Le “fait maison”, bien plus qu’une simple résistance à la crise

Le "fait maison", bien plus qu'une simple résistance à la crise

La Nouvelle consommation et la nouvelle économie recouvrent bien des facettes, comme par exemple le tropisme pour le local et le partage de biens et de service dans les territoires locaux ou régionaux. Une autre grande tendance qui se dessine, notamment depuis l’accentuation de la crise économique, est celle du DIY (do it yourself), le “fait maison” ou “fait main” en français. Un phénomène, proche du Système D, qui remet à l’honneur des matériaux ou des savoir faire traditionnels tout en étant très inventif.

Le Fait Maison, c’est quoi exactement ?

Le FAIT MAISON, ou réalisé soi-même, fait à la main, est un concept qui découle de la  Nouvelle consommation  et au coeur de l’économie circulaire et de l’upcycling.

  • Le fait maison concerne tout autant l’univers du bricolage et de la décoration, que de la cuisine, que des produits de beauté ou des loisirs créatifs.

Les avantages du fait maison

Le fait maison ou la joie du DIY se retrouvent dans le sentiment de satisfaction à réaliser par soi-même mais aussi dans celui de réaliser des économies de budget, le fait maison étant souvent plus économique que son équivalent commercial.

Celui qui choisit le fait maison le fait pour le plaisir, pour privilégier le Made In France, pour faire des économies, voire en faire une source de revenus, de disposer d’une pièce unique, etc.

La customisation, précurseur du Fait Maison ?

La customisation, précurseur du Fait Maison ?

Le Do It Yourself a la cote. Fini le temps des pelotes de laine jugées ringardes ! On assiste à une évolution des habitudes et comportements en matière de fait main.

Les Français, femmes comme hommes, toutes régions et catégories socio-professionnelles confondues, créent pour le plaisir de faire soi même, de posséder une pièce unique, ce qui explique aussi le succès de la customisation.

Mais ils créent aussi pour des raisons économiques (payer moins cher, source de revenus ou système D …) car le DIY c’est aussi un remède anti crise ! Ce côté pratique se manifeste dans des actions permettant d’économiser de l’argent dans le but explicite d’éviter quelques maillons de la chaine de commerciale habituelle.

Les Français et le fait maison

2 français sur 3 pratiquent le Do It Yourself et sont de plus en plus adeptes du système D comme le confirment les résultats du sondage sur la « La 2ème vie créative des Français » (1) Le phénomène dépasse donc largement le cerce des créatifs culturels.

bonhomme-croissanceQuelques chiffres sur le DIY (1)l

  • 34 % des français sont des créateurs occasionnels ;
  • 43 % des créateurs de w-e.

75 % des françaises pratiquent le Do It Yourself et ce pour diverses raisons :
-  gagner en confiance en soi (26 %),
- partager/transmettre leur savoir-faire (17 %)
-  redevenir actrices de leur vie (14 %)…(2)

Les motivations :

  • Souci de payer moins cher pour 60 % des pratiquants
  • Créer/ se démarquer : 39 %
  • Détournement d’un objet : 18 %
  • Privilégier le made in France : 16 %
  • Plaisir de créer plutôt que d’acheter neuf : 68 % des amateurs de la pratique
  • Bricolage/réparation (66 %)
  • Une source potentielle de revenus par la revente de certains de ces produits.

Pour certaines de ces créations, notamment dans le textile, les bijoux ou la cuisine, les relativement récents status professionnels tels l’auto entrepreneuriat ont enthousiasmé des créateurs particuliers : ils ont pu ainsi commerce de leurs confections, avec plus ou moins de succès. Des sites comme origine-solidaire ont également mis à l’honneur les créations individuelles … qui parfois finissent sur les sites de don ou de troc !