Déchets dangereux. Piles et accumulateurs

Rejetés sans précaution, les piles et accumulateurs peuvent libérer dans l’environnement de nombreux composés dangereux : acide, plomb, aluminium, lithium, mercure … Et pourtant, s’ils sont collectés puis traités convenablement, leurs composants sont en grande partie récupérés et valorisés, limitant ainsi notre prélèvement sur les ressources naturelles.
Developpement durable article

Piles et accumulateurs : quelles différences ?

Les piles et les accumulateurs sont utilisés comme source d’énergie dans beaucoup d’appareils. On distingue ainsi :

  • Les piles électriques (pile bâton et pile bouton), qui, contrairement aux batteries et accumulateurs, est à usage unique et ne peut être rechargée. Non rechargeables, on les trouve le plus souvent dans les petits appareils (télécommande, réveil, montre, etc.).
  • Les accumulateurs (ou accus) qui, eux, sont rechargeables (500 à 2000 fois). Vendus avec ou sans chargeur, certains, que l’on appelle plus communément piles rechargeables, peuvent remplacer les piles bâton (accumulateurs Ni-Mh ou Ni-Cd) .Les accumulateurs portables (<1kg) sont ainsi utilisés dans des produits d’usage courant (calculatrices, téléphones portables, lecteurs MP3…) alors que les accumulateur non portables (>1 kg) sont à destination des véhicules principalement.

Et les “batteries” ?

Dans le langage courant, les mots accumulateur et batterie sont souvent confondus. On parle ainsi souvent de batterie pour l’accumulateur incorporé dans son téléphone portable, appareil photo numérique, etc. Or une batterie désigne un assemblage de piles ou d’accumulateurs, couplés pour obtenir un voltage supérieur ou une plus grande réserve d’énergie.

Piles et accumulateurs. Lesquels sont des déchets dangereux ?

Depuis le 1er janvier 2001, la collecte des piles et accumulateurs est obligatoire, quel que soit leur type, même si tous ne sont pas classés comme déchets dangereux. Sont considérés comme déchets dangereux :

  • les accumulateurs au plomb (surtout utilisés comme batteries de démarrage des voitures),
  • les accumulateurs Nickel – cadmium (Ni-Cd), (de plus en plus remplacés les accumulateurs Ni-Mh),
  • les piles contenant du mercure (piles bouton)
  • les électrolytes de piles et accumulateurs usagés.

En revanche, les piles salines et alcalines usagées ne sont pas considérées comme des déchets dangereux.

Developpement durable articleNe jeter jamais vos piles, batteries ou  accumulateurs usagés dans votre poubelle habituelle. Les vendeurs et distributeurs doivent accepter de les reprendre. La collecte est principalement gérée par l’organisme Screlec, par le biais de conteneurs Batribox installés dans plus de 10 000 points de collecte en France, essentiellement dans la grande distribution, les magasins spécialisés (Agences France Télécom, Bouygues Télécom…), les magasins de bricolage et les collectivités locales.

Developpement durable article
Éviter le stockage de piles à domicile ! Près de 3 kg de piles et accumulateurs sont stockés par chaque ménage français, d’où le fait que seulement 30 % des piles usagées soit collectés.

Si stocker les piles chez soi n’est pas dangereux, cette pratique est néanmoins contre-productive puisque la collecte des piles et des accus permet de recycler 50 % à 70 % du poids de ces déchets.

  • Pour ne pas “oublier” vos piles au quatre coins de votre habitat, vous pouvez vous équiper d’une Mini Batribox qui permet aux particuliers de disposer d’un collecteur de piles et de batteries usagées directement à leur domicile ou au travail. Une fois remplie, il suffit de la vider dans l’un des bacs Batribox.

Developpement durable article

Pour les appareils dont la batterie est intégrée (aspirateur mural, petits appareils électroménagers, rasoirs…) :  soit l’appareil est démonté pour jeter séparément la batterie dans une Batribox et le reste de l’objet dans un bac spécifique DEEE (Déchet des Equipements Electriques et Electroniques), soit l’appareil est déposé avec sa batterie dans les bacs DEEE.

Developpement durable article

Pour réduire le volume de déchets, utilisez plutôt des accumulateurs (piles rechargeables) pour tous les usages intensifs à chargement fréquent (baladeurs, consoles…). Investissez plutôt dans des piles NiMH et non dans des NiCd.

Si les premières sont plus chères, elles sont plus performantes (pas d’effet mémoire) et ne contiennent pas de métaux lourds. L’achat de piles rechargeables NiMH et d’un chargeur représente une dépense importante à l’achat, mais celui-ci sera vite amorti. (voir notre duel Piles alcalines jetables vs Piles rechargeables ).
Developpement durable article

Autre solution : le chargeur de piles Batboostor qui recharge des piles… non rechargeables !

Developpement durable article
Le mieux reste d’éviter les appareils fonctionnant exclusivement sur piles : préférez ceux utilisant d’autres sources d’énergie non polluantes : énergie solaire (calculatrice, radio, MP3…) ou à dynamo (lampe torche, rasoir, radio, …). par exemple.

*

En savoir plus sur les piles et accumulateurs :

Déchets dangereux : sommaire