Le Bhoutan bientôt le pays le plus bio du monde ?

Situé entre la Chine et l’Inde, ce royaume himalayen de 730.000 âmes est largement connu dans le monde pour l’originalité de son développement économique. D’ici 2020, le Bhoutan s’est engagé à devenir le premier pays au monde à l’agriculture 100 % bio.

Le Bhoutan bientôt le pays le plus bio du monde ?

Au coeur de l’Himalaya, ce petit pays loin des sentiers battus affiche des paysages de toute beauté et la gentillesse de ses habitants est légendaire. Mais dernièrement, le Bhoutan fait beaucoup parler de lui pour une autre raison : l’originalité de son développement économique. Une stratégie qui met la sauvegarde de l’environnement et la promotion du développement durable parmi les quatre indicateurs du Bonheur National Brut (BNB), instauré en 1972 à la place du Produit Intérieur Brut (PIB).

Le Bhoutan, un exemple pour toute la planète

La protection de l’environnement est primordiale pour ce pays plus petit que la Suisse qui s’ouvre petit à petit à la modernité, mais souhaite préserver son modèle agricole traditionnel. En 2012, lors de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable à Rio, le Bhoutan avait déclaré qu’il serait le « premier pays au monde à vivre d’une agriculture 100 % biologique ».

Le gouvernement bhoutanais souhaite ainsi éradiquer progressivement la vente d’engrais chimiques, souvent utilisés par les paysans pour affronter les violents épisodes de sécheresse de ces dernières années. Pour les remplacer, le pays souhaite privilégier le compost en guise de fertilisant naturel, ce qui est d’ailleurs un déjà réflexe pour la plupart des fermiers et agriculteurs du pays.

bhoutan-pays-bio-agricultureLe pays veut également augmenter le nombre de terres irriguées et exploiter les variétés locales résistantes aux nuisibles. Les agriculteurs bhoutanais savent déjà se réguler en matière de produits chimiques puisqu’ils utilisent près de cent fois moins de produits chimiques que leurs homologues français, 15 kg par hectare contre 137 dans l’Hexagone.

Ne pouvant être compétitif en terme de quantité de production, le pays veut le devenir par la qualité de ses exportations. Pour le groupe d’experts des Nations Unies qui travaille avec le Bhoutan sur la notion du bonheur, « le Bhoutan est en avance sur les mutations de société… Il est en avance écologiquement parce qu’il est en retard économiquement. » Les Bhoutanais, de croyance bouddhiste, vivent de leur foi et de la bonne conservation de leur culture. Le principal souci est de vivre en harmonie avec la nature où Dieu est partout, dans les arbres, dans les montagnes. D’ailleurs pour les adeptes d’alpinisme, passez votre chemin, c’est interdit.

Vers une agriculture 100 % biologique

Même si le secteur agricole doit encore tirer son épingle du jeu pour être totalement vert, le Bhoutan voit son plus gros potentiel dans l’énergie hydraulique alimentée par les rivières. L’air que l’on respire est d’ailleurs le plus pur au monde, 5 %  de plus que la norme européenne. Au Bhoutan, 90 % des habitants possèdent des terres à 99 % bio. Pema Gyamtsho, ministre de l’Agriculture, mais également fermier lui-même, comme la plupart de ses collaborateurs, défend ardemment cette valeur.

En 2013, il avait affirmé lors du Sommet sur le développement durable de New Dehli : « Notre terrain est montagneux. Lorsque nous utilisons des produits chimiques, ils ruissèlent et contaminent l’eau et les plantes. Nous avons besoin de prendre en compte l’ensemble de l’environnement. La plupart de nos pratiques sont issues de l’agriculture traditionnelle, nous sommes donc déjà majoritairement biologiques de toute façon. »

bhoutan-agriculture-bio

Une stratégie évolutive engagée depuis 2011 et d’autres mesures ont été mises en place pour le pays. Pour lutter contre plusieurs symptômes du monde moderne, un jeudi piéton a été instauré pour interdire la circulation des voitures pendant un jour de la semaine. On note aussi la forte taxation du tabac, de l’alcool ou encore des fast-foods. Tout cela est complété par la ferme intention de limiter le tourisme de masse. En effet, pour entrer dans le pays, il vous faudra débourser entre 200 et 290 dollars par jour et par personne… Un pays beau et bio, et qui souhaite le rester.