La France a déjà consommé toutes ses ressources pour 2018 !

Selon un rapport des ONG WWF et Global Footprint Network, le 5 mai 2018 marque le jour du dépassement écologique pour la France. Cette date tombe 3 mois avant le Jour du dépassement planétaire : peu glorieux pour la pays qui a poussé l’Accord de Paris !

Rédigé par Séverine Bascot, le 5 May 2018, à 9 h 40 min

Le document intitulé « L’autre déficit de la France – 5 mai 2018 : Jour du dépassement pour la France » fait état d’un bien triste constat : la France vit écologiquement au-dessus de ses moyens. Cette date symbolique du 5 mai montre que le mode de vie des habitants de l’Hexagone et les grandes orientations politiques ont des conséquences dramatiques pour l’environnement.

jour dépassement France

© alexkico

Dès aujourd’hui, la France va vivre écologiquement à crédit

L’étude révèle en effet que la France à un train de vie deux fois supérieur à la moyenne de l’humanité. De fait, si l’ensemble de la Terre vivait comme les Français, toutes les ressources que la planète peut renouveler en un an seraient consommées aujourd’hui 5 mai 2018 : en prenant en compte la biocapacité de toute la planète, il faudrait donc 2,9 Terres pour que l’humanité puisse vivre sereinement à ce rythme (la moyenne globale se situe plutôt autour de 1,7 Terre).

Le jour du dépassement en France arrivant cette année le 5 mai signifie qu’en 4 mois, nous avons émis plus de carbone que ce que nos océans et nos forêts ne peuvent absorber en un an ; nous avons pêché plus de poissons, coupé plus d’arbres, fait plus de récoltes, consommé plus d’eau que ce que notre territoire ne pouvait produire sur cette même période, bref que « notre écosystème local est exploité plus rapidement qu’il se renouvelle lui-même ».

Le jour du dépassement  dans le monde

Le Qatar se situe en haut de ce triste classement du jour du dépassement, puisque ce pays vit écologiquement à crédit depuis le 9 février. Les États-Unis sont entrés en déficit écologique le 14 mars, le Canada le 17 et l’Australie le 30, la Suède le 3 avril, et la Russie le 20… À l’opposé, la Colombie n’atteindra pas cette date avant le 16 novembre, le Maroc le 16 décembre, et le Vietnam le 20 décembre 2018.

Et au niveau européen ?

La France arrive en tête des pays européens écologiquement déficitaires le plus tôt cette année, aux côtés de l’Allemagne (1er mai), du Royaume-Uni (7 mai), de la Grèce le 22 et de l’Italie le 23. De leur côté, l’Espagne et le Portugal font bien mieux, puisqu’ils pourront tenir respectivement jusqu’au 10 et 15 juin.

jour dépassement France

© yalayama

France : une empreinte écologique sur la mauvaise pente

La France, qui rappelons-le au passage, prétend au leadership en matière de lutte contre le changement climatique, entre donc en déficit écologique 3 mois avant le Jour du dépassement planétaire qui se situera début août. Elle contribue donc ainsi à faire chuter la moyenne mondiale et faire que cette échéance (aussi appelée global overshoot day) intervient chaque année toujours plus tôt à l’échelle mondiale.

Or, l’empreinte écologique de la France a même augmenté de 5 % depuis 2015.

En 1961, le jour du dépassement français tombait le 30 septembre… Ce qui fait que depuis cette date, la France a accumulé une dette écologique de 33 ans…

En France, l’empreinte carbone représente 56 % de l’empreinte écologique du pays, suivie par celles des culture (20 %), des « produits forestiers » (11 %), du pâturage (5 %), des « espaces bâtis » et « zones de pêche » (4 % à eux deux).

Les solutions ?

  • abandonner l’agriculture conventionnelle
  • manger moins de viande
  • favoriser les transports verts
  • arrêter de consommer tout et n’importe quoi
  • mettre fin à la déforestation
  • se tourner massivement vers les énergies renouvelables
  • protéger la biodiversité et restaurer les espaces naturels
  • stopper l’extension urbaine et la fragmentation des espaces ouverts par les infrastructures de transport
  • abandonner les grands projet inutiles et imposés…

En gros : prendre la question au sérieux et mettre en place une stratégie de désendettement écologique en impliquant citoyens et pouvoirs publics, car « chacun sait qu’une entreprise qui dépense chaque année plus qu’elle ne gagne va au-devant de graves problèmes ».

Illustration bannière : Femme dessinant la Terre – © ra2studio
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. Et oui les donneurs de leçon feraient bien de balayer devant leur porte

Moi aussi je donne mon avis