Monsanto : peur des pesticides ‘une conspiration française’

Rédigé par Stephen Boucher, le 10 Jun 2015, à 6 h 01 min
Monsanto : peur des pesticides 'une conspiration française'

Les locaux sont anonymes, comme tant d’autres dans le quartier des affaires européennes à Bruxelles, mais le logo est bien là, à l’entrée. Aucune sécurité particulière à l’accueil : avec mon look de baroudeur mal rasé, tout sauf corporate, je m’attends à ce qu’on me demande une pièce d’identité à l’accueil. On le fait bien dans d’autres bureaux bruxellois. Sans autre formalité, on m’indique le 5ème étage et je rencontre dans son bureau Brandon Mitchener, Directeur des communications pour l’Europe et le Moyen Orient de Monsanto pour une heure de discussion à bâton rompu.

Monsanto défraie la chronique, irrite, inquiète. Symbole entre tous de la multinationale libérale accusée de breveter le vivant, d’enfermer les producteurs de pays riches comme pauvres dans une relation de dépendance, et de nous vendre des OGMs et des pesticides dont on ne veut pas. consoGlobe, le site du « consommer mieux, vivre mieux », du bio, du local, du naturel et du fait maison ne pouvait pas ne pas aller à la rencontre de la firme agricole internationale, leader mondial de l’agrochimie. consoGlobe a publié à de nombreuses reprises sur les controverses liées à Monsanto. L’interview commence par un préambule virulent contre les ONGs de Brandon Mitchener, qui promet d’en dire plus dans l’interview. Accrochez vos ceintures…

consoGlobe – On parle beaucoup de Monsanto, mais on vous lit peu dans les médias. Est-ce que vous êtes interviewés ou c’est le fruit de votre politique ?

Brandon Mitchener – Nous essayons de corriger cela et nous cultivons les relations avec les journalistes, mais nous sommes régulièrement déçus par les journalistes, en particulier les journalistes français, qui écrivent des articles sans essayer de nous contacter. Par exemple la semaine passée, après la marche mondiale du 23 mai, et le procès de Bordeaux(6), l’AFP a prétendu nous avoir contactés, mais nous n’avons pas connaissance de tentative de contact. Après leur dépêche, nous leur avons envoyé notre communiqué, mais ils n’ont pas pris la peine de le mentionner.

Le poster qui accueille les visiteurs à l'entrée des bureaux de Monsanto : transparence, dialogue, ...

Les “engagements” qui accueillent les visiteurs à l’entrée des bureaux de Monsanto : dialogue, transparence, respect, partage, bénéfices.

consoGlobe – Comment interprétez-vous ce que vous percevez comment étant un manque d’intérêt des journalistes ?

BM – Une interprétation charitable, c’est que les journalistes ne sont pas très soucieux d’entendre les deux versions de l’histoire. Une autre interprétation c’est qu’ils ne veulent pas partager les deux points de vue. Je remarque que moins de 5 % des citoyens européens choisissent d’acheter des produits bio. La plupart disent qu’ils ne veulent pas de pesticides ni d’OGMs dans leur assiette, et la manière de les éviter c’est d’acheter bio, mais dans la vie quotidienne, ils n’achètent pas bio.

consoGlobe – Vous êtes la bête noire des consommateurs éveillés en France, et l’objet d’une attention médiatique très forte et largement négative. Les manifestations du 23 mai contre Monsanto ont montré une mobilisation particulièrement forte en France : la France est-elle un marché difficile pour vous et cela affecte-t-il vos résultats ?

BM – Nos affaires sont florissantes en France ! Nous sommes leaders sur le marché des semences de maïs, de colza, de diverses sortes de légumes… Mais nos clients ne sont pas les consommateurs finaux, ce sont les fermiers, avec lesquels nous faisons de bonnes affaires malgré le harcèlement que nous subissons des médias. Avec le consommateur normal, nous ne ressentons pas d’impact immédiat des médias, parce qu’ils n’achètent pas directement des produits Monsanto. Ils ne savent pas quelles graines ont été utilisées pour produire, par exemple, le maïs qu’ils achètent.

