Congo. Plus d’un milliard d’euros pour agrandir la forêt

Congo. Plus d'un milliard d'euros pour agrandir la forêt

On connait aujourd’hui les multiples bénéfices des forêts sur l’environnement.

Et alors que la déforestation est aujourd’hui de plus en plus montrée du doigt, Henri Djombo, ministre de l’économie forestière, vient d’annoncer que le Congo consacrera plus d’un milliard d’euros au reboisement du bassin du Congo

Les forêts, des écrins verts à préserver

En plus d’abriter des écosystèmes fragiles et des espèces animales et végétales spécifiques, les forêts du monde contribuent à limiter le réchauffement climatique en absorbant une partie du CO2 émis dans l’atmosphère et en produisant le dioxygène grâce au processus de photosynthèse.

Dans le monde, de grandes forêts sont ainsi appelées des “poumons verts” du fait de la grande quantité de dioxygène qu’elles produisent, dioxygène nécessaire à la vie, à notre respiration.

Sans ces poumons verts, une partie du CO2 n’est plus absorbé, l’air n’est plus épuré, l’oxygène est rare et l’Homme et les animaux ne respirent plus.

Pourtant, même si l’on sait la nécessité absolue des forêts pour notre survie, ces dernières ont tendance à disparaitre, victimes de l’urbanisation ou encore de l’activité des hommes.

2011 : Année international des forêts

Vous le savez, l’Organisation des Nations Unies a décidé de proclamer 2011 comme Année internationale des forêts.

Cette décision a été prise dans le but de promouvoir davantage la gestion durable, la préservation et le développement des forêts et cela alors que 350km² de couverture forestières sont détruits chaque jour, et cela notamment à cause de la conversion de ces espaces en terres agricoles ou encore de l’activité de l’homme.

L’année 2011 devrait porter l’attention du monde sur la nécessité de freiner la diminution conséquente des espaces forestiers, tout en éduquant les différents acteurs concernés quant aux mesures pouvant être prises pour promouvoir les forêts et ce qu’elles nous apportent.

*

La suite p.2> Congo : beaucoup d’argent pour replanter