Bientôt une batterie alimentée au papier pour Sony ?

Rédigé par Aurore, le 29 Dec 2011, à 16 h 55 min
Bientôt une batterie alimentée au papier pour Sony ?

La révolution technologique verte a-t-elle débuté dans le monde des nouvelles technologies ? Peut-être, si on en croit le prototype présenté par Sony : une batterie fonctionnant au papier.

Du papier pour alimenter la batterie de votre MP3

C’est lors de l’exposition Eco-Products qui avait lieu mi-décembre au Japon que Sony a présenté un nouveau prototype de batterie fonctionnant au papier. La firme explique que c’est en étudiant comment les termites parviennent à digérer le bois pour le transformer en énergie que l’idée de la batterie à papier a été lancée.

Du papier à l’énergie en passant par le glucose

Pour parvenir à créer de l’énergie à partir de papier, Sony utilise une enzyme (la cellulase) qui dégrade le papier originel en glucose. Ce glucose est lui même dégradé par d’autres enzymes afin de produire des ions d’hydrogène et des électrons. C’est cette réaction qui va permettre d’alimenter la dite batterie.

Pour les besoins de l’exposition, Sony a démontré l’efficacité de son dispositif à faire fonctionner une petite hélice. La firme assure qu’elle pourrait d’ores et déjà alimenter en énergie un lecteur MP3 mais Yuichi Tokita, chercheur chez Sony, tempère : “Bien entendu, on en est encore au stade précoce du développement, mais quand vous imaginez les possibilités d’une telle technologie, c’est réellement passionnant“.

La batterie papier : une bonne nouvelle pour l’environnement ?

La batterie fonctionnant au papier, une vraie bonne idée pour soulager l’environnement ? A priori oui, car cette technique permet d’éviter l’utilisation de produits chimiques et de matières polluantes. Il s’agit également d’une nouvelle filière pour la revalorisation du papier que l’on cherche de plus en plus à recycler.

Mais les puristes poseront la question de la déforestation, des arbres abattus parfois de manière illégale pour produire ces fameuses feuilles de papier. Batterie à papier, batterie verte ? Oui, si son utilisation utilise du papier recyclé ou à valoriser, non s’il demande une production de papier supplémentaire.

Imaginez-vous recharger vos appareils électroniques avec du papier dans le futur ?

*

Je réagis

Sur le papier :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un...

12 commentaires Donnez votre avis
  1. Pas de problème pour le papier

    De l’énergie qui nous tend les bras que l’on va pouvoir mettre en réserve.

  2. De nos jours la mise en réserve de l’énergie pour de nombreuses utilisations a toujours posé d’immenses problèmes.
    Vous avez trouvez, et c’est le miracle de notre temps.

    Merci et bon courage

  3. “Sony utilise une enzyme (la cellulose) qui dégrade le papier originel en glucose”
    Petite erreur, c’est la cellulase (ou une autre enzyme connue de Sony) qui dégrade la cellulose en glucose

  4. C’est une excellente nouvelle mais reste le problème de la surconsommation et va t’il rester assez de papier à recycler?

  5. Cher Wabooa.

    Votre proposition pour la gestion des massifs forestiers, de faire confiance à l’industrie du bois pourrait faire rire, si elle n’était triste.
    C’est ce que nous avons fait avec la faune et les chasseurs de nous expliquer aujourd’hui que sans eux il n’y aurait plus d’animaux sauvages.
    Ah, la belle nature que celle ou cailles, perdreaux et faisans viennent chercher leur pitance au milieu des poules.
    Ou chevreuils et sangliers prolifèrent de façon anarchique cherchant leur provende dans des champs de maïs entourés de barbelés et clôtures électriques. Plaines et coteaux envahis par ce nouvel or vert et jalousement gardé par l’industrie des biocarburants.
    Qu’il est agréable pour le promeneur de savoir que de champs en parcelles rien ne perturbe plus ces sens, ni n’altère ou ne choque plus sa vue.

    Et la graminée dominante, ce maïs devenu la première céréale cultivée dans le monde s’étant maintenant comme un océan uniforme, au-delà des frontières, faisant fi des barrières climatiques, réalisant la première et plus importante modification dans la biodiversité connue à ce jour et dont les conséquences négatives sont déjà là avérées et pour certaines espèces ou variétés irréversibles.
    Si vous pouviez pour une fois arrêter de penser que notre espèce est omnisciente et que nous avons réponse à tout.