Tout le monde pense que Monsanto est une société exclusivement d’OGMs. Nous n’en vendons pas en France. En Europe, les graines génétiquement modifiées représentent moins de 0,5 % de nos ventes. Et encore, elles ne sont vendues qu’en Espagne et au Portugal, où les fermiers les achètent volontiers et les ventes augmentent chaque année.

Nos affaires sont florissantes en France ! Nous sommes leaders sur le marché des semences de maïs, de colza, de diverses sortes de légumes…

 

Champ de Colza - Monsanto

Champ de Colza

Suite de l’interview page suivante
Illustration bannière : Vallée de la Mort – © Galyna Andrushko Shutterstock
Références :
  • Procès de l’agriculteur charentais Paul François, qui accuse Monsanto d’être responsable de son intoxication aux pesticides.
  • Communiqué de l’Agence européenne de sécurité des aliments « Plus de 97  % des aliments contiennent des résidus de pesticides dans les limites légales » 12 mars 2015
  • http://www.gmoseralini.org/fr/
  • Procès de l'agriculteur charentais Paul François, qui accuse Monsanto d'être responsable de son intoxication aux pesticides.
  • Communiqué de l'Agence européenne de sécurité des aliments « Plus de 97 % des aliments contiennent des résidus de pesticides dans les limites légales » 12 mars 2015
  • Procès de l’agriculteur charentais Paul François, qui accuse Monsanto d’être responsable de son intoxication aux pesticides.
  • Communiqué de l’Agence européenne de sécurité des aliments « Plus de 97  % des aliments contiennent des résidus de pesticides dans les limites légales » 12 mars 2015
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

29 commentaires Donnez votre avis
  1. Pour ce qui croient que Monsanto-Bayer (syngenta, dow, cargill, etc) n’est pas si mauvais, je vous invite a voyager au Brésil ou en Argentine; regardez bien les plantations de soya et les habitants autour…..

  2. .Dommage pour Monsanto, car ce type a vraiment une bonne tête et un beau sourire, mais très franchement son discours et ses réponses sont bien calculées et bien pensées depuis très longtemps, il sait parfaitement ce qu’il doit dire et surtout ne pas dire, car à mon avis, ce type-là… mange bio.
    Je mange bio également, mais en AMAP, c’est à dire moins cher. Un petit panier 9€50 par semaine, un grand panier 17€. Il y a du pain, un pain d’un kg 3€20, personnellement je fais mon pain moi-même, ainsi que mon levain avec de la farine que notre boulanger nous vend. Pour 15kg de farine, c’est 21€ entre le mois de mai et le mois d’octobre et je connais dans mon AMAP des personnes qui vivent en HLM comme moi, car pas les moyens de se payer autre chose, et pourtant qui mangent bio. La viande, c’est de temps en temps… et elle est bien moins chère qu’en boucherie. Les oeufs 1€75 les 6 oeufs. Les pommes et les poires quand c’est la saison 2€50.
    On privilégie de la nourriture saine, il n’y a pas d’obèse dans notre AMAP et nous sommes 80 adhérents… Maintenant…, chacun voit midi à sa porte…
    Pour ma part, les agriculteurs qui vivent et cultivent d’après MONSANTO, je ne les plaindrais pas lorsqu’ils tombent malades et meurent d’un cancer, c’est tout de même un monde de ne pas comprendre que tout ce qui compte pour MONSANTO et ses actionnaires, c’est le fric, un point c’est tout. Cette Société est en train de pourrir le monde, à croire que ces gens-là ont trouvé le moyen d’aller sur une autre planète lorsqu’ils auront pourri celle-ci…!

    Quant au traité TAFTA, une vaste fumisterie dont les gouvernements sont complices!!!
    Cette Europe est une calculatrice pour les actionnaires, un point c’est tout!!!
    Beau discours, mais il ne m’a pas convaincu, même pas à 0,00000000000000000001%
    Maintenant que Greenpeace se remplisse les poches, je n’y vois pas d’inconvénients étant donné que MONSANTO empoisonne le monde et les caisses et les comptes en banque de cette Société et de leurs actionnaires sont pleins à craquer…!!!
    Ceux qui n’y croient pas, ce n’est pas grave, chacun voit midi à sa porte, comme on disait si bien, il y a….!!!!!!

