Le Prince Charles ou la passion de l’écologie “so british”

Le Prince Charles ou la passion de l'écologie "so british"

Premier dans l’ordre de succession au trône royal, le Prince Charles voit sa notoriété en baisse auprès des sujets britanniques et cela alors que celle de son fils aîné est grandissante, mariage oblige.

Plutôt discret, le Prince travaille depuis longtemps à la préservation de l’environnement et est un grand partisan de la nourriture bio.

Un Prince “so green” qui multiplie les combats.

Le Prince Charles et la défense de l’environnement

Il y a quelques mois dans le quotidien français Le Figaro, le Prince Charles déclarait “vouloir consacrer le reste de ma vie à défendre la nature“.

Une déclaration en adéquation totale avec les valeurs que l’homme défend depuis toujours, celles du respect de la terre, du produit et de l’environnement.

L’homme qui s’est récemment fait voler la vedette par son fils William, marié depuis peu, a souvent vécu dans l’ombre de sa mère et de son ex-femme et icône des Britanniques : la princesse Diana. Toutes ces années, le Prince n’a pour autant pas chômé, multipliant les créations d’associations et de fondations en faveur de l’environnement.

Sur les traces de son père… Ou presque

L’engagement en faveur de l’environnement du Prince Charles n’est peut-être pas un hasard lorsque l’on sait que son père, le Prince Philip, a été l’un des premiers présidents du célèbre Fonds mondial pour la nature WWF.

Un passé que le Prince Charles n’évoque que très peu alors que nombreux sont les détracteurs du Prince Philip et d’un autre président de WWF, le Prince Bernhard des Pays-Bas, tous deux soupçonnés de s’être retrouvés dans le WWF en raison de leur sympathie commune pour le régime d’Hitler. En 2006, le Prince Philip a d’ailleurs brisé le tabou concernant les liens entre sa famille et le régime nazi lors de la publication du livre de Jonathan Petropoulos, Royals and the Reich.

Aujourd’hui, le Prince Charles a trouvé sa propre voie et compte bien sensibiliser les Britanniques et les citoyens du monde à la nécessité de mieux consommer.

 

*

La suite p.2> La promotion de l’agriculture bio au coeur des préoccupations du Prince