Planète OUI ou l’électricité 100 % renouvelable

>>> Suite de l’interview de Nicolas Milko. Quel sera l’avenir de Planète OUI ? Quel est le frein au développement des énergies renouvelables ? Voici la suite de notre entretien…

consoGlobe : Quels sont les nouveaux objectifs de Planète OUI dans les 5 prochaines années ?

N. M : Nous allons nous concentrer sur la maîtrise de consommation. Nous sommes actuellement entrain de prendre un virage pédagogique envers nos clients. Nous leur proposons de déclarer leur consommation sur leur espace client, ce qui va leur permettre de savoir combien consomme leur habitat par mois. C’est une première.

Tout cela pour bien comprendre l’évolution de leurs consommations au fil de l’année et aller plus loin en apprenant à contrôler la consommation d’un réfrigérateur, d’un fer à repasser etc. En ayant une bonne vision de leur consommation mensuelle, nous voulons aider nos clients à réduire cette consommation. Il s’agit du nerf de guerre de Planète OUI.

Maison et panneauxconsoGlobe : D’après votre expérience, quelle énergie attire le plus l’attention de vos clients ?

N.M : Il n’y a pas d’énergie renouvelable qui se distingue des autres actuellement. Il n’y a pas d’énergie renouvelable meilleure que l’autre. Il faut de l’éolien, il faut du solaire, il faut de la biomasse etc. Il y a une multitude d’énergies qui se développent à travers le monde, malheureusement en France, nous avons encore quelques années de retard. Ce qui est sûr, c’est que nous pouvons de plus en plus nous passer du nucléaire et du pétrole.

Nous avons vraiment besoin d’une solution qui "dégage" les particuliers de cette consommation qui n’a pas de sens : nous n’avons pas besoin de centrale nucléaire pour cuisiner le dimanche midi ! Bien sûr, les centrales nucléaires sont encore nécessaires pour des usages industriels, car les énergies renouvelables n’offrent pas encore de très grandes capacités de production.

Logo Planète OUIconsoGlobe : Justement, le fait que le consommateur doute sur les capacités de production des énergies renouvelables, n’est-ce pas un frein à leur démocratisation ?

N.M : Le véritable frein pour le consommateur n’est pas tellement le renouvelable, mais surtout le fait de devoir changer d’opérateur. Le consommateur se sent bien chez EDF et il est difficile pour lui de quitter cette position confortable.

Les consommateurs ne vont pas facilement vers les énergies renouvelables parce qu’il faut quitter EDF pour cela. La nouveauté fait peur. Ce qui est un vrai paradoxe lorsque l’on voit la vitesse à laquelle les nouvelles technologies progressent en France, je pense notamment aux téléphones mobiles.

Ce qui est regrettable avec EDF, c’est la manipulation que cet opérateur exerce sur les consommateurs pour vendre son nucléaire. Les conséquences en termes de stratégie énergétique en sont dramatiques. Les consommateurs doivent dès maintenant investir dans le renouvelable, il y a urgence. Le rôle de Planète OUI, c’est de dire aux consommateurs : "Essayez !". C’est une offre sans engagement. Rien ne retient nos clients, sauf leur conscience environnementale.

Lire également sur les énergies renouvelables

Interview de Nicolas Milko par Elwina, mars 2010