  3. Voici quelques remarques :
    – le bien commun voudrait qu’on relance une recherche publique payée par nos impôts et non par des montages financiers de tous les types possibles, la plupart critiquables naturellemnt. Et mieux payer les chercheurs, c’est le prix de l’indépendance et du sérieux : les meilleurs chercheurs partent ailleurs.
    – sans pouvoir le prouver naturellement, on a l’impression que des employés de Monsanto font des heures supplémentaires dans les commentaires.
    – Le glyphosate, formidable produit !! incroyable de lire cela. Et parler de sa diabolisation (pas très scientifique) révèle un énorme manque d’information (faire une recherche avec votre moteur favori)
    – l’aspect nourrir le monde avec les grandes monocultures, techniques actuelles et OGM, alors que c’est la ruine pour les petits paysans du tiers monde, c’est incroyable. Les chiffres : il n’y a jamais eu autant de gens mourant de faim qu’aujourd’hui. Et beaucoup plus qu’au début de la révolution “verte” ou qu’il y a 20 ans.

    • Yves

      Vous qui semblez compétent, n’hésitez pas à nourrir les autres avec une petite ferme, sans produits phytosanitaires d’aucune sorte.

      Merci.

  4. Bonjour,
    Pour “répondre” à Brandon sur la faible consommation de produits bio, on peut très bien ne pas vouloir de produits OGM ou cultivés à coups de produits chimiques et autres procédés malsains, sans avoir les moyens de consommer Bio.
    Et pour ce qui est des consommateurs finaux qui ne connaissent pas l’origine des graines servant à produire ce qu’ils consomment, le problème est bien celui là : on ne sait pas et on n’est pas en mesure de le savoir.
    Cordialement,
    Jean-Yves
    Bien content d’avoir les moyens de consommer Bio.

  5. Les “gens ” sont tellement bêtes: ils pensent qu’un poison ne fait aucun bien. Mais où vont-ils chercher tout ça ? Il faudrait les empêcher de penser, ce serait bien mieux. a force de les goinfrer de pesticides, ça finira par arriver, ouf !

    “Les gens” disent qu’ils veulent manger propre mais n’achètent pas bio. Sans blague ? Avec les salaires tels qu’ils sont , si toutefois on en a un, est-ce qu’on n’est pas un peu contraint d’acheter de la bouffe “normale” ? c’est-à-dire de la bouffe qui devrait être normale, plutôt.

    Monsanto est une pauvre victime, on a bien compris. Un mouchoir, vite !

  6. comment peut on être aussi cynique, les OGM sont une monstruosité. Monsanto n’a qu’un seul intérêt et ne s’en cache pas, c’est le profit avant la santé. Bien sûr qu’il faut soutenir Greenpeace, heureusement qu’ils sont là pour tenter d’éviter le pire et si Greenpeace demande de les soutenir c’est qu’une telle organisation coute cher. Pour nourrir la planète il faudrait commencer par réduire les naissances car nous sommes trop nombreux sur cette terre. En fait on marche à l’envers, on cherche toujours à produire plus quitte à nous empoisonner plutôt que s’attaquer au problème de l’augmentation des populations.

  7. ” la peur des pesticides est aussi une invention de certains groupes de pression qui veulent que les gens pensent que c’est un problème” mais c hallucinant d’entendre des insanités pareil quand on sait , par le billet de nombreux reportages très bien documentés, tous les dégâts environnementaux et sanitaires causé par les pesticides !!! Oui je suis d’accord il faut laisser tout le monde s’exprimer et c bien qu’ils aient la parole, mais par pitié ne nous laissez pas berné par leur propos…et Soyez pour une fois, fiers de la résistance française anti OGM …

    • Je suis entièrement d’accord avec vous!

