Espagne : Marinaleda, un village 100 % en autogestion

Au coeur de l’Andalousie, le village de Marinaleda fait figure d’exemple pour sa gestion et son administration basées sur l’économie sociale et solidaire.

Espagne : Marinaleda, un village 100% en autogestion

Ce village, fondé à l’issue de la dictature franquiste, n’a jamais cessé d’oeuvrer pour le bien-être de ses habitants. Visite au coeur d’un paradis terrestre en autogestion, où il fait bon vivre.

Autogestion : Marinaleda, un bout de terre Andalou qui ne connaît pas la crise

Marinaleda est une commune de la province de Séville située dans la comarque de Sierra sud de Séville, dans le bassin de Genil, en Andalousie. Sur une superficie de 24,8 km2 vit une population de 2778 habitants.

Son économie repose essentiellement sur l’agriculture. Elle est connue pour son expérience sociale fondée sur une idéologie de gauche.

carte Marinaleda

Expérience dirigée par Juan Manuel Sánchez Gordillo, maire de la commune depuis 1979, la lutte ouvrière et paysanne organisée a permis d’atteindre un haut niveau de développement et quasiment le plein emploi pour tous les habitants.

Le développement d’un modèle économique alternatif au capitalisme a donné des résultats remarquables, y compris depuis le début de la crise en 2008.

Marinaleda : une démocratie participative pour de vrais pouvoirs

Depuis la fin de l’ère franquiste, Marinaleda fonctionne en démocratie directe. En effet, en 1979 les villageois décident de s’attaquer à la mairie. Estimant que le pouvoir politique ne les représente pas et ne répond pas à leurs attentes, ils décident de se présenter aux premières élections municipales libres depuis la fin de la dictature.

Ils créent alors le Collectif Unitaire des Travailleurs (CUT), encore au pouvoir 35 ans après. Ainsi, Juan Manuel Sánchez Gordillo, maire de Marinaleda depuis plus de 30 ans, instaure une démocratie participative.

Maire Marinaleda

Juan Manuel Sánchez Gordillo, maire de Marinaleda

L’ensemble des décisions concernant le village, la politique, les budgets, les impôts, la coopérative etc. sont discutées et votées lors d’assemblées générales, auxquelles tous les villageois peuvent participer.

Le Maire estime que l’accord des habitants doit au minimum avoisiner les 80 % pour être représentatif du sentiment de la population. A noter que ce dernier et les autres élus de la ville ne reçoivent aucune rémunération au titre de leur charge.

A noter qu’il n’y a pas de police à Marinaleda car il n’y a pas de délinquance.

Marinelada : se construire un havre de paix est à portée de tous

Lors des assemblées participatives, les villageois ont adopté la proposition des maisons auto- construites. Cela afin de lutter contre les problèmes de logement et contre la spéculation immobilière.

Maisons Marinaleda

Maisons auto-construites à Marinaleda

Ainsi, la Junta de Andalucía finance le matériel, la mairie fournit le terrain et l’architecte, et les futurs propriétaires travaillent sur la construction ou embauchent eux-mêmes un professionnel pour le faire.

Une fois la maison construite, les occupants s’acquittent de 15 euros par mois pour rembourser l’investissement de l’Andalousie et du village. A noter que toute personne ayant vécu au minimum un an dans le village peut demander à la mairie une maison auto-construite.

Page suivante : Marinaleda : vivre d’une terre qui appartient à ses travailleurs