Ecomobilité. Electrique, pliant, trottinette : passez au vélo !

Ecomobilité. Electrique, pliant, trottinette : passez au vélo !
Vous aimez ? Partagez :

Bouchons, garage, essence… Difficile aujourd’hui de se déplacer en voiture et pour cause : le prix à la pompe ne cesse de grimper, les notes du garagistes sont salées, et les villes sont envahies de ces véhicules motorisés, construits pour aller vite mais souvent coincés dans des ralentissements.

Une solution pour éviter cela : passer au vélo et devenir un adepte de l’écomobilité.

Le vélos : l’alliance du sport, du plaisir et de la protection de l’environnement

Nous avons tous en tête le souvenir d’une balade à vélo, une balade en famille, des premières mètres sur deux roues… Le vélo est souvent synonyme de plaisir mais il est également un atout santé et environnemental !

La nécessité de l’écomobilité

Les transports polluent et le monde croule sous les voitures. Ces dernières émettent des gaz à effet de serre, provoquent l’énervement des conducteurs pressés, et surtout coûtent chers en termes d’entretien, d’achat et d’utilisation.

L’écomobilité est aujourd’hui un terme un peu générique qui regroupe toutes les bonnes pratiques, les pratiques « écofriendly » en termes de déplacements.

On parle ainsi d’écomobilité quand on évoque le covoiturage, les voitures électriques peu polluantes, les combustibles verts…

Mais l’écomobilité, c’est aussi entrer dans une démarche de déplacements plus propres et cela peut passer par le vélo.

Le CO2 émis par les voitures, qui sont nombreuses dans notre monde, contribue au réchauffement climatique et cela d’autant plus que la surface occupée par les forêts qui absorbent une partie de ce CO2 diminue chaque jour, et notamment à cause de l’Homme.

Sans faire d’effort, la population contribue chaque jour au déclin de la planète sur laquelle elle vit mais une prise de conscience semble aujourd’hui s’opérer, si on en croit le regain d’intérêt pour les systèmes d’autopartage, de véhicules propres et électriques. De plus, les travailleurs commencent à comprendre que coincés dans les embouteillages chaque matin, il n’est finalement pas plus rapide de prendre la voiture pour se rendre au travaille chaque jour !

Prendre son vélo, c’est se déplacer et être mobile sans polluer : c’est bien de l’écomobilité !

Pourquoi les vélos pliants et électriques sont-ils si chers ?

Il est certain qu’à l’achat, un vélo classique, un vélo pliant ou un vélo électrique (ou à assistance électrique) nécessite un investissement qui peut sembler important.

Pour autant, il est important de prendre du recul face au prix d’achat de ces deux roues, et de faire le calcul du coût d’une voiture, entretien, achat et essence compris.

De plus, pour s’adresser à un public important, chaque vélo est étudié pour convenir à tous, sportifs ou non.

Ainsi, pour les vélos de ville moderne, l’aluminium est souvent un matériau largement employé et cela dans le but d’alléger le produit et en assurer sa rigidité.

De plus, technologiquement, les vélos sont aujourd’hui hyper travaillés et très pratiques. Le vélo pliant, que vous pouvez emmener avec vous au travail, dans les transports en commun allie aujourd’hui esthétisme et praticité.

Le Dahon My Uno par exemple ne dispose pas de vitesse et pour cause : la transmission est directe. De plus, le frein est à tambour pour un vélo maniable à souhait. Les matériaux utilisés comme l’aluminium en fait un objet léger à emporter partout.

Ces produits semblent donc chers à l’achat mais conviennent parfaitement aux personnes vivant en milieu urbain par exemple, qui pourront se passer de la voiture en utilisant ce genre de produits ! D’ailleurs, ces vélos sont garantis, une sécurité supplémentaire concernant votre investissement !

 

 

 

*

La suite p.2> Altermove : bougez durable (Interview)

Réagissez :
Donnez votre avis
Envoyer cet article par e-mail


9 commentaires Donnez votre avis
  1. Oui, une bonne idée de passer à l’electrique.
    le vélo clasique pour ma part était exclu au vue des cotes à grimper.
    Le vélo electrique jusque là un peu cher tout de même.
    j’ai choisi la trottinette electrique et ne le regrette pas!

  2. Bonjour!Oui c’est vraiment plus sympa de rouler avec les vélos électriques,ce n’est pas fatiguant de rouler en ville.Je viens d’en acheter un .J’espère que je ne regrette pas de remplacer mon ancien vélo par ce vélo électrique.

  3. bonjour,

    voila cela fait deux ans que je vais travailler en vélo assistance électrique. je mets 30 mn par trajet, et par tous les temps.
    mais mon vélo commence à donner des signes de fatigue malheureusement pour moi je ne peux me permettre de racheter un vélo de meilleur qualité.
    don je vais reprendre surement les transports en commun avec ses inconvénients. dommage !!!!!!

  4. Toujours des solutions géniales mais de fait réservées aux urbains. Comment utiliser un vélo quand on est à 3km d’un bourg par une départementale sans piste cyclable et fréquentée par des camions et des engins agricoles monstrueux..?Et rien de prévu pour les vélos dans le bourg en question.

  5. Article très inétéressant. Il y a de plus en plus de personnes qui préferent se déplacer en ville en trottinettes et vélos électriques. La législation est malheureusement encore assez floue concernant les trottinettes électriques.
    La société my-ecomobile est dans ce créneau et propose des trottinettes électriques et vélos pliants électriques adaptés à ce nouveau type de comportement.

  6. Bonsoir, c’est une solution alternative, certes. Mais le lithium, nickel et autres métaux contenus dans les batteries ne sont pas disponibles à vie…

  7. Il est dommage que de nombreuses villes n’offrent pas plus de place aux deux roues. Par conséquent, il est dangereux de rouler en ville…
    Vivement que les villes offrent de véritables routes aux deux roues pour les promouvoir.

    • Tout à fait
      Pour avoir été de temps en temps à Breda au Pays Bas il y a quelques années, je confirme que nos routes sont dangeureuses pour les vélo.
      En hollande, il y a la route, le trottoir et entre les 2, une piste cyclable qui parcours de très longues distance. Pour avoir marché dessus dans réfléchir, je me suis fais engueuller une sacré paire de fois par ces bataves ^^

  8. Un article très complet.

    Concernant les coûts à l’usage, les comptes sont vite fait avec la voiture : Environ 450€ de carburant annuels pour cette dernière (pour 20km quotidiens) contre 5€ pour le vélo électrique ! Sans compter tous les frais annexes.

    Le prix reste élevé à l’achat mais il peut vite être rentabilisé.

    D’autant qu’il existe pas mal de subventions (Paris, Lyon, Nice, Nantes, Tours…) allant de 150 à 400€.

Moi aussi je donne mon avis