  8. Interview intéressante qui, malgré quelques maladresses, a le mérite d’asséner quelques vérités qui passent systématiquement à la trappe dans un monde dominé par les discours « anti ».

  9. Ce qu’il faut comprendre c’est que les ONG sont des unité business du point de vu de leur membres.

    Pour ceux qui connaissent de l’intérieur, il n’y a pas plus ni moins de corruption dans une ONG que dans une corp, a priori.
    maintenant les journaliste font que certaines ONG sont intouchables. Greenpeace &co ont été pris la main dans le pot de confiture d’une façon qui aurait fait démissioner le président de Monsanto. condamné en justices… mais rien… ils ne sont pas plus detachable qu’un ayatollah en iran, un curé en Italie, un syndicaliste en France.

    le vert est une industrie.
    des industriels l’ont bien compris, et s’y accrochent en espérant remonter leur business…
    le halall aussi, le casher aussi, le rock crétien aussi…

    Je me souvient de cette alamiste téléphone portable avec des expériences farfelues qui avait intéressé les journaliste. elle vendait des solution de protection a faire rire un électronicien radio… une barrière à licorne inefficace…

    dans le genre aussi il y a le type qui a lancé la campagne contre les vaccin et l’autisme… outre les fraudes, il a vendu ses prestations, et des solutions payante a ses mythes…

    L’eau en bouteille est un exemple de ce style et danone en profite bien.
    notre eau du robinet, même gavé de nitrates comme une salade fraiche, convien très bien à une personne de plus de 2 ans (la maladie des bébé bleus ne concerne que les bébés, a qui une enzyme manque).

    A défaut de vrai progrès on nous vent des barrière à licorne.

    c’est a mourir de rire de voir les anti manipulation autoprocaméne, anti consuméristes, vendre du gaspillage industriels, et de voir des entreprises rationelle sauter sur une business de vent , comme un boucher sur le halal.

    le pire c’st que tout ce vent nous coute très chères via la règlementation qui fait de l’anti-croissance… on doit travailler plus pour avoir moins concrètement, et la comptabilité nationale voit ca comme de la croissance, alors que c’est de l’inutilité…

    cherchez pas ou part notre niveau de vie, nos emplois…

    • “Le type qui a lancé la campagne contre les vaccins et l’autisme…”, comme vous dîtes, c’est le Professeur JOYEUX, et sa campagne est juste et raisonnée, contrairement à la position de Marisol TOURAINE, qui, avant d’être Ministre, considérait que l’aluminium était dangereux pour la santé, et qui, maintenant, juge qu’il n’y a aucun danger à l’administrer aux nouveaux-nés en les vaccinant… Et tout est à l’avenant dans votre commentaire, y compris vos fautes d’orthographe. Apprenez déjà à écrire avant d’en faire !
      Et pour info, le fameux vaccin avec aluminium, prescrit par Marisol TOURAINE, coûte 7 fois plus cher que celui sans aluminium. Merci pour la Sécu ! Qu’est-ce que vous disiez déjà ? “le pire c’st que tout ce vent nous coute très chères”

    • Non seulement je suis d’accord avec la réponse de Martine44 mais, sur le sujet des téléphones portables, j’ajouterai quelque chose: si vous n’êtes pas vulnérable à ce genre de nuisances, tant mieux pour vous. Moi je le suis et très très fort. La “barrière à licorne” (puisque cette expression semble vous plaire beaucoup) que j’ai installée pour remédier à ces inconvénients, je n’y croyais pas. Et pourtant, elle a tout changé. je peux téléphoner plus d’une demi-heure sans ressentir de brouillage et de chaleur dans la tête, sans avoir les doigts qui fourmillent. Il s’agit d’une pastille de shungite à collée sur le portable: elle m’a coûté 8 euros !!!!!!!!

      Mais “on n’apprend pas à danser à celui qui n’entend pas la musique”

  10. L’élément qui me paraît central dans cette communication, c’est la critique du financement de l’étude du professeur Seralini, alors que la fondement de Monsanto est justement de noyer le système d’études financées par elle afin de discréditer les études indépendantes ou simplement contraire à leurs intérêts. Sur ce point, la communication pècherait-elle? Qu’en pensez-vous?

