoins, les Chinois et les Allemands considèrent eux aussi à 54 % que le climat représente une priorité budgétaire pour les Etats "au même titre que le soutien aux économies nationales". Un avis que partagent moins les Etats-Unis (42 %) et le Royaume-Uni (45 %).

D’un point de vue général, 79 % des sondés voudraient que leur pays s’engage "à atteindre ou dépasser largement" un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 50 % à 80 % d’ici 2050. Mais une personne sur trois pense que ni les organisations ni les populations ne prennent les mesures nécessaires pour lutter contre le réchauffement de la planète.

Environnement. Où en sont les Français ?

Parmi les pays industrialisés, les Français sont les plus favorables à une réduction significative des émissions de CO2 (84 %). L’opinion française marque une évolution depuis l’enquête 2008, notamment sur l’engagement personnel  à moins polluer. 

Vélib à ParisL’année dernière, les Français n’étaient que 25 % à vouloir changer leurs critères d’achat ou leur mode de vie et faisaient partie des pays les plus réticents à dépenser plus d’argent pour le respect de l’environnement, avec le Brésil notamment.

HSBC a conclu un "Climate Partnership" pour cinq ans avec plusieurs organisations, dont le Fonds mondial pour la nature (WWF), pour "inciter les individus, les entreprises et les gouvernements à agir contre les conséquences" du réchauffement climatique.

Lire également sur l’Environnement

Article sur la conférence de Copenhague rédigé par Elwina, nov 2009