Casse-toi, pauvre thon !

Devenu l’icône des espèces de poissons en voie de disparition ces derniers mois, le thon rouge fait à nouveau parler de lui avec une campagne de pêche qui a débuté ce samedi 15 mai, au grand dam des organisations écologistes dont les dernières actions ne sont pas passées inaperçues. La bataille s’annonce rude…
Developpement durable article

Festival de Cannes : tapis rouge pour le thon…

Le Festival de Cannes… un événement marqué par ses films, ses soirées à rallonge, sa pléiade de stars se trémoussant, sourires ultra-bright, sur le fameux tapis rouge devant des photographes serrés comme des sardines… auxquels il faudra cette année y ajouter des thons rouges.

Ce samedi 15 mai a en effet vu la mise en scène d’un cimetière de thons rouges par Greenpeace sur une plage de la Croisette pour sensibiliser les festivaliers et rappeler que 2010 est la dernière année où ,selon l’ONG, l’espèce peut encore être sauvée.

Developpement durable article
La banderole  « Bluefin Tuna : the
end ?
» (Thon rouge : la fin ?) et les pancartes reproduisant des queues de thons plantées dans le sable suffiront-elles à décrocher la Palme d’or ?
Rien n’est moins sûr mais toujours est-il que l’ONG en a également profité pour décerner  le « prix du pire scénario » à la CITES qui ne s’est pas prononcée
pour l’interdiction du commerce international de cette espèce en mars dernier à Doha.

Et Greenpeace
ainsi que d’autres ONG telles que Sea Shepherd, organisation internationale pour la conservation des ressources maritimes, ne comptent pas en rester là avec d’autres actions de protestation prévues durant tout le mois de pêche (15 mai-15 juin), dans ce qu’ils appellent leur “dernière bataille pour le thon rouge“…

Developpement durable article

Un mois de pêche sous haute tension

En France, Greenpeace demande un moratoire sur la pêche au thon rouge et de fermer provisoirement cette dernière
pour reconstituer les stocks qui ont diminué de 80 % au cours des 20 dernières années.

  • Il faut savoir que pour cette année les quotas de prise sont de 13 500 tonnes contre 22 000 t en 2009 au niveau mondial, et, pour la France,  de 2000 t contre 3017 t en 2009.
  • 17 thoniers-senneurs français partiront ainsi en mer, contre 28 en 2009 et 36 en 2008.

Du côté des pêcheurs, l’inquiétude et l’amertume sont de mise, ces derniers se plaignant de trop grandes restrictions mais surtout d’une concurrence déloyale venant d’autres pays méditerranéens qui continue de pêcher sans contrôle, limitation ou quota. Le climat est donc plus que tendu…

Poissons : tous dans la même galère ?

Le Thon rouge pourrait ne pas être le seul à disparaître de nos assiettes et des océans. Dans un rapport sur l’économie verte bientôt rendu public par le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), des experts de l’ONU estiment que toutes les espèces de poissons pourraient avoir disparu des océans d’ici à 2050.

Heureusement rien n’est rédhibitoire… si l’industrie de la pêche accepte de modifier son fonctionnement en profondeur, avec entre autres :

  • une révision des subventions aux flottes de pêche jugées trop importantes,
  • la mise en place de zones protégées permettant aux poissons femelles
    d’atteindre la taille adulte, augmentant ainsi leur
    fertilité.

Entre des élevages pour la production de viande ultra-polluants et des poissons qui s’en vont en masse au paradis, on va finir par se mettre à manger les asticots…

*

Rédigé par Pauline

A lire également :