    Pour le reste, comme ceci a déjà été relevé, cet article semble reproduire fidèlement les propos du directeur de communication.

    Enfin, en tant que fils de paysan, je m’étonne toujours que bien qu’en suisse les doses d’intrants chimiques aient été divisés par 10, il sont encore 3 fois supérieur à celles que mon père utilisait il y a 30 ans de cela, sans que le domaine ne soit bio, bien entendu. Les quantités recommandées par l’industrie chimique sont juste exorbitantes, nuisibles à tous, sauf à ses bénéfices!

    • Votre père est un étrange agriculteur…

      En utilisant les nouvelles techniques agricoles (culture sans labour avec glyphosate pour nettoyer le terrain, semis direct sans travail du sol, semis de céréales avec trèfle, culture intermédiaire de légumineuses, on diminue considérablement la dose d’azote par rapport à ce qui se pratiquait dans les années 70 et la consommation de fuel n’a rien à voir…

      Quand aux deux études de Séralini, je vous laisse les croire comme on croit aux dogmes. C’est une question de foi. Non de raison.

      Les agriculteurs ne sont pas si bêtes. Moins il y a d’intrants et mieux on produit, mieux on se porte.

      Quand aux “bénéfices” des entreprises, ils sont légitimes. Comme est légitime l’argent que vous gagnez vous même tous les mois pour vivre.

      “s’indigne des bénéfices des autres” et on estime que l’argent que l’on gagne est juste et bon. Ce qui est assez drôle quand on y réflécit.

      Amicalement

    • Avez-vous des preuves sur « la fondement de Monsanto est justement de noyer le système d’études financées par elle… »

      Avez-vous des preuves sur l’objectif de « discréditer les études indépendantes ou simplement contraire à leurs intérêts » ? Question plus précise : Monsanto a-t-il financé une seule étude pour « dégommer » celle de Séralini ?

      Vous est-il venu à l’esprit que beaucoup d’« études indépendantes » (qui ne sont pas « indépendantes » quand elles sont financées par Auchan, Carrefour, Les Cafés Malongo, etc. et des fondations manifestement « anti ») sont par nature frappées de discrédit ? La fameuse étude de Séralini ? Démontée par (presque) toute la communauté scientifique (seuls ses coreligionnaires l’ont trouvée bonne, une douzaine d’agences de régulation, dont l’ANSES et le HCB en France, les six académies scientifiques françaises, etc.

      « Enfin, en tant que fils de paysan… » ? Non, « les doses d’intrants chimiques » n’ont PAS été « divisés par 10 ». Et si elles sont « encore 3 fois supérieur à celles que mon père utilisait il y a 30 ans » (ce qui reste à voir), il serait bon de voir à quoi cela correspond. Le rendement moyen du blé est aujourd’hui à 60 quintaux/hectare.

      « Les quantités recommandées par l’industrie chimique sont juste exorbitantes, nuisibles à tous, sauf à ses bénéfices! » ? C’est impliquer que l’industrie inciterait les agriculteurs à surutiliser… C’est prendre les uns et les autres pour des imbéciles. Peut-on aussi vous rappeler qu’il existe une recherche publique (très compétente en Suisse) et une vulgarisation par les pouvoirs publics et les agriculteurs eux-même ? Et qu’un industriel qui s’« amuserait » à recommander des quantités « exorbitantes » se verrait remis à l’ordre sans délai ?

  11. Interview intéressante où l’on trouve des informations pertinentes.

    Je suis moi même agriculteur et j’utilise, cas par cas, des produits phyto bio (nématodes, champignon, etc.) et des produits phyto non bio (glyphosate MDR).

    Les produits bios étant les plus important dans mon budjet phyto.

    Je le fait sans a priori, en essayant d’année en année d’améliorer mes pratiques.

    Mon exploitation agricole est caractérisée par une riche diversité (très belle population de salamandre !).

