Vélo en ville : faut-il porter un masque anti-pollution ?

En ces journées de forte pollution urbaine, faut-il porter un masque anti-pollution ? Dark Vador, lui, ne sort jamais sans son masque anti-pollution. Ne devrions-nous pas faire de même ? Nous faisons le point sur les produits et conseils des spécialistes.

Rédigé par Stephen Boucher, le 15 déc 2016, à 14 h 20 min
Vélo en ville : faut-il porter un masque anti-pollution ?

L’air est chargé en particules. Les médecins conseillent de ne pas faire de sport. Faut-il donc ranger son vélo à la cave en attendant les jours meilleurs ? Rouler égoïstement en voiture ? Se coltiner les transports urbains bondés ? Il existe une alternative : le masque anti-pollution. Mais est-il vraiment efficace ?

On pourrait penser que rouler à vélo en ville, surtout pendant les pics de pollution, soit une mauvaise idée pour la santé.

Il n’en est rien : avoir une activité physique est bien meilleur pour la santé que de ne pas en avoir du tout, y compris les jours de forte pollution. Car si la pollution de l’air est responsable de 48.000 décès prématurés en France chaque année, selon une étude récente, 34.000 pourraient être évités par des mesures aisées, y compris une pratique plus importante du cyclisme.

masque anti pollution

Masque anti-pollution de marque Respro®

Une personne enfermée dans l’habitacle de sa voiture, du bus ou les couloirs du métro est par ailleurs beaucoup plus exposée aux particules fines qu’un cycliste ou un piéton qui voit son air renouvelé constamment.

Un masque anti-pollution peut néanmoins aider à préserver sa santé, de même que certaines précautions de bon sens :

  • modérer ses efforts sur la bicyclette,
  • éviter les axes de circulation fréquentés, privilégier les axes secondaires, et passer autant que possible par des lieux moins pollués comme les parcs.

Masque anti-pollution : mettez le prix

On trouve sur le marché une diversité de masques anti-pollution. Les plus courants sont fabriqués en Lycra pour bien épouser la tête.

On trouve également des foulards dits « anti-smog », qui ont une efficacité moindre.

À noter : un simple masque hygiénique ne filtrera en rien l’air pénétrant dans vos poumons, vous pouvez donc l’ignorer complètement. On vous conseille donc des masque anti-pollution spécifiques, comme ceux trouvés dans la sélection ci-contre.

On retiendra les modèles dont le filtre, constitué d’un tissu contenant du charbon actif, peut se changer. Un usage quotidien, d’une heure par jour dans une atmosphère « normalement » polluée, ne nécessitera de changer le filtre qu’une fois tous les six mois environ. D’autre part, il est également conseillé de le rincer à l’eau bouillante une fois par mois.

Des bénéfices réels sur la pression sanguine et le rythme cardiaque

Le masque anti-pollution permet d’éviter d’inhaler des microparticules et une vaste gamme de polluants urbains communs : hydrocarbures, y compris benzène et pyrène, oxydes d’azote, dioxyde de soufre, oxyde de plomb, fumées noires, microparticules PM10 (à partir de 10 microns), mais aussi les pollens et les poussières de construction.

Un masque anti-pollution de qualité permettra, grâce aux filtres de charbon actif, un filtrage efficace des particules PM2.5, jusqu’à 99,9 %, avancent certaines marques. Qu’en est-il des effets sur la santé ?

Une étude dans la revue scientifique Particle and fibre toxicology conclue que : « Porter un masque anti-pollution semble réduire les effets négatifs de la pollution de l’air sur la pression sanguine et la variabilité du rythme cardiaque. Cette simple mesure peut protéger des individus sensibles et empêcher des événements cardiovasculaires dans les villes à forte concentration d’air pollué. »(1)

Le masque anti-pollution constitue ainsi une protection importante pour les personnes allergiques et celles souffrant d’asthme, et une précaution pour la santé utile. Alors pourquoi plus de cyclistes ne les utilisent-ils pas ?

Un défaut : sueur et performance

Pour être efficace, le masque anti-pollution doit bien épouser votre visage, pour ne pas laisser passer d’air sans qu’il transite par les filtres. Cela rend la respiration plus difficile.

Par ailleurs, ceci entraîne un effet d’échauffement de l’air respiré et une condensation de la sueur à l’intérieur du masque. Pour cette raison, certains sont munis de  vannes à sens unique qui empêchent l’accumulation de l’humidité et facilitent l’évacuation du CO2 à l’extérieur. Pour autant, vous devrez accepter un léger inconfort.

Photo de bannière : Dark Vador ne sort jamais sans son masque anti-pollution © Stefano Buttafuoco – Shutterstock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Actuellement Directeur général de consoGlobe et plus spécifiquement Directeur de la rédaction, Stephen Boucher est anciennement directeur de programme à...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis