Carton rouge au Canada qui sort de Kyoto

Carton rouge au Canada qui sort de Kyoto

Le Canada est un grand pays (dans tous les sens du terme) et cette semaine il mérite un grand carton rouge du fait de son retrait du protocole de Kyoto et de l’attitude générale de son gouvernement conservateur sur la préservation de l’environnement.

Le Canada va-t-il dilapider son unique  patrimoine naturel ?

Réserves d’eau colossales et précieuses, forêts à perte de vue, réserves naturelles de biodiversité, faune polaire, … le Canada n’en finit pas de découvrir sa chance de disposer d’une nature exceptionnelle. Avec la perspective de 9 milliards d’habitants et la raréfaction des ressources, dans un contexte de pénurie d’eau ou de surfaces agricoles prévisible, le Canada est un peu le dépositaire d’une nature préservée ... pour toute l’humanité. (Comme la Russie me direz vous, ce qui explique pourquoi  elle a déclaré officiellement “comprendre la décision du Canada).

sables bitumineux canadaOn savait la désinvolture d’une certaine industrie canadienne envers ses ressources naturelles : forages pétroliers, exploitation des sables bitumineux, … maintenant c’est de politique anti gaz à effet de serre qu’il s’agit. En effet Peter Kent a désengagé son pays des obligations qui découlaient du protocole de Kyoto pour lutter contre le CO2.

Il faut dire que le Canada a beau jeu de critiquer l’absurde et complexe dispositif de pénalités prévu pour les  nations qui ne respectent pas leurs engagements : il peut coûter des milliards. Et comme le Canada est dans ce cas, il préfère se retirer plutôt que faire des efforts de maîtrise de ces émissions. Entre 1990 et 2004, le Canada a accru ses émissions de GES de 22 %.

carton rouge canadaComment demander à des pays plus pauvres, financièrement et pauvres en ressources naturelles, de faire des efforts si le Canada, enfant gâté de mère Nature, donne un si mauvais exemple ?

C’est le carton rouge de la semaine. Mérité non ?

 

PS : si vous voulez voir une petite vidéo amusante faite par des Japonais sur le sujet :

*

Je réagis