    La diabolisation des OGM me semble irrationnelle.
    La diabolisation du glyphosate (round up) pire encore.

    les non-agriculteurs n’ont aucune connaissance de la nouvelle révolution agricole qui est intervenue depuis vingt ans. Avec une modification radicale des pratiques, des produits (sauf le glyphosate qui est vraiment le truc le plus génial qui soit, permettant entre autres la culture sans labour qui respecte la vie des micro organisme du sol, avec en plus le moins de consommation de fuel possible… sans nuire à mes salamandres MDR), etc.

    l’opposition bio et non bio est ridicule. J’utilise les deux techniques, avec efficacité et en évoluant d’année en année.

    il y a beaucoup de “pensée magique” chez les tenants mordicus du bio.

  12. Non, mais il y a du progrès dans la com’, c’est toujours mieux que ça ! https://www.youtube.com/watch?v=ovKw6YjqSfM
    Sinon, ce qui est cool quand on est directeur en blablaterie, c’est qu’on a les moyens de se payer du bio ! Parce que je vous fiche mon billet que lui, il fait très très très attention à ce qu’il mange. 😀

  13. Article fort intéressant qui amène un éclairage différent de ce qu’on peut lire habituellement sur cette société finalement si mal connue du grand public. Et bravo à Mr Boucher, journaliste qui semble avoir retranscri sans filtre et sans interprétation personnelle ou déformation les dires de M. Mitchener. C’est si rare de nos jours dans le monde des médias…

  14. Encore un point, qu’en est il des dommages collatéraux engendrés par le brevetage des cultures.
    Dans les pays orientaux, des paysans se suicident car leur champ ont été infectés par leur semences OGM , que fait MONSANTO dans ce cas?
    levif.be/actualite/international/en-inde-les-ogm-de-monsanto-pousseraient-les-paysans-au-suicide/article-normal-396877.html

  15. C’est intéressant de voir comment il dépeint les agriculteurs bio en les faisant passé pour des ” miséreux qui n’ont pas les moyens de s’équiper, ce serait pour ça qu’il font du bio”. N’IMPORTE QUOI !!!

    LES agriculteurs bio le font par choix éthiques pour la plupart ( pourquoi faire avec les pesticides quand on peut faire sans, pourquoi prendre un risque MEME minime la ou le risque 0 est possible).

    Il parle de résidus sur les produits consommés, qu’il y en a peu ou pas assez pour s’inquiéter, mais QU’EN EST IL des nappes phréatiques et la dégradation des sols du à l’utilisation des pesticides et des monocultures ?ET en c qui concerne la pollution générée pour la production DE CES PESTICIDES, ET DES MACHINES REQUISES POUR LEUR ÉPANDAGE?

    AGROBIOLOGIE est la solution, l’agriculture bio, lorsqu’elle est mené de façon professionnelles , a de meilleurs rendements que l’agriculture conventionnelle.C’est un fait documenté.

    MONSANTO, il serait temps de se convertir et de montrer l’exemple, lâchez du leste vous vous êtes suffisamment engraissés, comme vous le dites si bien vos affaires sont florissantes.Arrêtez de vous cacher derrière des directeurs de la communication et regardez les faits en face.

    • C’est très juste, mais mon interprétation de la déclaration est qu’il s’agit d’une maladresse.

      Il y a une confusion entre les agriculteurs « bio » des pays développés et les « miséreux… » des pays en développement. On peut dire que ces derniers font du « bio » par obligation, n’ayant pas les moyens – financiers et autres (telle que l’existence d’un réseau structuré d’agrofournitures) – de se procurer des intrants.

      Mais cette comparaison n’est pas pertinente. Elle est même détestable. Si le « bio » se prive de certains intrants et de certaines techniques, il est (ou peut être) à la pointe du progrès pour d’autres.

