Calculer les émissions de CO2 de ses vols : le test

Rédigé par Consoglobe, le 3 fév 2010, à 10 h 59 min

L’aviation civile représente près de 3 % des émissions de CO2 mondiales. Montrées ainsi du doigt, les compagnies de la Federation nationale de l’aviation marchande (FNAM) (Air France, Airlinair, Britair, Transavia, etc.) proposent sur son site www.observatair.fr 2 calculateurs d’émissions de CO2  à destination des particuliers : un pour leurs vols effectués uniquement avec la flotte d’Air France KLM et un second toutes compagnies confondues, réalisé par de la Direction générale
de l’aviation civile (DGAC).

Test et verdict…

Calculateurs d’émissions de CO2 : vraiment fiables ?

Testant les 2 calculateurs, consoGlobe a calculé les émissions de CO2 d’un même vol aller-retour effectué au départ de l’aéroport Paris Charles de Gaulle et à destination d’Amsterdam (aéroport Schipol). Les résultats annoncés sont concordants… enfin presque  :

  • le calculateur de CO2 d’Air France annonce ainsi des émissions de “144 kg de CO2” par passager pour un voyage aller-retour long de 894 km, soit “161.1 g de CO2 / passager.km et une consommation de 6.4 L de carburant / passager.100 km “.

Developpement durable article

  • le calculateur de la DGAC annonce lui des émissions de l’ordre de 138 kg de CO2, en précisant qu’il s’agit d’une estimation de +/- 10 %, et 6,8L de carburant consommés par passager tous les 100 km.

Developpement durable article
Jusque-là rien d’illogique, les faibles écarts d’émissions annoncés pouvant être dus à quelques différences en termes de méthodologie de calcul ou de type d’avions notamment. Seul problème : la distance de vol. En effet le calculateur de la DGAC annonce un vol aller-retour long de 794 km, soit 100 km de moins qu’Air France

La compagnie franco-hollandaise ferait-elle des petits détours pour polluer plus ? Difficile à croire, mais comment expliquer cet écart de kilométrage ?

Méthodologies : un manque d’explication

Le site d’Air France explique ainsi avoir utilisé pour ses calculs la distance parcourue par les avions (distance “plan de vol”) à partir de la distance orthodromique, ou distance à « vol d’oiseau », à laquelle est appliqué un facteur correctif prenant en compte les contraintes opérationnelles telles que l’attente au-dessus des aéroports (par exemple : pour le long-courrier, la « distance plan de vol » équivaut à la distance orthodromique augmentée de 5 %).
Par contre, aucune explication sur le site de la DGAC qui indique seulement que “le calcul est effectué destination par destination sur la base des types d’avion réellement utilisés et de la distance parcourue”.
Developpement durable article
Bref, on note un certain manque de précisions dans les méthodes calculs de la DGAC… De même, les 2 calculateurs sont amenés à évoluer, des données d’exploitation étant manquantes pour certaines destinations (type d’avions, consommation réelle de carburant, poids des marchandises, conditions météo, etc.).

La compensation carbone : une fausse bonne idée ?

Après avoir calculé les émissions de notre petit aller-retour, les 2 calculateurs nous invitent à les compenser, c’est-à-dire à financer des projets de lutte contre le réchauffement climatique dans des pays en voie de développement, qui économisent une quantité de CO2 équivalente à celle émise lors de notre vol.

  • Le montant “compensatoire” de notre vol aller-retour Paris/Amsterdam est ainsi de 2,88€/ passager, sur la base de 20€ par tonne de CO2 dans le cas d’Air France, don que la compagnie nous propose de reverser directement en ligne à l’ONG Action Carbone.

Ce principe de pollueur-payeur a certes des vertus écologiques et sociales certaines, mais il n’amène en rien à des réductions concrètes des émissions des avions qui nous transportent… Une manière détournée pour les compagnies de redorer leur image auprès du public tout en l’incitant à continuer à prendre l’avion ? Une sorte de greenwashing bien déguisé ? La question peut se poser…

Ces 2 calculateurs restent certes un bon moyen pour le grand public d’avoir un aperçu de l’impact environnemental de leur vol, mais ce ne sont pas des outils le conduisant à réduire son empreinte écologique et à privilégier les transports les plus propres…

Paris-Amsterdam, c’est peut-être mieux en train, non ?

*

Sur l’aviation  :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour cher Pascal,

    Nous pensons en tant qu’ingénieurs chimistes de l’ANRC et auteurs d’un best-seller sur le réchauffement climatique, que M. Pascal devrait revoir sa position et retourner sur les bancs de l’école. En effet, le réchauffement climatique concerne essentiellement les pingouins et les manchots. Cette année, nous avons enregistré une augmentation de 7 % des manifestations de pingouins. Les syndicats mancholiste interpelle l’état arctique sur la fonte des glaces et de l’économie. Dans cette tourmente de grève et de problèmes sociaux, le message est clair : le tableau périodique des éléments est faux.

    Ainsi, nous affirmons que Pascal à tort sur toute la ligne, et que ses propos sont fondés sur l’ignorance et la sottise.

    Cordialement,

    Deux chimistes instruits.

  2. Bonjour,

    Je me permets de porter à votre connaissance la publication de mon dernier article sur la compensation des gaz à effet de serre générés par nos voyages
    http:// blog.voyages-eco-responsables.org/?p=946

    Il est publié sur le blog de l’association V.V.E. (Voyageurs et Voyagistes Ecoresponsables), et a été repris par le site du Ministère du Tourisme.

    Cet article, et le précédent, expliquent le mécanisme, l’organisation du marché de la compensation volontaire, et surtout ces pièges ; en particulier celui de la non validité en la (re)forestation comme outil de compensation. Le premier évoque les modes de calcul.

    Sous l’angle de la compensation carbone, il pose aussi les questions de la durabilité des modèles du tourisme d’aujourd’hui :

    Comment concilier maintient du trafic aérien et développement soutenable

    Comment réduire la quadrature du cercle, celle d’un nombre croissant de voyageurs en avion, d’un stock fini de pétrole, et d’une technologie encore inexistante, même embryonnaire, pour faire voler des avions avec autre chose que du kérosène.

    Vos commentaires sont les bienvenus.

    Cordialement,
    Pascal Lluch

Moi aussi je donne mon avis