Autopartage : les Français prêts à prêter leur voiture

Une étude montre que les Français sont de plus en plus enclins à prêter leur voiture ou à utiliser des plateformes d’autopartage : vers un nouvel usage de la voiture?

Autopartage : les Français prêts à prêter leur voiture

Il est révolu, le temps où l’on utilisait seul sa voiture particulière. Aujourd’hui, la crise, les préoccupations écologiques et le changement de mentalités ont vu évoluer l’utilisation de la voiture : les usages mutualisés se développent. Covoiturage, prêt de voiture, location entre particuliers ou autopartage : de plus en plus de Français sont prêts à partager leur voiture… et les frais qui vont avec.

L’autopartage entre dans les moeurs

Un sondage réalisé pour Ford auprès de 10.000 Européens montre que 55 % des sondés seraient prêts à partager leur voiture contre une somme d’argent : c’est l’autopartage entre particuliers.

L’autopartage, utiliser la voiture pour sa valeur d’usage

L’autopartage peut en effet soit être réalisé entre particuliers, à travers des plateformes web mais aussi tout simplement entre voisins, soit à travers un service d’abonnement avec une flotte de véhicules mutualisés qui appartiennent à une société.

L’avantage est que l’abonnement revient souvent bien moins cher que la possession d’une voiture avec tous les frais que cela implique : parking, assurance, réparations, etc. D’autre part, le stationnement est bien souvent facilité dans les grandes agglomérations.

Conscientes de l’enjeu en termes de coût et de pollution, de nombreuses collectivités ont développé des services d’autopartage sur leur territoire, sous forme d’entreprises ou de coopératives (Autolib’, Citiz, Lilas…), parfois même avec des véhicules électriques. Les plateformes web comme Zipcar ou Drivy proposent la mise à disposition de voitures de particuliers dans toute la France.

autolib autopartage paris

L’Autolib, l’autopartage à Paris ©CC Ehpien

Les Français plus enclins à partager leur voiture

L’étude citée plus haut montre également que 76 % des sondés seraient prêts à utiliser un service de covoiturage et 72 % un service d’auto-partage. Les Français sont les plus partageurs : 87 % d’entre eux acceptent de conduire d’autres passagers contre rémunération. 82 % sont même prêts à transporter des colis contre quelques euros.

 « En ce qui concerne la mobilité, l’autopartage, le covoiturage ou encore le transport de colis pour des particuliers offrent une alternative plus économique qui peut potentiellement aider à réduire les embouteillages », explique Will Farrelly, en charge de l’expérience client chez Ford Smart Mobility.

Lire page suivante : La nécessaire adaptation des constructeurs automobiles