      « …pourquoi faire avec les pesticides quand on peut faire sans… » ? Vous succombez au discours de propagande, que vous déroulez aussi. Les agriculteurs « bio » utilisent aussi des pesticides. Dans certains cas même plus…

  16. Il parle comme n’importe quel directeur de communication. Pourquoi parler de problème de santé publique s’il n’y en a pas, sauf dans la tête des gens qui voient le mal partout. On ne sait plus qui croire, que ce soit Monsanto ou les antis, chacun défend ses positions. La seule chose qui fonctionne, c’est que tout le monde utilise les mêmes méthodes de communication !
    Cet article est intéressant, en particulier le point sur les études… si cela est avéré vrai, c’est très malin ! Ca ne m’étonne qu’a moitié venant d’un groupe de grande distribution.
    Le débat est stérile et ne fera jamais avancer les choses sans un minimum d’ouverture d’esprit. Les OGMs sont commercialisés depuis les années 90 aux Etats-Unis, on commence à avoir du recul.

    • Vous doutez de la véracité de l’affirmation selon laquelle Auchan et Carrefour ont financé l’étude Séralini ? Cherchez sur la toile « OGM : quand la grande distribution finance une étude choc ».

      M. Séralini s’est même vanté d’avoir contribué à organiser le financement par l’intermédiaire d’une organisation écran.

      Mais il ne faut pas se limiter à la grande distribution. D’autres entreprises sont impliquées dans le financement de la propagande « anti ».

      « … tout le monde utilise les mêmes méthodes de communication » ? Non. Les organisations qui se disent, par exemple, de la société civile peuvent mentir effrontément et tricher de manière plus subtile sans que rien ne se passe.

      « Pourquoi parler de problème de santé publique s’il n’y en a pas » ? C’est que la question des OGM est bourrée de questions de santé publique. Pas dans le sens que l’on entend sans cesse. Par exemple, le maïs Bt, résistant à la pyrale et à la sésamie est moins sujet à des attaques par des moisissures productrices de dangereuses mycotoxines (cytotoxiques, cancérigènes, reprotoxiques…), mycotoxines qui peuvent se retrouver dans le lait.

      Le gouvernement français a fait le choix d’interdire les maïs OGM – tous, sans même connaître l’identité, les propriétés et les avantages de ceux qui sont à venir. Il a fait le choix du clientélisme politique contre la santé publique.

    • Personnellement, je ne me fie qu’à une seule chose qui est prouvée et cela depuis pas mal d’années et qui ne fera que s’amplifier.
      De plus en plus de maladies émergentes…
      D’où viennent-elles ?
      Pour n’en citer que 3 :
      Le cancer,
      Alzheimer,
      Parkinson.
      Voilà des maladies dont on en parlait pas avant les années 70.
      Puis petit à petit il y a eu quelques cas, qui ensuite se sont multipliés au fur et à mesure que les années passaient.

      Pour le cancer, je sais de quoi je parle, j’en ai eu un il y a 13 ans. Dans ma famille nous sommes 6 personnes a avoir eu, dont certaines plusieurs cancers… Dont 3 en sont mortes.
      Alzheimer : deux de mes oncles en sont morts,
      et tout cela entre les années 1989 et 2013.
      Avant ces années-là nous n’avions jamais eu de cas concernant ces maladies.
      Alors pour ma part, je mange bio depuis 8 ans et je me porte très bien, mais analyses de toutes sortes sont parfaites…
      Je me fie sur du concrets.
      Ceux qui veulent manger des pesticides, je m’en moque…
      Ce qui m’énerve dans tous leurs discours, c’est qu’ils essaient toujours de faire passer ceux qui veulent manger sainement pour des andouilles… Ils n’utilisent pas le mot andouille, mais c’est sous entendu…!
      Je répète que ceux qui veulent manger OGM, pesticides, insecticides et engrais chimiques de synthèse, allez-y, ça m’est parfaitement égal, vous avez le droit, mais respectez ceux qui n’en veulent pas !!!
      Parce que pour ma part, je me suis souvent aperçu que ceux qui défendait MONSANTO, mangeait bio…
      Les actionnaires de MONSANTO, ont un porte-feuille qui se porte à merveille, grâce aux agriculteurs qui achètent leurs poisons, mais ces mêmes actionnaires mangent bio, et si je le sais, c’est parce que je suis très bien renseignée. Mes sources, je ne vous les donnerai pas, sinon, les personnes qui me les ont fourni auront de gros problèmes…!

