Etonnant

“Le jour du dépassement” de l’empreinte ecologique

Le 23 septembre a eu lieu le “Global Overshoot Day”, littéralement “le jour du dépassement global”. Qu’est-ce que cela signifie ? Et bien qu’entre le 1er janvier et le 23 septembre 2008, l’humanité a consommé les ressources que la nature peut produire en un an. Incroyable non ?

L’empreinte écologique … explose prématurément

Selon l’organisation non gouvernementale canadienne Global Footprint Network, à partir du 24 septembre 2008, et jusqu’à la fin de l’année, les Terriens vivent d’une certaine manière au-dessus de nos moyens.

  • “Le jour du dépassement global” est un nouvel indicateur dont l’objectif est de réveiller le monde à la notion d’empreinte écologique.
  • Un calcul simple permet de rapporter cette mesure sur une échelle de temps. En divisant la capacité de production du milieu naturel par l’empreinte écologique multiplié par 365 on obtient le nombre de jours de consommation que la terre peut supporter.

  • En 2008, ce ratio a permis de calculer qu’en 267 jours, soit du 1er janvier au 23 septembre, nous avions sollicité toute la capacité de renouvellement naturel de la biosphère.
  • En 2007, c’était le 6 octobre… En d’autres termes, l’humanité utilisera en 2008 40 % de ressources supplémentaires à ce que la terre peut régénérer en une année.

Cet indicateur, inventé par les créateurs du concept d’empreinte écologique, sensibilise aux conséquences de la surexploitation des ressources fournies par la nature et permet des comparaisons entre régions du monde.

Ainsi, il a été constaté que les habitants des Emirats arabes unis ont l’empreinte écologique la plus élevée : chaque habitant consomme chaque année l’équivalent de 12 hectares globaux. Suivi de près par les Américains, avec 9,5ha.

Empreinte écologique, la France plutôt mal  classée

  • Quant a la France, elle se situe au 12ème rang mondial avec moins de 6 ha.

En revanche, les habitants du Bangladesh, de la Somalie et de l’Afghanistan sont les plus petits consommateurs de ressources au monde, avec moins d’un demi-hectare.

  • Le 31 décembre 1986, pour la première fois de l’histoire, l’humanité avait consommé en un an la totalité de ce que la Terre avait produit dans l’année.

Actuellement, notre planète surexploitée,  avec une consommation d’énergie toujours plus grande, dans un contexte de réchauffement climatique, ne parvient plus à suivre le rythme effréné de consommation des ressources naturelles et la demande dépasserait de 40 % la capacité de la Terre.

Il est plus que temps d’agir car la date d’épuisement des ressources annuelles naturelles de la Terre tombe de plus en plus tôt en raison de notre consommation qui ne cesse d’augmenter.

Sur l’empreinte écologique :

Article rédigé par Elwina, septembre 2008