Automobile : Faut-il interdire la F1 ?

On le sait, la formule 1 est un des sports les plus polluants, mais aussi un sport d’élite permettant de divertir les passionnés et surtout d’enrichir un tout petit nombre de privilégiés du gotha de l’automobile…toujours au détriment de l’environnement ?

La F1 n’est plus dans la course

Les courses automobiles, un spectacle qui attire plus de 91.000 spectateurs en moyenne à chaque course de Grand prix et 600 millions de téléspectateurs par an dans le monde. Pourtant, les médias et le monde politique nous incitent au quotidien et à juste titre, à limiter nos déplacements automobiles et à adopter des comportements plus responsables.

  • En même temps, ces mêmes médias véhiculent des images de F1 et valorisent à tout va ces courses d’engins motorisés, alors que le monde politique demeure impassible quant à cette énième incohérence : privilégions les transports en commun mais regardons quand même ces véhicules qui consomment comme des Airbus tourner en rond le week-end…


La Formule 1 facteur d’innnovation et d’emploi

Certes, à court terme, la F1 est un formidable tremplin pour l’emploi, contribue à l’innovation automobile et permet à des ingénieurs talentueux d’imaginer l’automobile de demain.

la F1 pollueMais à moyen terme, on y pense moins, ces évènements sportifs participent à la dégradation de l’environnement avec une consommation énergétique à outrance et inutile…

Aujourd’hui la F1 s’est installée dans les lieux les plus invraisemblables du monde pour organiser ses grands prix, Malaisie, Bahrein…et tout cela en polluant la planète avec des bolides qui tracent à 300km/h et libèrent 10 à 20 fois plus de C02 qu’une auto lambda.

  • les 24 Heures du Mans, c’est 280.000 litres de carburant qui partent en fumée l’espace d’un week-end…

La F1, gabegie d’énergie et de carburant

A l’heure où l’on parle d’économiser le pétrole, de limiter l’utilisation de la voiture car ses répercussions sur le climat sont désastreuses, l’image du sport automobile est de toute évidence à contre-courant. Il continue de faire circuler  une image de pétrole disponible, que l’on peut bruler non stop….bien loin de la réalité.

Le Grand Prix de F1 à Singapour, l’anti-modèle ?

Ce symbole de gaspillage énergétique était d’ailleurs à son paroxysme lors du Grand Prix de F1 de Singapour qui, pour marquer les esprits, a été organisé de nuit : un poteau avec 8 projecteurs placé tous les 32 mètres sur les 5067 que compte le circuit, un éclairage 4 fois plus puissant qu’un stade de foot…. de la démence énergétique !

>>>Lire la suite Automobile : Faut-il interdire la F1 ?(2)

Lire également au sujet de la F1 et de l’environnement