    Cher Monsieur, l’on vous parle, de déforestation en Afrique, en Indonésie, en Amérique du Sud, de massifs entiers détruits, de sol ou l’humus a fini lui aussi par disparaître lessivé par les pluies, de terres devenues stériles.
    Votre gestion durable, n’a de durable que le temps qu’il faudra pour constater que nous avons fait une “connerie”, voilà la vérité.
    Alors de grâce un peu de modestie car chez nous, les Ormes parmi les plus anciennes espèces de nos forêts et bocages ont déjà disparus (un parasite importé), les chênes leurs emboîtent le pas en France et dans le monde
    (cf. Le risque que peuvent constituer de nouveaux agents pathogènes est actuellement observé en Californie, où une espèce de Phytophthora importée a déjà détruit plus de 100’000 arbres indigènes, en particulier de nombreux chênes. La fin de l’épidémie désignée comme « Sudden Oak Death » n’est pas encore prévisible.).
    Chez nous l’Office des forêt se prépare déjà à replanter de nouvelles espèces ou variétés génétiquement modifiés en principe mieux adaptées à l’augmentation aujourd’hui inéluctable des températures.
    Et les écosystèmes dans tout çà s’adapteront-il ?
    Non ils n’en auront pas le temps.
    A quoi donc ressembleront nos forêts demain ?
    Elles risquent d’être bien monotones et silencieuses si on vous laisse faire.
    Au fait, pendant combien de temps votre gestion durable pourra nous garantir ces nouvelles frondaisons ?

    Maquila

  6. Effectivement très interessant, mais toute découverte que nous fassions, meme dans l’hypothèse ou nous aurions une voiture en carton alimentée par un verre d’eau, cela ne règlerait en rien le problème de fond.
    Au mieux cela permet en effet de palier à la fin de l’aire du petrole, mais rien de plus.. Un nouveau cycle débutera,alors.. L’aire du papier… De l’eau…. Ce qui risque d’etre encore bien pire…
    Le probleme de fond, c’est la surpopulation et cet inconcevable objectif que nous avons de parler perpetuellement de CROISSANCE.
    Si nous consommons plus vite que la planete ne produit et tant que chacun raissonnera de cette facon et que nous continurons en plus à encourager la surnatalité comme nous le faisons en france dans le simple but de “fabriquer” de nouveaux petits consommateurs, nous ne ferons qu’une chose.. Détruire d’autres sources d’énergie.. Et meme encore pire.. De nourriture ou ressources vitales… Et ainsi modifier l’echeance ou la retarder…
    Est ce cela que nous voulons offir à nos enfants?

  7. Pas mal mais allez donc voir aussi sur youtube
    La fusion froide : Interview de Jean Paul BIBERIAN

  8. On peut aussi prendre en compte l’économie d’énergie réalisée par ce raccourcis sur la filière recyclage : si chacun peut recycler de cette manière directement de chez soi cela fait ca en moins de déchets à venir chercher dans nos poubelles et à traiter dans les usines, lesquelles pourraient se consacrer à du recyclage plus complexe. Quand à la déforestation on jette encore tant de papiers inutiles (catalogues, publicités non sollicitées ou envois trop récurrents), autant que cela serve au lieux d’aller tout droit au classement vertical, en attendant une production plus responsable – déjà en marche mais peut mieux faire – des diffuseurs 🙂

  9. Sur l’article, j’ai un petit doute. la cellulose est un glucose dégradé par les enzymes . Ca veut dire que la batterie peut être fabriquée avec n’importe quelle cellulose : bois, paille, bagasse, etc… N’ayez plus peur pour les arbres

  10. Au sujet de l’utilisation du papier : en utilisant du papier ( issu du recyclage ou d’arbres ) vous pouvez faire vivre et travailler toute la filière locale Bois – recyclage. Créer de l’emploi local, ça sert à ça de couper des arbres et en replanter. Pour le plus grand PROFIT FINANCIER des travailleurs.

  11. Au sujet de la déforestation : avez vous entendu parler de ” gestion durable ” ” plantations ” ” pépiniéristes” ?
    C’est très simple, quand on coupe un arbre, on en plante un autre à sa place. Le jeune arbre absorbe beaucoup de CO2 pour sa croissance.
    Et si l’arbre coupé sert à la construction,ou aux meubles, le CO2 est stocké, comme le pétrole au fond de la terre.
    Elle est pas belle, la vie ???

  12. Très bonne recherche, mais elle doit être absolument destinée au papier de recyclage. Comme vous le dites si bien, il est impensable de procéder à la déforestation (encore une) pour cet usage. Comme les biocarburant appelés à tort carburant vert.. Il est inadmissible de cultiver certaines variétés de plantes pour aire rouler nos véhicules, les cultures vivrières sont absolument prioritaires. Mais connaissant l’appétit de l’être humain pour le profit financier, j’ai des doutes.

Moi aussi je donne mon avis