    • Désolée pour les fautes, je ne me suis relue qu’après avoir envoyé… Le plus important est le contenu et non les fautes…
      Tant pis, mais je voulais témoigner…
      Séralini est un chercheur maudit, comme d’autres chercheurs qui veulent que la vérité soit dites, alors il faut le salir… bien entendu… en attendant ses recherches ont été filmées.
      De plus les agriculteurs qui meurent après avoir utilisé les produits prescrits par MONSANTO… pourquoi les passer sous silence ?!

    • Janine,

      Là je ne peux pas vous rejoindre. Citer ces 3 maladies comme étant un exemple de la pollution (pesticides ou autres d’ailleurs).
      Comparez ce qui est comparable bon sang !
      Alzeihmer, cela c’est “démocratisé”, mais avant on disait de nos anciens qu’ils devenaient séniles. C’est juste un autre mot qui englobait la dégénérescence due au vieillissement sans en identifier les causes (neurologiques)
      Parkinson : les pesticides sont identifiés comme facteurs aggravants, pas de doute la dessus. Par contre, le tabac est un facteur protecteur … J’en déduis que l’augmentation du nombre de personnes atteintes est liée aux campagnes anti-tabac ! 😉
      Cancers : franchement, nos ancêtres qui utilisaient le mercure pour se soigner, jouaient avec des jouets radio-actifs et j’en passe, vous ne croyez pas qu’ils étaient un peu “intoxiques” aussi ! Par ailleurs, il a été largement prouvé que les cancers ont de forts facteurs génétiques. Donc “normal” (mais malheureux) si vous êtes plusieurs touchés dans une même famille. A voir avec vos aïeux …
      Enfin, concernant ces 3 maladies, un dernier facteur essentiel dont vous ne tenez pas compte : l’augmentation de l’espérance de vie.
      Alzeihmer : début vers 65 ans !
      Parkinson : début entre 45 et 70 ans
      Cancers : cela dépend évidemment du type de cancer, mais les dépistages commencent généralement (sans risques génétiques) vers 50 ans.
      Et l’espérance de vie ? On est passé de 49 ans (en moyenne) au début du XXème siècle pour 79 ans 1 siècle plus tard !
      Donc oui, forcément, il n’est pas possible de faire autrement que de voir ces 3 maladies augmenter de nos jours.
      On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre comme disait ma grand-mère 😉

  17. Hallucinante cette interview. Il ne parle que de business, d’affaires, de marchés. A aucun moment il ne se sent concerné par les problèmes de santé publique, d’environnement, de pollution engendrés par les produits de Monsanto… Et tant qu’à atteindre les sommets du cynisme, il accuse les ONG, les “meurtriers” qui veulent se faire de l’argent ? Comment peut-on devenir aussi éhonté et arrogant, se détacher de toute responsabilité, être aussi aveuglé par un unique objectif de cupidité ? Monsanto est une entreprise à vomir et sa politique déteint sur ses employés. C’est triste et révoltant. Boycottons tous Monsanto. Et Monsieur Mitchener : regardez-vous vraiment dans un miroir et réveillez-vous !

    • Hallucinant ce commentaire…

      Vous avez dû mal lire. Je n’ai pas vu le mot « meurtriers » que dans votre commentaire. Il est presque judicieux. Il y a des gens qui accusent Greenpeace, d’autres « organisations » et des personnes — qui s’opposent au riz doré susceptible de contribuer à la lutte contre les carences en vitamine A – de crime contre l’humanité

      Mais vous avez aussi bien lu : les « ONG » qui veulent se faire de l’argent, c’est, pour certaines, l’exacte vérité. Être contre les OGM en France, ça peut rapporter… Greenpeace est contre les OGM. Être contre les OGM aux États-Unis d’Amérique, ça ne rapporte pas (le marché de l’anti-OGMisme y est aussi pris par d’autres structures)… Greenpeace n’y déploie quasiment aucune activité.

Moi aussi je donne mon avis