Bébé

Duel écologique : Couches Lavables vs Couches Jetables

Entre des couches lavables nouvelle génération et des couches jetables toujours plus pratiques, la bataille sera sans merci…

Couches Jetables

Les pour : pratiques d’utilisation, épousent les formes anatomiques, peu volumineuses, peau maintenue au sec
Les contre : lotions allergisantes (parfum, conservateurs…), produits et composants polluants (matières plastiques, cellulose), fabrication et déchets nocifs pour l’environnement

La couche lavable condamne-t-elle la couche jetable ? La couche est une invention du XXe siècle qui a facilité la vie de nombreuses mamans : rapides et simples d’utilisation, sans besoin de lavage ou autre séchage… Mais les couches industrielles coûtent cher à l’environnement et au portefeuille. Comparons couche lavable et couche jetable classique.

L’impact écologiques des couches :

  • Couches jetables : 4300 m² d’eau virtuelle
  • Couches lavables lavées à la maison : 2300 m²
  • Couches lavables lavées par un service de nettoyage : 1600 m²

La couche lavable va-t-elle éliminer la couche jetable ?

La composition d’une couche est rarement détaillée sur le produit. Une couche jetable est le plus souvent composée d’une feuille qui sera au contact de la peau.  S’ajoute un noyau de cellulose, plein de gel absorbant (polyacrylate de sodium). Sa couche externe est imperméable et faite de polyéthylène ou polypropylène.

Ces nombreux produits chimiques confèrent à la couche jetable un impact environnemental des plus importants du fait de s fabrication, de son utilisation ainsi que de son traitement en tant que déchet :

  • 120 m3 d’eau sont nécessaires à la fabrication d’une couche jetable, notamment en raison de la cellulose, non recyclable, dont la fabrication consomme énormément d’eau et de bois.
  • Jusqu’à ses 2 ½ ans un enfant utilise en moyenne plus de 6000 couches jetables, soit l”équivalent de 67 kg de pétrole brut.
  • Les couches jetables représentent ainsi en moyenne 40 % des déchets ménagers d’un foyer ayant un enfant entre 0 et 2 ans.
  • L’utilisation de couches jetables génère, par enfant, 1 tonne de déchets dégradables en 200 à 500 ans, sans parler des odeurs et bactéries dues au stockage des couches sales avec les selles.

Au total, les couches jetables que vous allez acheter pour 1 enfant représentent à près de 1500 euros.

Au niveau du confort, même si les couches jetables préservent la peau de l’humidité et sont testées dermatologiquement, il est possible que votre enfant ait des réactions allergiques (érythème fessier) dues aux lotions incorporées.

Des études ont également montré que le blanchiment au chlore des couches jetables générait des produits toxiques comme la dioxine. D’autres mettent en avant  la présence de TBT ou de composés organiques volatils nocifs.

Des constats alarmants qui n’ont pas empêché les fabricants de couches jetables à mettre sur le marché des couches certes toujours plus “performantes” mais utilisant toujours plus de produits chimiques…

 

Couches Lavables

Les pour : économiques et plus écologiques (absence de cellulose, colorants, etc.), réutilisables, matières textiles douces et hypoallergéniques.
Les contre : des lessives écologiques non adaptées, nécessitent plus de temps et d’organisation, souvent plus volumineuses

 

Les couches lavables peuvent avoir un côté rétrograde. Et pourtant elles sont devenues par leur modernisation de véritables concurrentes à leurs acolytes jetables.En effet les couches lavables nouvelles génération sont  formées comme les jetables et  fermées grâce à des pressions ou des velcros.Les principales matières utilisées pour la  fabrication des couches lavables sont naturelles : coton,  bambou, chanvre. Elles préservent la peau de réaction allergique, les vapeurs d’ammoniaque contenues dans l’urine pouvant s’échapper plus facilement à travers les fibres de coton.Il existe 3 systèmes de couches lavables classiques (Tout en un avec poche, Tout en un intégrale, Tout en deux) , ainsi que des choix de taille différents (unitaille ou multitaille) (en savoir plus).

Les avantages ds couches se situent tant au niveau écologique qu’économique :

  • Les couches lavables ne contiennent  pas les produits chimiques habituellement présents dans les couches jetables (polyacrylate de sodium, polypropylène),
  • Seules 20 à 40 couches lavables seront nécessaires jusqu’à ce que l’enfant soit propre,
  • Les couches lavables consomment 2 fois moins d’eau (83 m3 pour le lavage) qu’une couche jetable,
  • L’utilisation de couches lavables génère “seulement” 150 kg de déchets biodégradables en quelques mois,
  • L’achat de couches lavables est vite amorti et une durée de vie comprise entre deux et trois ans (réutilisables pour un 2è enfant).

Pour une meilleure garantie sanitaire et écologique, vous pouvez également opter pour des couches lavables bio (ex. coton bio) ou certifiées Oko-Test.

Bien entendu, elles ont aussi leurs inconvénients tels que leur volume (qui diffère selon les modèles et matières utilisées), la nécessité de choisir une lessive adaptée, ou encore le stockage des couches souillées…

Certaines lessives considérées comme écolo ne conviennent pas à leur lavage :  les noix de lavage, ou encore le savon de Marseille sont déconseillés par certains fabricants.

 

 

 

Le verdict consoGlobe

Couches Jetables : 5 / 10
Couches Lavables : 7 / 10

Les couches lavables, selon le modèle…

Notre préférence va donc aux couches lavables, à condition de choisir une lessive respectueuse de l’environnement.

Si
l’ investissement est plus important au début, les couches lavables
sont bien plus économiques que les couches jetables. Comptez de 300 à1500 € d’économies pour 1 enfant sur 2 ans et demi (achat + entretien), et entre 550 à 2200 € d’économies pour la naissance d’un 2ème enfant, qui réutilise le stock de couches lavables e son aîné (en savoir plus)

Selon la matière, les couches lavables vont différer par leur volume, leur tenue,  leur entretien, leur capacité d’absorption mais surtout par leur impact environnemental.

  • Préférez le coton biologique ou le chanvre  : sa culture est sans pesticide et utilise très peu d’eau ; ses fibres de base sont les plus résistantes d’où une durée de vie incomparable et un excellent pouvoir d’absorption de l’humidité.
  • Quant aux culottes de protection classiques, elles sont malheureusement composées de nylon ou de polyester, enduit le plus souvent avec du polyuréthane. Il existe cependant des culottes de protection en laine vierge, plus naturelles et qui laissent la peau totalement respirer.

Il faut également reconnaître que les couches lavables nécessitent un peu  plus de temps libre et d’organisation que les jetables pour leur stockage, leur lavage puis leur séchage.
De plus, il convient de trouver la bonne taille, le bon modèle, parmi les nombreuses couches lavables actuellement sur le marché.

Ces contraintes ont cependant  leurs solutions avec par exemple des modèles qui s’adaptent à la taille du bébé, ainsi que des accessoires qui les rendent plus performantes (doublure, papier de protection biodégradable, tissu en polaire) et maintiennent la peau de l’enfant au sec.

Mais elles peuvent aussi en rebuter certains qui préfèreront toujours la facilité des couches jetables malgré leur impact environnemental et économique. Dans ce cas, il peuvent adopter des couches dîtes biologiques  : elles sont fabriquées avec plus de 50 % de matières premières renouvelables d’origine contrôlée et sont meilleures pour l’environnement que les couches classiques.

Au sujet des couches lavables