Les algues vertes bretonnes transformées en papier

Cet été, tous les regards étaient tournés vers la Bretagne, envahie sur certaines de ses plages d’algues vertes. Ces dernières auraient d’ailleurs provoqué la mort de plusieurs dizaines de sangliers.

Les algues vertes bretonnes transformées en papier

Cet été, les algues vertes connues sous le nom de Ulva Latuca ou laitues de mer s’échouaient par paquets sur les plages où elles entraient en décomposition. Cette décomposition dégageait alors de l’hydrogène sulfuré, un gaz très toxique, mortel pour l’Homme et pour les animaux.

Face à la présence importante de ces algues vertes sur les plages bretonnes, à leur dangerosité et aux difficultés rencontrées pour organiser le nettoyage rapide des algues, la ministre de l’Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet avait alors choisi de fermer les plages non-nettoyées.

Bref, ces algues vertes ont posé problème cet été, ce qui devrait encore être le cas l’été prochain. Une fois ramassées, les algues sont souvent compostées. Mais une nouvelle utilisation pourrait bien avoir été trouvée.

Des algues vertes pour fabriquer du papier

Les algues vertes sont aujourd’hui compostées pour la plupart, ou encore séchées et brûlées. Chaque année, la Bretagne doit faire face à de plus grosses quantités d’algues vertes qui s’échouent sur la plage, c’est pourquoi le procédé de fabrication mis au point par une société italienne pourrait l’intéresser.

En effet, un papetier italien, du nom de Favini, a expliqué récemment avoir réussi à fabriquer du papier à partir d’algues vertes. Favini aurait ainsi acheté en 2009 et en 2010, près de 130 tonnes d’algues vertes provenant directement de Bretagne pour fabriquer le papier Shiro Alga Carta, explique l’AFP.

Un procédé pas si nouveau que cela

En réalité, la fabrication de papier à partir d’algues vertes n’est pas nouvelle, mais le procédé a été imaginé à partir de 1992, alors que la ville de Venise cherchait quoi faire des algues vertes qui proliféraient dans la ville romantique.

Transformer n’importe quels déchets issus de l’exploitation agricole, agroalimentaire ou industrielles en fibres pour la fabrication du papier ? Favini dit en être capable. Et l’Agence France Presse de préciser que le papier Shiro Alga Carto est certifié FSC et contiendrait de 30 à 80 % d’algues fraiches.

Une bonne idée, à développer

Utiliser des algues vertes au lieu de fibres de bois, cela peut être une bonne nouvelle pour l’environnement, d’autant plus que chaque année, les algues vertes sont plus nombreuses en Bretagne.

Un imprimeur français et breton se serait également lancé dans la production de papier à partir d’algues vertes, un papier un peu plus cher que les autres, mais ô combien symbolique lorsque l’on connait la nuisance et la colère provoquée par ces “marées vertes” en Bretagne.

*

Je réagis

Sur les algues vertes :