La voiture volante, ce rêve de science-fiction développé par Airbus

Imaginez un monde, dans lequel vous ne passeriez plus la moindre minute coincé dans la pollution des embouteillages urbains. C’est le pari d’Airbus, qui entend révolutionner le transport de demain, grâce à ses deux derniers projets ambitieux, ‘Vahana’ et ‘CityAirbus’.

Rédigé par Antoine Laurent, le 12 Nov 2016, à 18 h 13 min

Cela fait plus de trente ans que Ridley Scott les avaient imaginées dans son film « Blade Runner ». Souvenez-vous : les « Spinners », ces voitures volantes à décollage et à atterrissage vertical, dont l’une d’elle est pilotée par Harrison Ford circulant au-dessus des rues de Los Angeles en 2019.

La voiture volante, un mythe de science-fiction bientôt réel selon Airbus

La réalité n’a pas encore dépassé la fiction du cinéma. Mais dès 2017, Airbus prévoit de tester en conditions réelles son premier prototype de véhicule volant, le Vahana, destiné à un usage de transport individuel ou commercial.

Une voiture du futur proche des drones actuels

L’idée vous semble futuriste ? Pourtant, Airbus l’assure : le projet est considéré comme « faisable », d’après les résultats d’une étude interne du groupe. Peu de détails techniques ont filtré sur l’élaboration du prototype. Néanmoins, Rodin Lyasoff, l’ingénieur responsable du projet, l’affirme : « Beaucoup de technologies nécessaires à ce véhicule, comme les batteries, les moteurs et l’avionique, existent déjà ».

Après trois années de tests programmés d’ici-là, le véhicule sera publiquement présenté en 2020. Selon les dernières images présentées par le constructeur, l’appareil devrait être doté de huit moteurs électriques, de deux ailes, et utiliserait de nombreuses technologies empruntées aux drones modernes.

voiture volante, Vahana, Airbus

Voici à quoi pourrait ressembler la voiture volante Vahana

Des taxis-drones autonomes et appelés par smartphone

Airbus va encore plus loin. Non seulement ces véhicules seront commercialisés individuellement, à des tarifs certainement élevés, mais le groupe prévoit également de créer une flotte de taxis-drones plus gros, permettant aux citadins des trajets « pas plus chers qu’un taxi, plus rapides, car évitant les bouchons, et plus écologiques ».

Une promesse ambitieuse. D’autant plus que le plus grand défi du groupe reste à créer un système de pilotage automatisé et adapté à l’environnement urbain. Systèmes qui sont largement développés dans le monde automobile, mais encore peu développés dans le transport aérien.

À terme, n’importe quel véhicule de cette flotte devra pouvoir être réservé par un passager depuis un simple smartphone. Ces taxis se rendraient alors sur des hélisurfaces prévues pour embarquer les clients. Les taxis-drones seraient dans un premier temps pilotés par des humains, avant d’être complètement automatisés « dès que la législation le permettra ».

Un véhicule aérien pour lutter contre les embouteillages urbains

Selon la compagnie aéronautique européenne, « Les problèmes de trafic deviennent plus aigus à travers le monde en conséquence de l’urbanisation croissante ». Voilà donc toute la raison d’être du projet d’Airbus. Il permettrait à terme de totalement redéfinir la mobilité dans les grandes métropoles du globe.

À titre d’exemple, les Londoniens perdent aujourd’hui, selon les estimations du groupe aéronautique, l’équivalent de 35 jours de travail par an dans les embouteillages quotidiens.

voiture volante, jetsons

La fin des embouteillages avec les déplacements en voiture volante (capture d’écran d’un épisode des Jetsons)

Une course technologique mondiale lancée à grande vitesse

Airbus est loin d’être le seul constructeur attiré par ces voitures volantes. Depuis quelques années, de nombreuses start-ups de toutes nationalités se sont déjà embarquées dans l’aventure : Sea Bubble, Terrafugia, Lilium, Ehang… Sans oublier le géant Google, dont le PDG, Larry Bird, aurait investi 100 millions de dollars depuis 2010 dans la création de la société Zee.aero, avec l’objectif secret de devenir un pionnier de cette technologie.

En Slovaquie, l’ambitieuse entreprise Aeromobil a d’ores et déjà fait voler son prototype, et envisage une phase de commercialisation dès l’année 2017. Le temps presse donc pour Airbus, si la firme européenne souhaite continuer à tracer sa route à travers l’espace aérien de demain.

Photo de bannière : capture d’écran du film Blade Runner
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis