Découvrez ‘Y a un monstre dans ma cuisine’, superbe film d’animation contre la déforestation

Greenpeace vient de lancer un mini-dessin animé de 2 minutes pour attirer l’attention sur la consommation de viande comme étant la principale cause de déforestation en Amazonie.

Rédigé par Anton Kunin, le 23 Oct 2020, à 10 h 26 min

La vidéo véhicule le message selon lequel nous pouvons tous contribuer à la réduction du rythme de déforestation en Amazonie en faisant le choix de ne pas manger de viande.

Une vidéo aux allures de conte pour véhiculer un message environnemental

Le Brésil semble être très loin de nous. Et pourtant, nous aussi pouvons faire quelque chose pour diminuer le rythme insolent de la coupe des forêts en vue de leur conversion en terres agricoles en Amazonie. C’est le message que s’efforce de véhiculer Greenpeace à travers une vidéo animée, traduite dans plusieurs langues.

La vidéo commence par un garçon qui dit qu’il a un monstre dans la cuisine. Il entre dans la cuisine, ouvre le frigo et s’apprête à mordre dans une cuisse de poulet. À ce moment-là dans la cuisine apparaît un jaguar, et il dit : « Il y a un monstre dans ma forêt, il ne me laisse pas vivre en paix. Il a brûlé ma maison pour y faire ses provisions. Et nourrir veaux, vaches et cochons pour vos viandes et saucissons ».

C’est alors que le spectateur comprend le message : le véritable monstre, c’est l’homme. Le jaguar, qui devient aussi narrateur, est la victime.

Lire aussi : La France complice du désastre alors que l’Amazonie continue de partir en fumée !

Les vaches françaises mangent surtout du soja brésilien

Pour Greenpeace, si chacun d’entre nous se transforme en « monstre » en mangeant de la viande, c’est parce que par cette consommation nous encourageons la conversion de la forêt amazonienne en terres agricoles.
Ces dernières années, cette déforestation a d’ailleurs pris des proportions jamais vues. D’après les observations de l’INPE, l’agence spatiale brésilienne, entre juillet 2019 et juillet 2020, le rythme de destruction de la forêt amazonienne s’est accéléré de 34,5 %. Cette destruction se passe principalement par brûlage. Entre janvier et fin septembre 2020, 226.485 km2 de terres ont ainsi été réduits en cendres dans l’ensemble du Brésil.

La saison 2020 des incendies a été la pire de la dernière décennie pour l’Amazonie, et la pire jamais enregistrée dans la plus grande zone humide du monde, le Pantanal. Ces incendies du Pantanal ont mis au moins 600 jaguars en danger, sur une population estimée à 2000 dans la région, nous apprend Greenpeace.

Ces nouvelles terres agricoles servent principalement à la culture de soja, utilisée pour nourrir le bétail, les porcs et les poulets. Entre 1990 et 2006, la production de soja dans l’Amazonie brésilienne a triplé.
Si chaque consommateur en Europe est en mesure d’apporter sa pierre à l’édifice, c’est parce que l’Union européenne importe chaque année 13 millions de tonnes de graines de soja brésilien, ce qui en fait le deuxième importateur mondial derrière la Chine.

La France, en particulier, a importé 3,5 millions de tonnes de soja en 2017 (derniers chiffres connus), principalement pour nourrir le bétail, les porcs et les poulets élevés dans nos fermes.

Illustration bannière : capture d’écran de la vidéo © Greenpeace
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis