Ile de France : 41.000 foyers seront bientôt électrisés… grâce aux déchets !

Ile de France : 41.000 foyers seront bientôt électrisés... grâce aux déchets !

La commune du Plessis-Gassot (95) vient d’inaugurer une centrale qui fournira l’équivalent de la consommation de 41 200 foyers à partir du méthane produit par la fermentation de déchets non recyclables. Une première dans le paysage français. Plein phare sur une initiative originale.

Electr’od, une centrale qui produit du biogaz à partir de détritus

Centrale biogaz Electr'odSituée à côté d’un site de stockage de déchets de la commune de Plessis-Gassot, une centrale produisant du biogaz à partir de détritus a été inaugurée en juin 2014.

Son nom ? Electr’od.

Le procédé est simple : il consiste à laisser fermenter les déchets non recyclables en l’absence d’oxygène, pour en extraire le méthane.

Ce dernier, qui entre dans la composition du biogaz, est ensuite transformé en électricité grâce à un processus de méthanisation.

Electr’od : une capacité de 130 000 MWh par an

Electr'odLa centrale Electr’od sera la plus grande centrale du genre en France. Elle aura une capacité de production de 130 000 MWh par an.

A titre de comparaison, cela correspond à la production électrique annuelle de 40 éoliennes.

Mais elle représente également l’équivalent de la consommation de 41 200 foyers. Une production qui sera vendue à ERDF avant d’être injectée dans le réseau électrique national.

Electr’od : chauffer une ville grâce à la valorisation du biogaz

Electr'od 2Electr’od fonctionne en cogénération, et produit simultanément 30 000 MWH/an d’énergie thermique, soit l’équivalent de la consommation de 2 850 foyers environ.

Cette énergie thermique alimente un nouveau réseau de chauffage et eau chaude sanitaire de la commune de Plessis-Gassot : foyers et établissements collectifs (Mairie, salle des fêtes, église, bâtiment communal).

 

Plessis-Gassot : la ville ne compte que… 69 habitants !

Plessis-GassotLa chaleur produite par la centrale permettra d’alimenter le réseau de chauffage et d’eau chaude de la commune.

Veolia souligne que « c’est la première fois en France qu’une ville est chauffée grâce à la valorisation du biogaz ».

Mais l’information est à relativiser puisque la ville de Plessis-Gassot ne compte que 69 habitants.

La facture de chauffage des habitants de Plessis-Gassot raccordés au réseau alimenté par Electr’od diminuera de 92 % pour un chauffage électrique et de 91 % pour un chauffage au fioul.